La Une
Search
Mardi 14 Juillet 2020
Journal Electronique

Le président Tebboune  plaide pour un appui fort  aux pays en développement

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a prononcé, mercredi  après-midi, une allocution lors d’une visioconférence à l’occasion du Sommet mondial de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la Covid-19 et le monde du travail, dont les travaux se tiennent depuis mardi dernier à Genève, avec la participation de représentants des travailleurs et d’organisations patronales de par le monde, indique un communiqué de la Présidence de la République

Au nom d ‘Allah, Clément et Miséricordieux,

Altesses,

Excellences,

Monsieur le Directeur général de l ‘OIT,

Mesdames, Messieurs,

Je tiens, tout d’abord, à vous remercier infiniment pour votre invi­tation à prendre part à ce Sommet mondial virtuel sur la Covid-19 et son impact socioprofessionnel, lequel offre aux acteurs du monde du travail l’opportunité de discuter des défis que pose cette pandémie et des moyens de faire face à ses retombées. Je veux, ici, saluer l’enga-gement fort de l’Organisation internationale du travail à soutenir ses membres, en particulier dans cette conjoncture exceptionnelle, et mettre l’accent sur l’importance de son rôle en faveur d’une approche globale et efficiente quant aux moyens de faire face à l’impact néga­tif de cette pandémie et de préparer l’étape de la relance économique post-Covid-19 sur des bases solides. Je ne manquerai pas, à cette occasion, de présenter mes sincères condoléances aux familles des victimes du nouveau coronavirus, paix à leurs âmes.

Mesdames, messieurs,

L’Algérie a, dès l’enregistrement de son premier cas confirmé de Covid-19, pris une série de mesures préventives. En effet, elle a été l’un des premiers pays à confiner les citoyens revenant de l’étranger.

Parmi les autres mesures prises, on peut citer l’équipement des aéroports en moyens de détection et de protection, la fermeture des universités, des aéroports, des écoles, des crèches, des mosquées et des stades, la suspension des dessertes aériennes et maritimes en accord avec les pays voisins, et l’intensification des campagnes de sensibilisation en direction des citoyens pour leur faire prendre plei­nement conscience de la nécessité impérieuse de la prévention sani­taire. D’importants moyens humains et matériels ont également été mobilisés pour faire face à cette pandémie et endiguer sa propagation et des mesures fermes ont été prises, dont :

-La suspension temporaire de certaines activités économiques, commerciales et de transport dans ses différents types

-Le confinement total ou partiel à domicile de certaines wilayas

-La mise en place de règles de distanciation physique, la mise en œuvre de mesures barrières sur les lieux de travail et l’exhortation des institutions et des administrations publiques à encourageant le travail à distance, tout en veillant au strict respect des mesures sani­taires

-L’octroi, par les employeurs, de congés exceptionnels payés pour pas moins de 50% des effectifs en donnant la priorité aux femmes enceintes et celles élevant des enfants en bas âge ainsi qu’aux per­sonnes souffrant de maladies chroniques ou de santé précaire.

Par ailleurs, il a été décidé d’intensifier le dépistage à la faveur de la création de centres spécialisés dans plusieurs wilayas et dont le nombre avoisine les 30 structures, en sus de l’Institut Pasteur d’Alger.

Aussi et dans le but de s’adapter à cette crise sanitaire et ses retom­bées sur le plan socioéconomique, le gouvernement a mis en place un mécanisme de suivi et d’évaluation de l’évolution de la situation des entreprises impactées par la pandémie du coronavirus, un mécanisme chargé de déterminer les mesures appropriées pour l’accompagne-ment des partenaires sociaux.

A ce propos, une batterie de mesures susceptibles d’accompagner les établissements impactés a été prise, à l’instar de la prorogation des délais des déclarations fiscales et parafiscales, mais également, des délais de versement des cotisations et de remboursement des crédits bancaires, ou encore la suspension des sanctions et des pénalités de retard. De surcroît, les partenaires sociaux ont eu un rôle efficace dans le traitement de cette crise à travers la participation des représentants d’organisations syndicales des travailleurs salariés et des organisa‑


tions patronales aux réunions nationales et sectorielles. Une démarche qui a abouti à la formulation d’une série de propositions, intégrées dans le plan de travail du gouvernement en vue d’assister les secteurs précaires, le but étant de faire face à l’impact de cette situation en pré­servant les postes d’emploi et l’outil de production, mais aussi d’être au fait des préoccupations des partenaires sociaux dans le cadre d’un dialogue social constructif et inclusif. Il a été décidé, également, de consacrer une

allocation mensuelle pour soutenir une partie des travailleurs souf­frant de l’absence de revenus en raison du confinement imposé à l’instar des coiffeurs, des chauffeurs de taxi et des artisans.

En outre, nombre de mesures ont été appliquées afin de lever, par­tiellement ou totalement, le confinement qui vise essentiellement à préserver la santé du citoyen, et qui demeurera tributaire de l’évolu-tion de la situation épidémiologique au niveau de chaque wilaya et à l’échelle nationale.

Les ministres concernés ont présenté des exposés sur les mesures pratiques proposées pour la mise en œuvre du plan d’action du gouvernement, visant l’édification d’une nouvelle économie nationale sous-tendue par la diversification des sources de croissance, l’économie du savoir et la gestion rationnelle des richesses nationales.

Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé, hier, une séance de travail consacrée à l’examen du projet de plan national de relance socio-économique, à soumettre aux prochaines réunions du Conseil des ministres, a indiqué un communiqué de la Présidence de la République, dont voici la traduction APS : «Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a présidé, ce jour, une séance de travail, en présence du Premier ministre et des ministres des Finances, de l’Energie, de l’Industrie et des Mines, du Commerce, de l’Agriculture, ainsi que du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Prospective.

Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière a annoncé, lundi , que ses services lanceront des enquêtes, au niveau national, sur le manque d’oxygène dans certaines structures de santé publique.

Lors d’une conférence de presse animée au siège du ministère en marge d’une cérémonie de réception d’un don de l’association des oulémas algériens et de l’association «Solidarité Algérie à l’étranger», Abderrahmane Benbouzid a affirmé qu’il n’est pas normal que toutes les structures enregistrent en même temps un tel  manque. «Certes, la demande a augmenté, notamment au niveau des services de réanimation, mais ce n’est pas une raison pour déclarer une rupture en un temps record», a-t-il déclaré. Toutefois, il s’est empressé d’ajouter que la situation va connaître une amélioration dans les prochains jours avec le don de 1.500 kits respiratoires de l’Association  des oulémas et l’association «Solidarité Algérie à l’étranger». Interrogé sur un éventuel recours au confinement dans le sillage de la hausse des cas de contamination, le ministre a précisé qu’il n’est pas à l’ordre du jour.
Néanmoins, il n’a pas exclu la possibilité d’un confinement partiel qui «ciblera, selon lui, des localités ayant enregistré des cas importants de contamination par la Covid-19». Le ministre a rappelé que le Premier ministre a donné instruction aux autorités locales de confiner une commune ou une daïra si celles-ci enregistraient une hausse importante de cas d’infection qui pourrait constituer une menace pour les citoyens. «Nous ne souhaitons pas en arriver là, et  nous ne encourageons pas cette mesure qui n’a pas donné de résultats positifs», a poursuivi le ministre. 
Reconnaissant que l’Algérie est en train d’enregistrer un rebond de cas de contamination, à l’instar de beaucoup de pays où les chiffres sont encore plus importants, Benbouzid estime que «les raisons sont multiples mais il s’agit surtout du non-respect des mesures de précaution et de prévention comme le port du masque». Outre le manque de civisme des citoyens, le ministre fait remarquer aussi que la multiplication des tests PCR permet de révéler  plus de cas. Pour le  ministre, ce qui fait davantage peur, ce n’est pas le nombre de cas de contamination, mais la hausse des cas de décès. «Heureusement que nous en  enregistrons moins, par rapport au mois précédent où nous avons recensé 30 décès», fait-il savoir. Rassurant les citoyens sur la prise en charge, le ministre a réaffirmé qu’il n’a jamais interdit l’utilisation du scanner dans le processus de dépistage du coronavirus. «Au début de la crise sanitaire,  et avec le manque de tests PCR, nous avons encouragé le recours au scanner. Avec  l’ouverture de 30 laboratoires à l’échelle nationale, les professionnels de la santé estiment que les résultats des tests PCR sont plus fiables», a-t-il expliqué. Il a enfin fait observer que le recours massif au scanner a entraîné l’hospitalisation de plusieurs personnes sans qu’elles soient atteintes du virus. «Cela avait entraîné la surcharge de certains services», a conclu le ministre de la Santé.
 Samira Belabed

L’hommage appuyé d’une nation reconnaissante

La cérémonie de mise en terre a été présidée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. De hauts responsables de l’Etat, notamment le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, le président de l’APN, Slimane Chenine,  le Premier ministre Abdelaziz Djerad, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, étaient présents. Des responsables de l’ANP, à leur tête le chef d’état-major, le général-major Saïd Chengriha, ont assisté aux  funérailles qui se sont déroulées en présence de membres du gouvernement, de personnalités nationales et politiques  et de moudjahidine.

Les restes mortuaires des résistants algériens à l’invasion coloniale ont trouvé, hier, le repos éternel au carré des martyrs du cimetière El-Alia d’Alger. Ils ont été inhumés aux côtés des purs et des justes qui ont écrit les pages glorieuses de notre histoire. La cérémonie de mise en terre a été présidée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. De hauts responsables de l’Etat, notamment le président du Conseil de la nation par intérim, Salah Goudjil, le président de l’APN, Slimane Chenine, le Premier ministre Abdelaziz Djerad, le ministre des Affaires étrangères, Sabri Boukadoum, étaient présents.

La fête de l’Indépendance sera célébrée, cette année, dans un contexte particulier. Le hirak a montré, durant des mois, l’attachement des jeunes aux symboles de l’histoire, qui ont renouvelé sur leurs banderoles et dans leurs slogans leur fidélité aux sacrifices des martyrs  de la souveraineté nationale.

D’aucuns n’ont pas hésité à établir un lien direct avec la folle ambiance de juillet 1962. Les manifestants ont ressuscité des dates, des hommes qui ont fait la gloire de la nation. Pour l’historien archiviste Mohamed Bounaâma de l’Université d’Alger, «ce lien est un aspect avantageux et réconfortant pour l’avenir de l’Algérie». Notre interlocuteur exhorte les jeunes à s’inspirer des valeurs nobles de nos martyrs, dont le sacrifice a consacré le véritable sens de l’indépendance.
«Contrairement à ce qu’on pourrait penser, nos jeunes ne tournent pas le dos à l’histoire, et ils ont toujours la fibre patriotique», poursuit-il. Selon lui, «les Algériens ont pu faire émerger une vision unificatrice dans le cadre du hirak». Il décèle, dans cette revitalisation de la mémoire, «un besoin d’asseoir une plateforme commune autour de revendications qui permettront à l’Algérie de se réformer dans le bon sens. Pour lui, «il ne s’agit pas de lancer une nouvelle Algérie mais d’adopter une nouvelle vision démocratique qui consacre la rupture avec les pratiques antinationales». «Les principes essentiels qui doivent nous guider sont inscrits dans la Déclaration du 1er Novembre 1954, la plateforme de la Soummam. Tout ce patrimoine est dans le subconscient des Algériens qui se lèvent comme un seul homme quand l’intérêt du pays est en jeu», fait-il remarquer.

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de l’Energie
Le Pdg du groupe Sonelgaz, Chaher Boulekhras, présidera, le 15juillet , à 9h, à l’Institut de formation de l’électricité et du gaz de Ben Aknoun (Alger), en présence du ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, la cérémonie d’installation du comité d’éthique de la Sonelgaz.

Ministère des Ressources en eau
Le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, est depuis lundi  en visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Saïda.

Ministère de la Solidarité

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Kirikou Kaouthar, va présider, le  14 juillet , à 10h, à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale de Ben Aknoun (Alger), une cérémonie à l’occasion de la Journée nationale de l’enfance.

 

 

Exposition  virtuelle
Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) organise une exposition virtuelle animée par l’artiste plasticien Younès Kouider sur la page facebook

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.


Salon Import-export

Le salon import-export  interafricain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif Rahal d’Alger. 

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Direction de la culture de Tizi Ouzou
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou fait part du report du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours du Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. Le délai de dépôt des candidatures à ces deux manifestations est donc prorogé.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept