Le code de procédure pénale devant l’APN : renforcement de la lutte contre la corruption
Search
Lundi 18 Novembre 2019
Journal Electronique

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux a présenté, hier, à l’APN, le projet de loi modifiant le code de procédure pénale qui vise la préservation des deniers publics, à travers la facilitation de la mise en mouvement de l’action publique et l’annulation des contraintes qui faisaient obstacle à la police judiciaire dans l’accomplissement de ses missions.

Exposant les dispositions du texte, Belkacem Zeghmati a affirmé que l’amendement du code de procédure pénale s’inscrit dans le cadre de la poursuite des efforts déployés par l’Etat pour préserver les deniers publics. «Il est impératif de consolider et de renforcer le cadre juridique de lutte contre la criminalité par l’abrogation des dispositions à effet négatif sur la mise en mouvement de l’action publique et son exercice par le ministère public d’une part, et celles faisant obstacle à la police judiciaire lors de l’accomplissement de ses missions, d’autre part», a-t-il déclaré.

Le projet de loi, élaboré en coordination avec le ministère de la Défense nationale, propose l’abrogation des articles 6 bis, 15 bis, 15 bis 1 et 15 bis ter du code de procédure pénale relatifs aux conditions de mise en mouvement de l’action publique pour les crimes en lien avec les deniers publics ainsi que les attributions et missions des officiers de la police judiciaire relevant des services militaires de sécurité. Le texte fait également état de l’amendement de l’article 207 relatif au contrôle par la chambre d’accusation de l’activité des officiers de la police judiciaire, notamment par la révision des mesures mises en place en vertu de la loi de mars 2017 portant habilitation des officiers de la police judiciaire à l’exercice effectif des attributions liées à cette qualité. Les mesures prévues par le code de procédure pénale de juillet 2015 ont vu l’introduction de la condition de la plainte préalable des organes sociaux de l’entreprise économique pour la mise en mouvement de l’action publique à l’encontre des dirigeants des entreprises économiques dont l’Etat détient la totalité des capitaux ou à capitaux mixtes pour des faits de gestion entraînant le vol, le détournement, l’approbation illicite, la dégradation ou la perte de deniers publics ou privés.

Selon Zeghmati, le texte de l’article en question était un rempart pour les dirigeants des entreprises économiques qui étaient à l’abri de poursuites judiciaires et qui pouvait avoir des répercussions négatives sur la mise en mouvement de l’action publique pour les crimes en lien avec les deniers publics. «Ces dispositions entravaient l’activité des juridictions pour les agissements des représentants des organes sociaux des entreprises qui s’abstenaient de porter plainte contre les auteurs d’actes criminels, sous prétexte de simples erreurs de gestion qui ne s’apparentent pas à des crimes» alors que cela relève des prérogatives exclusives du juge, a poursuivi le ministre. Selon lui, les dispositions incluses dans l’article 06-01 constitue une entrave juridique qui se répercute négativement sur le rendement du ministère public et de la police judiciaire. «Cela réduit leur efficacité dans le domaine de la lutte contre le crime économique», a-t-il ajouté, assurant que l’abrogation de cet article n’aura pas de répercussions négatives sur la protection des gestionnaires publics, car le système juridique leur assure plusieurs garanties. Par ailleurs, l’article 07-17 du code de procédure pénale introduit le 27 mars 2017 a limité, selon Zeghmati, les prérogatives de la police judiciaire, des officiers et sous-officiers relevant des services militaires de sécurité aux crimes d’atteinte à la sûreté de l’Etat prévus dans le code pénal, ce qui a impacté les missions de ce service et a réduit le rôle de cet organe dans les recherches et investigations relatives aux crimes, notamment les affaires de corruption et d’atteinte à l’économie nationale, dont les crimes transfrontaliers. Le ministre a jugé impératif d’élargir le domaine de compétence dans ce corps de police judiciaire pour englober tous les crimes prévus dans la législation pénale.

       Elargissement des attributions et missions des officiers de police judiciaire

Concernant l’article 207 relatif au contrôle de l’activité des officiers de police judiciaire relevant des services militaires de sécurité, le projet de loi propose son amendement. «Compte tenu de la qualité de militaire dont jouissent les officiers de police judiciaire relevant de la Gendarmerie nationale et des services militaires de sécurité, le procureur général territorialement compétent se charge d’informer le procureur général militaire sur le cas de saisine, si l’officier de police judiciaire concerné relève du corps de la Gendarmerie nationale», annonce le ministre de la Justice. Le projet de loi présenté devant la Commission juridique propose également l’abrogation des deux articles 15 bis1 et 15 bis ter du code de procédure pénale qui stipulent que l’officier de police judiciaire n’est en mesure d’exercer, de manière effective, les attributions liées à sa qualité qu’une fois habilité, sur décision du procureur général près la Cour de justice du ressort duquel exerce l’officier en question et sur proposition de l’autorité administrative dont il relève. «Le même article confère cette prérogative au procureur général près la Cour d’Alger concernant les officiers de police judiciaire relevant des services militaires de sécurité», a précisé le ministre.

Selon lui, cette décision a impacté négativement le fonctionnement des services de police judiciaire du fait de la lenteur des procédures d’habilitation et la condition de renouvèlement des procédures à chaque fois que l’officier concerné est transféré d’une cour à une autre. Ces dispositions, mises en œuvre depuis plus de deux ans, sont à l’origine de l’exclusion de nombreux officiers de police judiciaire par l’autorité administrative dont ils relèvent, ou pour non accomplissement des missions de police judiciaire de manière permanente. Selon Zeghmati, l’annulation de cette procédure d’habilitation intervient après le constat de limites en matière de performances de la police judiciaire, notamment en qualité de prestations. Le même projet prévoit également l’amendement des dispositions des articles 15 et 19 du code de procédure pénale en vue d’adapter l’appellation d’officiers et agents de police judiciaire de la Gendarmerie nationale et des services militaires de sécurité à celle consacrée dans les textes juridiques et réglementaires régissant ces deux corps.

APS/ Walid Souahi

Santé

    • Stériliser les moustiques pour combattre des maladies

      L'ONU a indiqué jeudi qu'elle allait examiner s'il était possible de combattre des maladies comme la dengue ou Zika en réduisant le nombre de moustiques dans le monde, en traquant et stérilisant les mâles. Le constat de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est sans appel: les moustiques font partie des animaux les plus dangereux par le nombre de décès qu'ils provoquent dans le monde. L'infection à virus Zika, la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune sont ainsi quatre maladies transmises à l'homme par la même espèce de moustique, appelé Aedes aegypti.

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Ministère de la Culture
Le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, Hassane Rabehi, prend part, le 19 novembre , au forum des ministres de la Culture au siège de l’Unesco à Paris.

 

Ministères de l’Agriculture
Le ministre de l’Agriculture, Chérif Omari, présidera,  le 19 novembre, à 8h30, à l’INRAA, une rencontre sur les activités de recherche dans le secteur et procédera avec le ministre de l’Enseignement supérieur, Tayeb Bouzid, à la signature de 6 arrêtés portant sur la création d’unités de recherche au sein des instituts de recherche.

Ministère des Travaux publics
Le ministre des Travaux publics et des Transports, Mustapha Kouraba, préside, le 19 novembre à 9h, au Palais des expositions, Pins maritimes, Alger, l’ouverture de la 17e édition du Salon international des travaux publics.

Conseil de la nation

La commission des affaires économiques et financières du Conseil de la nation reçoit le 19 novembre , à 9h30, le ministre de l’Energie qui présentera le projet de loi sur les hydrocarbures. La commission des affaires juridiques et administratives recevra le 19 novembre à 14h le ministre chargé des relations avec le Parlement qui présentera le projet de loi portant statut général des employés militaires.

Ministère du travail
Le ministre du Travail, Tidjani Hassan Haddam, en présence de Mustapha Kouraba, ministre des Transports et Tayeb Bouzid, ministre de l’Enseignement supérieur, présidera, le 19 novembre à 9h au centre familial à Ben Aknoun, la journée d’information sur la Convention du travail maritime.

 

Ministère de l’Environnement
La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, présidera le 19 novembre , à 8h30, au siège du ministère, une journée dans le cadre des préparatifs de la 1re rencontre nationale des porteurs de projet dans les domaine du recyclage et des énergies renouvelables.

Ministère de l’Education nationale
Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, prendra part aux travaux de la 40e session de la Conférence générale de l’Unesco, qui aura lieu du 12 au 27 novembre à Paris (France).

Ministère de la Santé
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière lance, du 17 au 19 novembre à Oran, une campagne de dépistage du diabète et l’HTA et leurs complications.

 

CNAS

La caisse nationale de sécurité sociale, agence d’Alger lance jusqu’au 21 novembre au niveau des universités d’Alger une campagne d’information et de sensibilisation au profit des étudiants.

 

Don de sang

La fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire don de sang.

 

ONPPE
L’Organe national de protection et de promotion de l’enfance, en coopération avec l’Unicef, organisera le 19 novembre , à 13h30, au palais de la culture Moufdi-Zakaria, la célébration de la Journée mondiale des droits de l’enfant sous le slogan «des droits pour chaque enfant».

 

 Ambassade du Japon

L’ambassade du Japon à Alger organise à partir du 14 novembre à17h, l’ouverture de la semaine culturelle japonaise au Musée des Beaux-arts d’Alger.

 

 Salle Ibn Zeydoun 

A l’occasion de la sortie de son nouvel album «Wlidy», le chanteur Youss donnera, le 21 novembre à la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riadh El Feth, à Alger, un concert de musique.

 

Protection Civile
Sous le patronage du ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, la direction générale de la Protection civile lance, à partir de la wilaya de M’sila, une campagne nationale de prévention et de sensibilisation sur les dangers du monoxyde de carbone, sous le slogan «Un hiver chaud sans risques».

 

Park Mall de Sétif
Le groupe Babylone sera en concert le 30 novembre à 14h à la salle The Dôme Park Mall, Sétif. La première partie sera assurée par Dj. Souhil.

Coupole Mohamed-Boudiaf
Le rappeur franco-algérien Anas se produira pour la première fois en Algérie avec un concert prévu le 21 novembre prochain à partir de 18h à la Coupole du complexe Mohamed-Boudiaf d’Alger. La première partie du spectacle sera assurée par Dj Randall et Zedk.

 

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept