Imprimer

Après avoir observé le silence après les nombreuses polémiques sur la programmation dont le fameux USMA-JSK qui a fait couler beaucoup d’encre, Abdelkrim Medouar est, enfin, sorti de son mutisme. Le président de la Ligue de football professionnel (LFP) a regretté que cette affaire ait pris des proportions inquiétantes estimant qu’elle ne méritait guère un tel tapage médiatique. «Pour moi, cette affaire n’avait pas lieu d’être. Elle ne méritait guère un tel tapage médiatique. Je pensais bien faire en reportant le match USMA-JSK de 24 heures. J’estimais que la nouvelle programmation allait faire les affaires de la JSK qui devait alors jouer les 6, 11 et 19 novembre, au lieu des 5, 9 et 19 du même mois», a-t-il estimé dimanche à Alger lors d’une conférence de presse.

«Cela dit, je tolère qu’on me critique en tant que premier responsable de la LFP, mais je n’accepterais jamais qu’on porte atteinte à ma personne et à ma vie privée», s’est offusqué l’ancien président de l’ASO qui dénonce une campagne de déstabilisation visant sa propre personne. «Je me demande quelle est l’utilité de publier une photo de moi en compagnie du président de l’USMA, Abdelhakim Serrar, dans une cafétéria chic à Sidi Yahia? N’ai-je pas le droit d’avoir une vie privée comme tout Algérien qui se respecte? Même l’ancien président de l’APN (Bouhadja, NDLR) fréquentait ce lieu. La plupart des présidents de club sont des amis. Je fréquente qui je veux. Je suis visé par une campagne d’acharnement», s’est-il justifié.

Revenant sur le report du match USMA-JSK, le conférencier dira: «C’est l’USMA qui a demandé le report de cette rencontre, chose que j’ai acceptée. Le report avait pour objectif d’éviter tout dérapage suite aux déclarations du premier responsable de la JSK qui veut à tout prix que son équipe s’impose. Je ne vais pas lui répondre. Si j’étais encore président de club, je l’aurais remis à sa place. Heureusement que ce match à l’origine de la polémique s’est déroulé dans les meilleures conditions. Je remercie les 22 acteurs, les deux galeries, ainsi que les dirigeants des deux clubs»

Medouar a tenu aussi à rappeler tout le travail accompli au sein de la Ligue en seulement 4 mois de règne. «Les gens doivent savoir qu’à notre arrivée à la tête de la LFP, à la mi-juillet, nous avions trouvé une situation compliquée liée aux problèmes des licences et des dettes antérieures des clubs. Nous nous sommes retrouvés à gérer plusieurs aspects liés au sport, mais également les imprévus. Le championnat se déroulait d’une manière parfaite jusqu’à ce report de la 12e journée et ce fameux match USMA-JSK. Toutefois, cela ne devrait pas influer sur la fin de la phase aller. Je ne suis pas de ceux qui versent dans la polémique. Si je me suis abstenu à parler dans la presse, c’est surtout pour éviter jeter de l’huile sur le feu», a-t-il assuré, écartant toute idée de démissionner de son poste. «Je n’ai jamais pensé à démissionner. Ce n’est pas à cause du report d’un match que je vais changer d’avis. J’ai été élu démocratiquement. Les membres de l’AG m’ont accordé leur confiance. J’essayerai d’être à la hauteur. Nous sommes encore nouveaux dans la gestion de la LFP, que les gens nous laissent travailler.»

                                           «Il y a des fuites au sein de la LFP»

Répondant à une question d’un journaliste sur une prétendue immixtion de la FAF dans les affaire de la LFP, comme en témoigne le fameux mail publié par un quotidien national, Medouar a lâché une véritable bombe. «Je reconnais qu’il y a des fuites au sein de la LFP. Cela ne date pas d’aujourd’hui», a-t-il reconnu avant de renchérir : «Au sein de la Ligue nationale, nous avons un personnel de 19 personnes hautement qualifiées. Malheureusement, certaines d’entre elles ne veulent pas se défaire de cette fâcheuse habitude. Ce sont ces mêmes personnes qui, à mon avis, avaient transmis les e-mails des 32 clubs des Ligues 1 et 2 à la JSK lorsque cette dernière appelait à une réunion pour me retirer leur confiance».

Mehdi F.