Imprimer

Décidément, rien ne va plus au NAHD où le club continue d’enchaîner les mauvaises performances.

Lundi dernier encore, à l’occasion de la 18e journée du championnat de Ligue 1 Mobilis, le Nasria a encore chuté dans le derby algérois qui l’a opposé au stade du 5-Juillet au voisin belouizdadi (0-1).

Cette nouvelle défaite enfonce davantage les Sang et Or qui pointent désormais à la dernière place du classement général en compagnie de l’US Biskra, avec seulement 15 unités au compteur, soit trois de moins que le NC Magra, premier non relégable. Autant dire que la situation du club husseindéen est inquiétante au grand dam de ses nombreux fans même si le coach, Azzedine Aït Djoudi tente de positiver. «Il est vrai que cette défaite face à CRB n’arrange guère nos affaires, mais il n’y a pas le feu à la maison. Le championnat est encore long. Il reste encore beaucoup de points à prendre. C’est dire que le maintien reste encore possible. A nous de chercher les solutions adéquates qui vont nous permettre de sortir de cette mauvaise passe. Mis à part le travail, il n’y a pas de remède miracle. Cela dit, si on veut redresser la barre, il va falloir continuer à bosser sérieusement et corriger nos lacunes», a-t-il soutenu à l’issue de la rencontre face au CRB. Cependant, le technicien nahdiste, qui regrette les incidents survenus au courant de la semaine dernière, ayant selon lui perturbé la préparation de ce derby, appelle à l’union sacrée. «On savait pertinemment que cette empoignade contre le leader du championnat allait être difficile surtout au vu des nombreuses absences au sein de l’effectif et de la préparation complètement chamboulée pour les raisons que tout le monde connaît. Je demande à nos fans de ne pas exercer de pression négative sur les joueurs et être patients avec cette jeune équipe. Le club traverse une période très difficile. Nous devrions rester tous unis derrière cette équipe et se serrer les coudes pour sortir le NAHD du gouffre. Nos supporters doivent comprendre que c’est le moment de rester aux côtés des joueurs qui ont plus que jamais besoin de soutien et d’encouragement», a-t-il affirmé. Appelé à commenter la sanction de deux matchs de suspension infligée par la Ligue de football professionnelle, l’ayant privé de coacher son équipe à partir du banc de touche, Aït Djoudi dira : «A vrai dire, je ne m’attendais guère à une telle sanction. Cela m’a d’autant plus surpris que lors de mon audition au siège de la LFP, durant la matinée, il n’y avait aucun motif pouvant justifier cette suspension». Samedi prochain, les coéquipiers d’Ilyes Sidhoum seront appelés à en découdre avec l’USM Bel Abbès qu’ils accueilleront au stade du 20-Août-55. Un rendez-vous déjà déterminant pour les Husseindéens, condamnés à l’emporter s’ils ne veulent pas sombrer davantage dans la crise.
 Mehdi F.