Imprimer

A partir du mois de décembre prochain, une enquête sur la consommation du tabac ciblant la catégorie des jeunes dont l'âge varie ente 13 et 15 ans, sera menée par le ministère de la santé, de la population en prévision de la nouvelle stratégie de lutte anti-tabac s'étalant de 2020 à 2025.

"La dernière enquête représentative a été effectuée en 2013. Celle-ci a révélé que 9% des jeunes âgés entre 13 et 15 ans consomment su tabac", a souligné Lundi à Tipasa, le directeur central de la prévention au ministère de la santé, Youcef Tarfani, à l'occasion de la célébration de la journée nationale anti-tabac sous le slogan "Non ... à la première cigarette». Selon lui, ce taux est un révélateur de la prévalence de ce fléau chez cette catégorie. Un chiffre qu'il considère d'ailleurs alarmant. "La stratégie nationale de lutte anti-tabac 2015-2019 a pris ce pourcentage comme indicateur prépondérant dans son élaboration. Cette stratégie d'essence multisectorielle a pris en conséquence une somme d'outils et préconisé des programmes pour réduire le fléau », a-t-il rappelé. La prochaine enquête constituera donc un indice de perception de l'efficacité de la stratégie 2015-2019 de lutte anti-tabac et servira de donnée de base pour la prochaine actuellement en phase de préparation.

L'autre statistique alarmante est le taux des consommateurs de tabac enregistré parmi la population âgée entre 18 et 64 ans. Les résultats de l'enquête représentative menée en 2017 ont révélé que 16% de cette catégorie sont des fumeurs. Presque le tiers (31%) de la population en question de sexe masculin consomme du tabac alors que 0,5% des femmes en consomment. Un pourcentage que Tarfani trouve en deçà de la réalité. « Pour des considérations sociales liées aux tabous notamment, il est fort probable que le taux des femmes qui consomment du tabac est plus important », a noté le responsable. En attendant l'entrée en vigueur de la prochaine stratégie de lutte anti-tabac, Youcef Tarfani fera savoir que plusieurs mesures et mécanismes pour réduire la consommation du tabac ont été mis en œuvre. Il cite, à titre illustratif, la charte d'interdiction de fumer dans les établissements de santé. A l'en croire cette mesure a donné des résultats prometteurs. "193 hôpitaux ont signé la charte. Il faut savoir que l'ensemble des effectifs exerçant dans ces établissements n'y fument plus. Un travail de sensibilisation est inlassablement mené pour faire adhérer les citoyens qui s'y rende à cette dynamique», assure-t-il. La prévention est, selon le même responsable, un moyen de lutte anti-tabac important. "Nos praticiens, paramédicaux et psychologues des unités de dépistage et de suivi (UDS) sont entièrement mènent un travail de sensibilisation en ce sens. Idem pour nos 53 unités d'aide au sevrage tabagique implantées à travers les 48 wilayas», a-t-il indiqué. Selon, toutes les personnes addict au tabac qui fréquentent les unités d'aide au sevrage tabagique arrêtent la cigarette. Toutefois, la majorité d'entre ces patients s’y rendent après avoir contracté une maladie liée à la consommation de tabac. Pour avoir une idée des ravages causés par la cigarette, il faut savoir que 90% des malades atteints de cancer du poumon sont des fumeurs. Malheureusement, chaque année 9000 à 10000 citoyens attrapent un cancer du poumon.

Amirouche Lebbal