Imprimer

Le secrétaire général du FLN, Mohamed Djemaï, rattrapé par la justice dans le cadre d’affaires de corruption s’est retiré, Lundi, de son poste à l’issue d’une réunion du bureau politique du parti. Ali Seddiki a été désigné intérimaire conformément à l’article 40 du statut particulier du parti qui accorderait à Djemaï la possibilité de placer un membre du bureau politique en cas d’empêchement.

Djemaï refuse ainsi de démissionner définitivement de son poste alors que de nombreux militants du parti réclament son départ après son implication dans des dossiers de malversation. N’empêche, Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le bureau politique a affirmé qu’il reste attaché à la légitimité de la direction politique du parti à sa tête Mohamed Djemaï. Il réitère d’ailleurs son soutien aux décisions du SG « au service du parti et du pays ». Le bureau a insisté également sur le respect de la discipline partisane afin de contrecarrer ceux qui « veulent se positionner, affaiblir le FLN et perturber également l’organisation des prochaines élections présidentielles ».

Fouad Sebouta sénateur du FLN a affirmé que « la manœuvre» de Djemaï est contestée par plus d’un. Il a indiqué que les militants ne comptent pas se taire. « Il n’a aucun droit de prendre des décisions, même en ce qui concerne ses propres biens. Ce qu’il fait est illégal. Il est poursuivi par la justice. Quelques membres du bureau politique le soutiennent pour garantir leurs postes au sein de l’instance dirigeante du parti alors que d’autres refusent totalement la désignation d’un intérimaire », a-t-il expliqué, faisant savoir qu’une décision sera prise une fois que Djemaï sera convoqué par le procureur général. « Le FLN ne peut plus rester dans cette situation au risque d’être en marge des élections présidentielles dont le processus est déjà lancé », a-t-il souligné. Abdelouhab Benzaim sénateur également du même parti a précisé que « Djemaï doit faire le distingo entre la gestion d’une entreprise et un parti qui est la propriété des militants ».

Pour rappel, le député Mohamed Djemai a renoncé volontairement la semaine dernière à son immunité, afin d’éviter de passer par un vote à bulletins secrets de la commission des affaires juridiques, dont l’issue le condamnerait assurément. A souligner, le bureau politique du FLN a salué dans ce communiqué la convocation « dans le cadre constitutionnel » du corps électoral par le Chef de l’Etat Abdelkader Bensalah. Il affirme que le parti se prépare à participer activement à ce scrutin prévu pour le 12 décembre. Il a salué l’engament de l’institution militaire à concrétiser les revendications populaires.

Karima Alloun Kordjani