Imprimer

« La diversité Culturelle » a fait l’objet d’une rencontre à la Bibliothèque nationale à Alger. Intervenant à cette occasion, le président du Haut Conseil de la Langue Arabe (HCLA), Salah Belaid, a souligné que son institution tend, à travers cette manifestation, promouvoir la langue arabe dans le cadre de ses activités scientifiques et particulièrement dans le domaine du renforcement des lois qui protègent et qui contribuent massivement au développement de la langue arabe.

Le but étant, dit-il, d’être au diapason des évènements mondiaux, l’évolution scientifique en particulier. Selon lui, la célébration de la Journée mondiale de la diversité culturelle est une première en Algérie et ce, depuis la décision des Nations-Unis en 2012. Ce qui implique, selon lui, la nécessité d’un travail de continuité, assurer une meilleure coordination et ce, dans un cadre diversifié et harmonieux. « L’être humain doit assurer un équilibre et accepter la différence pour un monde riche dans lequel la génération montante pourra évoluer dans un environnement ouvert à toutes les cultures », dit-il. Et pour se faire, poursuit l’intervenant : « cela implique notamment la diversité linguistique, les échanges et les accords pour aboutir à des travaux communs dont la traduction des grands ouvrages ». Pour lui, la célébration de la journée mondiale de la langue arabe fait partie de la diversité culturelle et le HCLA consenti d’normes efforts et des moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs parmi lesquels figure la langue Amazigh. « L’Algérie renferme plusieurs genres et styles qui font toute sa diversité culturelle et sa richesse tant le domaine de la poésie, la littérature, le mode de vie, les traditions, l’espace géographique, l’histoire, et le patrimoine aussi bien matériel qu’immatériel », note le même responsable. D’ailleurs, il précise que toutes ces richesses font l’objet de recherches universitaire en vu de trouver des solutions à même d’assurer l’unité nationale. « La diversité culturelle et les sciences humaines sont un héritage qu’il faut préserver pour maintenir les liens existant entre les peuples », recommande M. Salah Belaid. Raison pour laquelle, il a appelé l’assistance, à développer le domaine de la recherche pour assurer la longévité de la culture notamment la religion dans le cadre d’une stratégie basée sur le dialogue, et qui favorise la recherche, conserve l’identité.                                                                                                                           Dans un message adressé aux chercheurs et aux professeurs, il a appuyé la nécessité de sortir de cette rencontre avec une série de recommandations relatives à la promotion et l’appui de la diversité culturelle, s’ouvrir davantage sur les dernières découvertes, enrichir la langue, et à écarter toutes les entraves qui peuvent nuire ou toucher à la culture.

Rym Harhoura