bannière vote
Les zombies sortiront-ils de terre? La science s'interroge
Search
Dimanche 15 Décembre 2019
Journal Electronique

Des hordes de morts-vivants terrorisant le voisinage: voilà qui fait de très bons films d'horreur, mais les zombies, bien entendu, n'existent pas dans le monde réel... vraiment ? Il existe en réalité de plus en plus de documentation sur des parasites capables de changer le comportement de l'animal qu'ils ont élu pour hôte - et de plus en plus d'études montrant que les humains ne sont pas non plus totalement immunes à ce genre de manipulations zombiesques.

Le sujet fascine la biologiste Athena Aktipis, de l'université de l'Arizona, qui est aussi l'auteure d'un podcast appelé "Zombified" (zombifié). "Plus de la moitié des espèces que nous connaissons sur Terre sont des parasites", explique-t-elle à l'AFP. Un exemple est le champignon Ophiocordyceps. Il libère des spores qui, lorsqu'ils infectent le corps d'une certaine espèce de fourmi, lui permettent de prendre le contrôle de son activité motrice. Il force ainsi l'insecte à s'éloigner de ses congénères et à s'accrocher à une plante, avant de mourir, figé par une infection. Un nouveau champignon pousse alors de la tête de sa victime, et libère à son tour des spores qui affecteront d'autres fourmis, répétant ainsi ce cycle de deux à trois semaines.

"Nous sommes totalement convaincus que les comportements de la fourmi sont tout à l'avantage du champignon", explique Charissa de Bekker, professeure assistante de biologie à l'université de Floride centrale, et qui mène des recherches sur ces deux espèces afin de mieux comprendre ce processus d'appropriation.

                                                                "Assez répugnant"

Autre exemple: les guêpes à galles, cibles d'une autre guêpe parasite, l'Euderus set. Kelly Weinersmith, professeure de biologie à l'université de Rice, a fait partie de l'équipe ayant découvert ce phénomène bien particulier. Au départ tout se déroule normalement: la première guêpe pond dans une cavité formée dans le bois d'un chêne, appelée une "crypte". La larve y grandit, et finit par mâcher les parois afin d'en sortir au terme de sa croissance. Mais lorsque la seconde guêpe trouve l'une de ces larves, elle place son propre œuf dans la crypte, et le parasite entre alors en action. Il manipule la première larve devenue jeune guêpe afin que le trou qu'elle creuse soit en réalité trop petit pour qu'elle puisse en sortir, de sorte qu'elle s'y retrouve coincée, avec seulement la tête qui dépasse. "Une fois qu'elle est piégée là, le parasitoïde mange (la première guêpe) de l'intérieur", explique Kelly Weinersmith. "Et lorsque le parasitoïde a fini de se développer, il mange la tête de son hôte et sort à travers sa tête." Le processus "est assez répugnant", convient la chercheuse.

                                                                   Et les humains?

Et si vous pensez que rien de tout cela ne peut arriver aux humains, vous pourriez être amenés à revoir votre jugement. Le parasite unicellulaire Toxoplasma gondii pourrait avoir affecté 40 millions d'Américains, selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), et certaines études ont montré qu'il pouvait influencer le comportement humain. Ce parasite se développe à l'origine dans l'intestin du chat. Et il "a évolué pour faire en sorte qu'un rat (infecté) soit attiré par l'urine de chat". Ainsi, le rat se rapproche du chat, qui peut donc le manger, et la boucle est bouclée. "Si ce n'est pas de la zombification, qu'est-ce que c'est?", demande Mme Aktipis.

Les êtres humains peuvent se trouver infectés en mangeant de la viande pas assez cuite, ou via leur animal de compagnie, par exemple en nettoyant sa litière. Certaines études ont rapporté un lien entre l'infection du cerveau par ce parasite et certains traits de personnalité, comme l'agressivité, même si d'autres études ont contesté ces résultats. La rage, de la même manière, rend les animaux et les gens très agressifs.

Mais le saut dans l'évolution du parasite devrait être considérable pour qu'il puisse faire à des humains ce qu'il fait aux rats. On est encore donc loin des hordes de zombies en pleine rue. Mais pour Athena Aktipis, qui a organisé une rencontre de médecine sur le thème de l'"apocalypse zombie" l'année dernière -et en prépare une autre pour 2020-, rendre le sujet ludique est un moyen de réfléchir aux éventuelles menaces futures. Elle recommande d'ailleurs de garder chez soi un sac d'urgence avec des vivres, un kit de premiers secours et du whisky pour stériliser les plaies - ou pour le boire, si les choses tournent vraiment mal.

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Foire de la production nationale

La 28e Foire de la production nationale ouvrira ses portes le 19 décembre au Palais des expositions des Pins Maritimes, Alger.

 

Ministère de la Culture

Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaih présentera, le 21 décembre à 16h, le café littéraire de l’Opéra, qui accueillera Abdelhafid Hamdi Chérif qui interviendra sur le thème «Aiyai, chant de l’ouvert».

Agence nationale des ressources en eau
L’Agence nationale de gestion intégrée des ressources en eau, à travers l’Agence du bassin hydrographique algérois Hodna Soummam, procédera, le 15 décembre, à la signature du contrat de captage El Hamiz, au siège de l’Office national de développement et de promotion de la formation continue.

 

CAAR
La Compagnie algérienne d’assurances et de réassurance organisera, le 15 décembre, au CIC d’Alger, à partir de 9h, une journée portes ouvertes sous le thème «la CAAR à l’écoute de ses partenaires».

Ambassade de la RASD

L’ambassade de la République arabe sahraouie démocratique organisera, du 19 au 23 décembre, les travaux du 15e congrès du Front Polisario.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

 

Agenda culturel

Café littéraire de l’Opéra d’Alger

La chanson bédouine en débat

Le café littéraire de l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïeh organisera, le 21 décembre à 16h, une rencontre-débat autour de la chanson bédouine «Aiyai, le chant de l’ouvert», animée par le professeur Hafid Hamdi Cherif.

Galerie d’art Aïcha-Haddad
Mourad Foughali expose ses toiles

Au grand bonheur des passionnés des arts plastiques, l’artiste peintre Mourad Foughali expose à la galerie d’art Aïcha-Haddad, à Alger, une série de toiles sous le thème «Rayonnement des sens». Organisée par l’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger, l’exposition se poursuivra jusqu’au 20 décembre.

Musée des beaux arts

A l’initiative de l’ambassade d’Espagne à Alger, de la Royale académie des beaux arts de San Fernando et de l’Institut Cervantès d’Alger, une exposition, intitulée «Goya physionomiste», en hommage au peintre et sculpteur espagnole Goya, se tiendra jusqu’au 15 décembre prochain au Musée des beaux arts d’Alger.

 AARC

L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel organise une exposition de peinture de Yasmine Siad jusqu’au 19 décembre à Dar Abdellatif, Alger.

Galerie Ezzou’art

La galerie Ezzou’art du Centre commercial de Bab Ezzouar (Alger) organise, jusqu’au 26 décembre, une exposition intitulée «L’Algérie, la protégée de Dieu», de l’artiste plasticien Sofiane Dey.

Palais de la culture d’Alger

Le Palais de la culture d’Alger organisera un gala de variétés avec Lyès Ksentini, Karima Essaghira et Yazid Oumoussa le 19 décembre à 18h30.

Hôtel Sofitel d’Alger

Une marché artistique de fin d’année «L’art & la matière», avec un roulement de 25 artistes par semaine, se tient jusqu’au 31 décembre de 13h à 19h à l’hôtel Sofitel d’Alger.

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept