Search
Au lac noir de Bejaia, les "pneus" dans l’eau
Jeudi 15 Novembre 2018
Journal Electronique

Le lac noir, une zone humide au cœur de la forêt Akfadou à Bejaia, est très à la mode ces derniers temps. Il attire chaque weekend des milliers de visiteurs en provenance de différentes wilayas du pays. C’est ce qui a incité l’agence de voyage, «Voyage du cœur», à opter pour cette destination durant le dernier weekend d’avant ramadan. Un produit lancé en ligne qui a attiré l’intention de plusieurs touristes locaux, à partir d’Alger.

C’est ainsi que le groupe de l’agence de voyage «Voyage du cœur» a entamé, très tôt dans la matinée de vendredi (11 mai), le voyage jusqu’au lac noir. A cette occasion, l’agence a loué un bus pour le transport des voyageurs. Un service qui lui coûte trop cher. «C’est à 30 000 DA le minimum. Sans compter la mise en place. L’idéal pour une agence de voyage, c’est d’avoir son propre bus. Ce qui n’est pas donné», confie la gérante de l’agence «Voyage du cœur», Nacéra Moumen.

En l’espace de trois heures, le bus atteind Azefoune, en empruntant de vielles routes. Histoire d’éviter les encombrements tout en faisant profiter les touristes des paysages grandioses de Kabylie. «Le lac noir est très proche d’Azefoune. En passant par cette dernière, nous gagnons du temps tout en faisant découvrir cette petite ville côtière et touristique au groupe», explique la gérante de l’agence. Mais avant de prendre la direction vers le lac, dans la commune d’Akfadou, à 55 km d’Azefoune, le groupe fait d’abord un crochet à la résidence "la Falaise", dans la commune, Beni Ksila, où il doit passer la nuit. En basse saison, la résidence qui abrite des bungalows, est plutôt vide et les prix sont très accessibles, à partir de 6000 DA. Mais en haute saison, le prix d’un bungalow atteint jusqu’à 18 000 DA la nuitée. «Nous avons essayé de réserver des bungalows dés maintenant pour la saison estivale, mais la résidence affiche déjà complet. Comme chaque année d’ailleurs. La résidence a ses propres clients, des émigrés pour la plupart, qui effectuent toujours leurs réservations en avance», explique Mme Moumen. Bien située, la résidence surplombe la mer. Tous les bungalows, aux couleurs chatoyantes, donnent sur la plage. Cette dernière est accessible par un escalier sculpté dans les rochers avant de s’enfoncer dans les galets. Du haut de la terrasse de la résidence, on peut admirer le va et vient des vagues et l’eau limpide qui couvre des rochers aux formes irrégulières. La seule ombre dans le tableau sont ces ordures entassées, ici et là, sur la rive . Le grand nettoyage avant la saison estivale n’a pas encore commencé ! Après un déjeuner rapide, le groupe remonte dans le bus en direction de la commune Akfadou et la forêt qui porte le même nom. La "traversée" jusqu’à cette commune est un véritable enchantement vu la richesse de la verdure et les collines aux courbes généreuses et harmonieuses. A condition, toutefois, d’avoir l’estomac bien solide. Car le chemin est constitué d’une multitude de virages très serrés, très dangereux parfois. La vigilance est de rigueur. Une fois à Akfadou, un guide accueille les touristes. Il s’agit, au fait, du vice-président de l’association de protection de l’environnement et de la forêt Akfadou, Ahmed Khoukhi. «Nous sommes formés pour jouer le rôle de guides auprès de nos visiteurs. En même temps, on en profite pour les sensibiliser sur l’importance de contribuer à la préservation de la forêt», explique-t-il.

Des milliers de visiteurs chaque weekend

Le guide donne le choix aux visiteurs. Soit ils parcourent à pied les 12 km qui mènent vers le lac noir à partir du village d’Akfadou, soit par bus. Le groupe opte pour la marche à pied afin de profiter pleinement des paysages. A l’entrée de la forêt cependant, une mauvaise surprise attend les promeneurs. Des constructions privées et publics en chantier défigurent quelque peu la vue. «Pour la construction de ces habitations, il a fallu raser une partie de la forêt. Pire, plus le nombre d’habitants augmentent, plus il y a des ordures qui sont jetées dans la forêt. Cette dernière n’étant plus classée parc national, elle ne bénéficie d’aucune protection. Depuis les années 90, la superficie de la forêt a diminué de 25%», déplore le guide. La piste qui traverse la forêt est une ancienne route aménagée à l’époque coloniale. A cette époque, la forêt était classée parc national. La route conduit jusqu’à Azzazga, selon le guide. Bien qu’elle soit abimée aujourd’hui, elle ne décourage nullement les véhicules, des minis bus notamment, qui montent jusqu’au lac noir, transportant des centaines de visiteurs. «Le site attire beaucoup de monde. Mais le problème qui se pose, c’est que les conducteurs utilisent la proximité du lac comme parking sans qu’on puisse les en empêcher, agressant ainsi la flore et la faune. Des véhicules ont été jusqu’à pénétrer dans le lac pour tenter quelques expériences dans le but de se divertir ! Des motards font le tour du lac sans se soucier du vacarme qu’ils provoquent», déplore le guide.

 De l’encombrement au cœur de la forêt !

La plupart des véhicules diffusent des musiques assourdissantes qui perturbent non seulement les promeneurs mais aussi les animaux de la forêt. «Avant, on pouvait apercevoir des animaux, comme le singe magot. Aujourd’hui, on ne les voit plus à cause de tout ce bruit que causent les visiteurs. On pouvait également apercevoir le cerf de berbérie, la seule espèce protégée dans la forêt», explique le guide. Cet animal, conduit au bord de l’extinction il y a des décennies, a été réintroduit dans la forêt d’Akfadou il y a quelques années, grâce à une opération de préservation et de multiplication. L’espace réservé à ces animaux est clôturé par des grillages visibles de la piste qui sépare la forêt en deux. «Le cerf est en semi captivité. C’est la seule protection dont bénéficient ces animaux. Ce qui est insuffisant. Une trentaine y vivent seulement», estime le représentant de l’association. Des deux cotés de la piste, des arbres immenses, "Afares", se dressent comme un mur gigantesque et verdoyant. Leurs branches vigoureuses et entrelacées forment comme une sorte de toit qui empêche les rayons de soleil de se faufiler. Ce qui donne l’impression aux promeneurs de se trouver dans un cocon fait d’ombre et de fraicheur. La forêt étant une zone humide, le brouillard se fait dense au fur et à mesure qu’on avance vers le lac. Le groupe de l’agence de voyage, qui progresse lentement dans la forêt, admirant au passage la richesse florale, les arbres, les plantes et même les champignons, ne peuvent plus distinguer ni le ciel ni le toit de verdure à cause du brouillard compact. Derrière la brume, les arbres apparaissent comme des fantômes dont les silhouettes bougent selon la fantaisie du vent. Au milieu de leur promenade, un grandement de tonnerre se fait soudain entendre et en l’espace de quelques minutes, l’orage éclate. Une surprise qui est loin d’être désagréable pour les promeneurs ! «Les orages éclatent souvent par ici. Au fait, c’est après la pluie que les promeneurs profitent le mieux de leur randonnée. La foret dégage d’autres senteurs au contact de la pluie», commente le guide. L’air, en effet, est embaumé de senteurs plus fraiches. L’odeur du sable et de la verdure mouillés est comme parfumée, dont les effluves donnent envie de respirer à fond. Très vite cependant, le sable se transforme en boue rendant la piste quelque peu glissante. Les véhicules qui, jusque là, roulaient sans encombres, circulent très lentement, gênant ainsi les promeneurs. «Nous avons sollicité les collectivités locales afin de faire une demande officielle pour reclasser la forêt en un parc national. Ce qui garantira la protection du site. Les visites seront ainsi plus organisées. Des parkings et du transport communaux seront aménagés et payants. Les visiteurs n’auront plus le droit de monter avec leurs propres véhicules mais avec les nôtres et dans le respect de la nature», confie le guide, regrettant que ce projet peine à voir le jour. L’association espère aussi que des campings soient installés à proximité du lac, dans le respect de l’environnement, pour le développement d’un tourisme durable qui fournira de l’emploi aux autochtones. C’est de cette façon là, explique-t-il, que la forêt sera protégée contre les agressions sonores, la pollution, les ordures et le tourisme sauvage. «Le pire dans tout cela, c’est que les habitants de la région ne sont pas conscients de l’importance de ce site. Ils donnent un mauvais exemple aux touristes dont la plupart ne font aucun cas de l’écologie», relève-t-il. La pluie cessa tout aussi soudainement et la circulation devient plus fluide. Les cèdres et les zens, sont les premiers signes qui annoncent la proximité du lac noir. Ce dernier, entouré d’arbres de tous parts, miroite sous un soleil plutôt timide, caché à moitié par de lourds nuages. Les ombres sombres et gigantesques de nombreux arbres, de différentes espèces et tailles, se reflètent dans l’eau. De grosses branches se cachent à demi sous l’eau, offrant un refuge idéal pour les canards et les tortues vivant dans le lac. «Ce sont les ombres des arbres qui confèrent au lac cette couleur foncée. Mais aussi le sable brun foncé qui couvre son fond. D’où l’appellation le «lac noir»», explique le guide. Mis à part admirer la vue et se promener aux alentours, le site n’offre pas d’autres distractions. Le lac appelle plutôt à la relaxation et à la détente. Mais les visiteurs en profitent pour piqueniquer et organiser des parties de football. «Le gazon, très réduit, autour du lac, est envahit de monde et…de restes de nourritures. Rares sont les visiteurs qui ramassent les restes derrières eux», remarque le guide. Le lac, selon lui, n’est pas épargné. Les espaces vivantes qui y vivent, les tortures notamment, sont souvent agressées par des visiteurs qui jettent des pierres dans l’eau sans se soucier des dégâts qu’ils provoquent», regrette-t-il. Une fois la visite terminée, des photos prises, le groupe du «Voyage du cœur» rebrousse le chemin, retraversant la forêt en direction de Beni ksila. En fin d’après-midi, le soleil commence déjà sa descente vers l’horizon. Le gros astre orangé déploie ses rayons, perçant la brume avant de s’enfoncer dans la mer, clôturant en beauté cette première journée du voyage.

Farida Belkhiri

Encadrés

Une forêt enchanteresse et ...

La forêt d’Akfadou, d’une superficie de 10 000 hectares environ, figure parmi les plus beaux et les plus riches massifs forestiers du pays. Riche en espèces végétales, les plantes médicinales et aromatiques notamment ainsi que les champignons de Paris. «Grillés sur le feu, les champignons sont exquis», révèle le guide. La forêt est riche également en bois mais aussi en vestiges culturels.

lac noir 2

Au milieu de la forêt, on peut apercevoir sur son flanc, les restes de l’empire romain, que des animaux ont pris comme refuge. De l’air frais, de l’espace, de la fraicheur, de la verdure, des arbres et des fleurs de toutes sortes, le chant des oiseaux, de la pluie et de la culture sont autant d’ingrédients qui attirent les plus passionnées des randonneurs.

F.B

…un manque de civisme flagrant

Les ordures entassées à proximité du lac, les véhicules, des poids lourds, stationnant à quelques mètres de ses bords, reflètent un manque de civisme flagrant. Les commodités les plus élémentaires étant inexistantes, les sacs de poubelles s’entassent dans la verdure, dégageant des odeurs nauséabondes. Les divertissements bruyants adoptés par les visiteurs, tuent tout esprit d’aventure, d’exploration et de découverte.

lac noir 3

 

F.B

Une randonnée "sous-marine" pour les touristes

Au deuxième jour du weekend, l’agence de voyage «Voyage du cœur» a proposé un autre type de «randonnée». Après la forêt et le lac noir, place à la plage, à la mer et aux senteurs salées. Mais place aussi à la plongée sous-marine. Ou plutôt à un baptême de plongée sous-marine. Un divertissement qui prend de l’ampleur dans plusieurs wilayas côtières du pays, selon le président du club d’activités subaquatiques, «Tizi-plongée» d’Azefoune, Ali Haddad. «Durant la saison estivale surtout, le baptême de plongée attire des centaines d’estivants, grands et petits. Beaucoup ont aimé l’expérience au point où ils ont suivi des formations sur la plongée au niveau de notre club», explique le président de ce club. C’est ainsi que le groupe du «Voyage de cœur», séduit par ce produit, a décidé de tenter l’aventure. La majorité du groupe du moins. Les personnes âgées ont préféré profiter de la plage que de plonger la tête sous l’eau. Surtout que le soleil est très doux sur une mer légèrement agitée par un petit vent. Des estivants autochtones «précoces» ont profité de cette belle journée de printemps d’ailleurs pour se mouiller les pieds. Les enfants notamment qui n’ont pas pu résister à la tentation de se jeter dans les vagues, imités par quelques adultes. Une vielle dame, vêtue d’une robe berbère, a installé carrément sa chaise dans l’eau. Après avoir vérifié que les pieds de sa chaise sont bien enfoncés, elle s’y installe pour accueillir les vagues, la couvrant jusqu’au cou. Avec un plaisir évident, elle s’éclabousse, joue avec les vagues sans prêter attention à son entourage. Pendant ce temps, le groupe des touristes se prépare à plonger en découvrant et tâtant les tenues de plongée. A 1000 DA, chacun dispose d’une tenue de plongée avec tous les équipements nécessaires, et d’un moniteur personnel. Après avoir distribué les tenus, les moniteurs ont expliqué au groupe comment procéder, les règles à respecter et comment utiliser la bouteille d’oxygène sous l’eau. Ils leur ont appris également les signes élémentaires de communication dans le fond marin. L’une des touristes, Fadhela, qui ne sait pas nager, a demandé si elle pouvait quand même faire de la plongée. «Pour faire de la plongée, il faut plus savoir couler que nager ! Il faut juste savoir respirer et ne pas céder à la panique. Pour les bâtâmes, on choisi un site d’une profondeur de 4 à 5 mètres maximum. Le plongeur ne court absolument aucun risque», rassurent-ils. Le site de plongée est situé à 01km environ de la plage, à proximité d’un petit rocher. C’est à bord d’un zodiac que le groupe est conduit jusqu’au site. Une petite ballade qui est loin de leur déplaire ! Une fois arrivé, tout le monde est mis dans l’eau pour effectuer les exercices de respiration. Fadéla, la novice en natation, est fermement soutenue par un moniteur qui tente de la rassurer. Une opération qui s’avère très difficile tellement la jeune apprentie a peur. Mais le moniteur tient bon et à force de patience et de persuasion, il réussit à la convaincre de pénétrer l’eau avec lui. Seulement, si la plupart ont plongé sans problème, d’autres, quelques-uns, ont éprouvé quelques difficultés. L’un d’entre eux a du mal à s’habituer à respirer par la bouche et a préféré abandonner la partie, se contentant de nager. Un autre, souffrant d’un début de grippe, n’a pas pu respirer sous l’eau tandis qu’une autre, soufrant d’une maladie de l’oreille, était obligée de remonter à la surface. La douleur dans l’oreille ne l’a pas empêché, toutefois, d’admirer le fond marin qu’elle découvre pour la première fois. «C’était fabuleux. J’ai vu toutes sortes de plantes, des poissons de différentes couleurs et une jolie fleur qui se fermait dés que je la touchait», se réjouit-elle. Fadhela, elle, qui craignait de tenter l’expérience, l’a renouvelé une deuxième fois. «Le moniteur me poussait pour nager et je suis même passer entre deux rochers ! C’est vraiment un autre monde ! Tout est au ralentit, silencieux…», dit-elle. Après deux heures environs de plongée, le groupe, affamé, retourne vers la plage tout en échangeant leurs impressions. «Une expérience fabuleuse à renouveler absolument», disent-ils à l’unanimité, avant de prendre contact avec le président du club pour une formation ou tout simplement, pour un autre baptême

F.B

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Conseil de la nation
Le Conseil de la nation reprendra, le 15 novembre , à 10h, en séance plénière, consacrée aux questions orales.

 APN
L’Assemblée populaire nationale consacrera le 15 novembre ses travaux en session plénière à l’adoption du rapport de la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés sur la validation de la qualité de nouveau membre ainsi et le vote du projet de loi de finances de 2019.

Ministère de la Culture
Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, présidera, le 15 novembre à 15h, à la bibliothèque El Hamma (Alger), la cérémonie de mise en place du Conseil national consultatif des arts et des lettres et de la Commission de visionnage des films cinématographiques.

Ministère des Moudjahidine
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, effectuera, les 17 et 18 novembre, une visite de travail dans la wilaya de Médéa et présidera une rencontre autour de la guerre de Libération dans la région d’Oued Souf.

CNPSR et Stop agressivité routière
Le Centre national de prévention et de sécurité routière et Stop agressivité routière organisent, le 16 novembre, à l’occasion de la Journée mondiale du souvenir des victimes d’accidents de la route, une caravane de sensibilisation en scooter et moto depuis Alger jusqu’à  Taghit (Béchar).

Ministère des Ressources en eau

Le ministère des Ressources en eau organisera, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire et celui de l’Environnement et des Energies renouvelables, le 17 novembre à 8h30, au CIC Abdellatif-Rahal (Alger), une journée d’étude sur la nouvelle stratégie nationale de lutte contre les inondations.

 Ministère du Tourisme
Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat organise, le 15 novembre à 8h30, à la maison de la culture de Tlemcen, les assises régionales de l’Ouest pour évaluer le plans d’orientation du tourisme 2008-2018.

HCA
Le Haut-Commissariat à l’amazighité organisera, le 17 novembre à 10h, à la salle de cinéma «El Khiyam», une cérémonie en hommage à Khedidja Hamsi pour l’ensemble de sa riche carrière de créatrice de mode amazigh, de chanteuse et de comédienne.

HCI

Sous le haut patronage du Haut-Conseil islamique et avec la collaboration de l’association Saafi spécialisée dans la finance islamique, un colloque international sera organisé les 24 et 25 novembre au palais de la culture à Alger, sur le thème «L’assurance takâfoul et son rôle dans le développement économique global».

 

 CityCAD
La deuxième édition du CityCAD (Building and City Development Processes), qui se tiendra sous le parrainage du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, est programmée pour le 27 novembre à l’Ecole supérieure de l’hôtellerie et de restauration d’Aïn Benian (Alger).

Musique andalouse
La fondation cheikh Abdelkrim Dali organise, du 15 au 19 novembre, la 2e édition du concours national de la meilleure interprétation du chant andalou  «Prix Abdelkrim Dali». A cette occasion, une conférence de presse aura lieu le 07 novembre  à 11h, à l’hôtel Oasis


 

USTHB

* L’Université des Sciences et de la Technologie Houari Boumediène , organise les 13,14 et 15 novembre, en collaboration avec l’association algérienne de physique « le 12ème congrès national de la physique et ses applications CNPA2018 » La cérémonie d’ouverture, aura lieu le 13 novembre au niveau de la maison de la science de L’USTHB.

L’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène organisera, du 17 au 22 novembre, le 1er cours international en expérimentation animale AASEA.  

   

MDN

La première région militaire organise du 12 au 15 novembre 2018 , niveau de l'école supérieure de la gendarmerie nationale de Zéralda , le Championnat national militaire inter-écoles de Judo.


TAJ
Le parti Taj organisera, le 17 novembre, à partir de 10h, à la maison de la culture de Tébessa, son congrès de la wilaya qui sera présidé par Amar Ghoul.
DGSN
L’émission «Li amnikoum» de la Sûreté nationale, émise sur les ondes de la Radio Chaîne I le 15 novembre de 16h à 17h, sera consacrée au non-respect du sens interdit.

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organise, le 15 novembre , à 10h, à la kassma des moudjahidine d’Alger-Centre et simultanément au niveau des Musées du moudjahid à travers le pays, la 311e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

 

 

Photo news
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  •  Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • École El Melah
  • École El Melah

Football

Sports Divers

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept