Imprimer

Effet direct du confinement , le commerce en ligne connait un net engouement. «Aujourd’hui, plus qu’un effet de mode, c’est devenu une nécessité», estime Djamila Hamou, sociologue qui ne cache pas sa fréquentation des boutiques «virtuelles».

Comme les startup et les particuliers, ces dernières proposent divers produits dont elles assurent la livraison. Textile, articles de maison, denrées alimentaires, jouets, électroménager…on y trouve presque tout. L’alimentaire surtout voit ses commandes, via le Net, exploser. «Les clients ont déserté les marchés. Ils préfèrent se faire livrer à domicile que de faire leurs emplettes», confie Krimo Ghabrine, vendeur de fruits et légumes à Bab El Oued. Ce commerçant, depuis la crise du Covid-19 assure, chaque jour des livraisons à domicile. A cet effet, il a créé une page Facebook professionnelle pour se rapprocher davantage des clients. Il a non seulement gardé les «anciens», mais fidélisé de nouveaux. «On n’a pas le choix et on doit survivre économiquement face au Covid-19 », soupire-t-il. Pour l’économiste et expert international, le professeur Abderrahmane Mebtoul «le ecommerce est appelé à se développer en Algérie». Il met cependant en garde contre les risques d’arnaque. Spécialiste en technologie de l’informatique et de la communication, (TIC), Kamel Boutrache estime que les Algériens se sont déjà adaptés aux nouvelles technologies, notamment dans les grandes villes.«Le confinement a poussé davantage les citoyens à faire leurs achats, commander un repas ou chercher un plombier via internet. La crise nous ébranle et nous devons nous adapter à la situation», soutient-il. Le président de l’Association nationale de protection du consommateur «El Aman», Hacène Menouar, voit dans cet intérêt du consommateur pour ce nouveau mode de transactions «un bon signe». Le chef de service de la protection du consommateur et de la lutte contre la fraude à la Direction du commerce de la wilaya d’Alger, Abdelouahab Harkas, a rappelé que dans le communiqué des services du Premier ministre qui a mentionné l’autorisation d’exercer à plusieurs catégories d’activités indispensables aux citoyens, la vente en ligne n’a pas été mentionnée. «C’est parce qu’elle ne représente pas un danger pour la santé des consommateurs», fait- il remarquer. Le site «Jumia Algerie», spécialisé dans le e-commerce a décidé de renoncer pour sa part à quelques frais de livraison sur les produits sanitaires et alimentaires pour éviter notamment de nourrir la spéculation, annonce Nouha Benkouider, chargée de marketing et des relations publiques. Mieux, poursuit-elle, Jumia Algérie a retiré de sa plateforme plusieurs vendeurs qui ont tenté de vendre plus cher. En outre, «la livraison des commandes est gratuite pour le personnel hospitalier et réduites sur les produits sanitaires». «Les livreurs ont été formés également à une livraison sans contact avec le client pour éviter la propagation de l’épidémie du coronavirus», tient-elle à signaler. Jumia collabore avec différents partenaires comme les supermarchés UNO qui se lancent dans la livraison à domicile et l’entreprise Danone Djurdjura Algérie qui envisage de livrer, sous peu, des repas probablement aux personnes nécessiteuses ou au personnel médical. 

Samira Sidhoum