L'éditorial
Search
Lundi 17 Février 2020
Journal Electronique

Les chantiers de la nouvelle République 

Il ne manquera pas d’assez d’engagement et de détermination pour construire en si peu de temps ce que la bande prédatrice a détruit en deux décennies. Le fait est maintenant établi : la corruption érigée en mode de gestion, la gabegie et la dilapidation des deniers publics sont la cause fondamentale de la crise financière et économique du pays, aggravée par le tarissement des ressources pétrolières et le recours aux réserves de change. Le procès de l’affaire de montage de véhicules a révélé la profondeur du mal, en levant le voile sur la mainmise des hommes d’affaires véreux et la collusion d’intérêts avec de hauts dirigeants. Les dégâts sont incommensurables. «Certains projets ne peuvent être qualifiés d’industrie, car il s’agit simplement d’importation masquée», a lancé le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, consacrant sa première sortie officielle à l’inauguration de la Foire de la production nationale. Le souci de remettre sur les rails une économie dévastée dicte le combat contre «certaines pratiques immorales» et la récupération de l’argent volé. Au cœur du programme présidentiel, l’urgence d’une «économie nationale forte et diversifiée», créatrice de richesse et porteuse de bien-être social, est proclamée. Erigée en modèle en matière d’intégration réussie, l’industrie militaire constitue la locomotive de l’industrie nationale qui, nécessairement, doit être élargie aux usages civils, a indiqué le Président. Cette vision privilégie l’association des «hommes d’affaires patriotiques et honnêtes et les entreprises publiques et privées», assurés du soutien sans réserve de l’Etat, notamment par des allégements fiscaux pour «investir dans tous les secteurs et dans toutes les régions». La main tendue aux jeunes entrepreneurs participe également d’une intégration de toutes les compétences dans tous les domaines. Lors de l’inauguration de la Foire de production nationale, Tebboune a annoncé la création d’un département ministériel des start-up et une banque chargée de suivre et d’accompagner les jeunes porteurs de projets. «Nous allons créer le maximum d’incubateurs dans toutes les grandes villes du pays, qui seront parrainés par un ministère des start-up et de la micro-entreprise», a déclaré le président de la République, marquant ainsi un intérêt particulier pour les jeunes startuppers. Le renouveau est en marche.
Horizons

Cap sur la nouvelle République 

La solennité de l’événement est, plus encore, marquée par la naissance de la nouvelle République aux traditions bien affirmées. Elle constitue l’acte fondateur de la gouvernance institutionnelle, économique et sociale qui réhabilite l’Algérie ambitieuse, généreuse et fraternelle avec les valeurs novembriennes de justice sociale, de progrès et d’unité dénaturées par un régime autocratique et prédateur. L’esprit de convivialité a légitimement présidé à la reconnaissance de l’engagement patriotique du chef de l’Etat sortant, Abdelkader Bensalah, et le «rôle déterminant» de l’Armée nationale populaire (ANP) dans la préservation de «l’Algérie de la stabilité» et le retour à la normalité constitutionnelle. Dans cette Algérie de l’union sacrée, la remise de l’Ordre de mérite national du rang «Sadr» au chef de l’Etat sortant, à son successeur et au général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, est en soi significative de la volonté de bâtir ensemble une «nouvelle République, forte et respectée» pour chasser les vieux démons de la discorde. «Nous sommes maintenant dans l’obligation, tous, où que nous soyons et quelles que soient nos obédiences culturelles et politiques (...) et nous n’avons d’autre choix que de mettre la main dans la main pour réaliser les rêves de nos prédécesseurs, de notre jeunesse actuelle et des futures générations de l’Algérie à l’édification d’une nouvelle République forte et crainte, stable et prospère», a souligné le président Abdelmadjid Tebboune. La démarche consensuelle est privilégiée à travers la main tendue au hirak, appelé à se défaire de la chape de plomb partisane et des intérêts particuliers, pour parfaire une gouvernance institutionnelle ouverte aux compétences jeunes. La désignation d’un Premier ministre intérimaire, Sabri Boukadoum, chargé de la gestion des affaires courantes, et le limogeage de l’ancien ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Salah-Eddine Dahmoune, sont un pas en avant annonciateur du changement en profondeur du mode de gouvernance, dont le président de la République a clairement affirmé que la jeunesse sera l’épine dorsale. Preuve en est la place de choix réservée à la représentation juvénile dans la gouvernance locale et le rôle majeur des startuppers. La nouvelle République prône également une «économie nationale forte, diversifiée», ouverte à «tous les hommes d’affaires patriotiques honnêtes» et «aux entreprises économiques publiques et privées», pour assurer le bien-être social et la prospérité de tous. Elle est mue par le devoir de justice due à la «classe moyenne et à la couche vulnérable» souffrant de la dégradation du pouvoir d’achat.
Horizons

L’impérative union

Le nouveau président de la République n’a pas attendu longtemps pour définir les priorités de son mandat. Le contexte dont il hérite n’est, en effet, propice ni à l’atermoiement ni à l’indécision, et le désormais locataire du palais d’El Mouradia veut montrer et démontrer dès l’entame de son mandat qu’il est l’homme de la situation en prenant d’emblée le taureau par les cornes. Face à lui, en effet, se trouve un hirak pour le moins sceptique quand il n’est pas franchement retranché dans la position irréductible du refus de toute initiative institutionnelle. Le Président de tous les Algériens, quelles que soient au demeurant leurs opinions particulières, ne pouvait ignorer ce large pan de la société et ses revendications. Mieux, convaincu de l’impératif pour l’Algérie de rassembler ses forces pour faire face aux défis multidimensionnels qui s’imposent à elle, le chef de l’Etat, qui avait auparavant amplement ouvert la porte au dialogue, a affirmé que les «aspirations profondes» du peuple inspireront son action, notamment pour faire émerger une gouvernance efficace, l’Etat de droit, la justice sociale et les libertés démocratiques afin de construire cette «nouvelle république forte et respectée», bâtie sur les principes définis par la Révolution de Novembre 1954. Dans cette perspective, la révision de la Constitution se pose en priorité dans le programme du président de la République, qui annonce que le nouveau texte fondamental du pays limitera le renouvellement du mandat présidentiel à une seule fois et réduira les prérogatives du Président pour prévenir les dérives autocratiques, de même que seront consacrés la séparation et l’équilibre des pouvoirs, les libertés individuelles, collectives, de la presse et de manifestation. C’est dans ce même sillage que la loi électorale sera revue, accompagnée de mesures tendant à moraliser la vie politique et redonner de la crédibilité aux institutions élues. Le volet économique n’a pas été omis dans ce premier discours du chef de l’Etat qui a encouragé les chefs d’entreprise à investir pour créer de la croissance, une initiative qui ne manquera pas d’amorcer la restauration de la confiance, nécessaire pour redémarrer une économie plombée depuis plusieurs années par la gabegie et la crise financière.

Horizons

Les chantiers du renouveau démocratique

L’investiture du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, est incontestablement un rendez-vous de l’histoire avec la nouvelle Algérie revendiquée par le hirak, portée à bout de bras par l’Armée nationale populaire veillant à la protection des manifestants et assurant le devoir d’accompagnement intangible du processus électoral et, enfin, pleinement consacrée par le scrutin de la transparence et du libre choix des citoyens. C’est en présence des plus hautes autorités militaires et civiles, des représentants du corps diplomatique accrédités à Alger, des cadres supérieurs, de la classe politique et de la société civile que cet événement majeur cristallise la naissance de la nouvelle République à forte légitimité populaire et internationale que reflète l’afflux des messages de félicitations adressés par les chefs d’Etat et les souverains du monde entier, et le soutien grandissant des forces politiques et du monde associatif. Une partie non négligeable de l’opposition, prônant le boycott du scrutin du 12 décembre, n’a pas été insensible à la main tendue du Président du rassemblement national. Et, fait significatif, à la veille de la cérémonie d’investiture, le président français, Emmanuel Macron, qui avait auparavant «pris note» de l’élection du président Tebboune, n’a pas, cette fois-ci, dérogé à la règle d’usage pour le féliciter chaleureusement pour «la confiance que lui a accordé le peuple algérien». La présence du président tunisien Kaïs Saïed est un gage d’amitié et de fraternité que les deux pays ont toujours su fructifier. Dans une ambiance de convivialité et de sérénité, la nouvelle République avance à pas mesurés pour traduire en actes les engagements pris. «Je ne ferai aucune promesse que je ne saurais satisfaire», a affirmé le candidat Tebboune, proposant un programme en 54 points. Sous le label «Engagés pour le changement, capables de le réaliser», les chantiers structurent la quête d’une nouvelle ère qui pose les jalons de l’Algérie des compétences, de la démocratie participative et de la justice sociale. L’annonce prochaine du gouvernement, constitué de ministres de moins de 30 ans, est un indicateur de l’engagement du président Tebboune à favoriser l’intégration et la promotion des jeunes compétences au cœur de la nouvelle République, interpellée également par les défis de la gouvernance démocratique et de la défense du pouvoir d’achat de la classe ouvrière et de la classe moyenne.
 Horizons

Le temps du rassemblement national

La validation par le Conseil constitutionnel des résultats du scrutin du 12 décembre annonce la fin de la crise et l’émergence de la nouvelle République aux promesses démocratiques bien réelles. Il suffit, à cet effet, de relever l’absence de toute fraude, la participation appréciable des citoyens, malgré une conjoncture difficile et les tentatives d’empêchement du processus électoral. Le scrutin du retour à la normalité constitutionnelle s’appuie sur les acquis de l’Autorité nationale indépendante des élections et une compétition marquée par l’esprit d’éthique et de déontologie scrupuleusement respecté par les candidats et les médias. Aucun recours n’a été enregistré pour mieux exprimer une volonté de rupture radicale avec les anciennes pratiques de la contestation tous azimuts. La nouvelle ère est frappée du sceau de la légitimité du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, conforté par la reconnaissance massive de la communauté internationale remisant au placard de l’histoire les rengaines néocoloniales. L’Algérie de tous les Algériens est solidement ancrée dans le renouveau national incarné par le président de la République qui se prépare à accomplir la prestation de serment en présence de personnalités nationales et des représentants de pays étrangers. Elle se reconnaît dans la démarche rassembleuse soutenue par la classe politique, la société civile et les organisations nationales acquises à l’appel au dialogue lancé par le président de la République lors de la conférence de presse tenue après l’annonce des résultats électoraux. «Je m’adresse directement au hirak, que j’ai à maintes reprises qualifié de béni, pour lui tendre la main afin d’annoncer un dialogue sérieux au service de l’Algérie et seulement de l’Algérie», a-t-il souligné. La nouvelle République, débarrassée des tares d’un régime prédateur, est aussi arrimée au processus de refondation de l’Etat nation à travers, notamment, la révision en profondeur de la Constitution et une implication plus grande des jeunes compétences dans la gestion des affaires de la cité.
Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

    • Plus d’un Algérien sur deux en surpoids :: Un mal qui épargne de moins en moins les jeunes

      Des spécialistes de la santé ont, de nouveau, tiré la sonnette d’alarme sur les dangers de l’obésité à l’origine de l’apparition de maladies cardio-vasculaires et de cancers.

      Lors de la deuxième journée de la formation médicale continue, organisée, jeudi dernier, au Centre familial de Ben Aknoun (Alger) par l’Association de médecine interne (Sami) d’El Biar, le Pr Amar Tebaibia a tiré la sonnette d’alarme sur le problème d’obésité. Selon ce praticien, chef du service médecine interne à l’EPH d’El Biar et président de la Sami, «le surpoids et de l’obésité concernent 55,6% des Algériens dont 30,1% de femmes».

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

    • Bombardement de Sakiet Sidi Youcef : Une action désespérée

      Entretenir la mémoire des chouhada algériens et tunisiens tombés au champ d’honneur lors du bombardement, le 8 février 1958, de Sakiet Sidi Youssef, est une occasion qui s’offre pour renforcer une relation exceptionnelle qui unit les deux peuples voisins et frères. C’est ce qu’a soutenu, jeudi dernier, le secrétaire général du ministère des Moudjahidine, lors d’une conférence au Centre national d’études et de recherches sur le mouvement national et la révolution du 1er Novembre 1954, à Alger.

Sciences et Technologies

L'agenda

APN

Le groupe parlementaire algérien au Conseil de la choura de l’Union du Maghreb arabe organise, le 17 février , à 8h30,  à l’Assemblée populaire nationale, une journée à l’occasion de la célébration du 31e anniversaire de la création de l’UMA.

 

 Ministère  de la Solidarité

La ministre de la Solidarité, de la Famille et de la Condition de la femme, Kaoutar Kirikou, préside, le 17 février à 15h, au siège du ministère, la célébration de la Journée de l’enfant maghrébin.

Ministère des Moudjahidine

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, présidera, les 17 et 18 février  dans la wilaya de Saïda, la cérémonie de célébration de la Journée nationale du chahid.

Marketing touristique

L’Ecole supérieure d’hôtellerie et de restauration d’Aïn Benian (Alger ) abritera, les 19 et 20 février, les 13es journées de marketing touristique, organisées par RH International Communication.

MDN

La 1re Région militaire organise, à partir de 17 février jusqu’au 20 février, à l’Ecole nationale des techniques aéronautiques, le championnat national militaire de boxe.

 

UGCAA

Le SG de l’Union générale des commerçants et artisans algériens, Hazab Ben Chahra, organise, le 17 février , à 10h, au siège de l’Union, une conférence de presse sur les marchés de gros et leur organisation à l’approche du mois de Ramadhan.

HCA

Le Haut-Commissariat à la langue amazigh célébrera, les 21 et 22 février, à Ghardaïa, la Journée internationale de la langue maternelle.

HCLA

Le Haut-Conseil de la langue arabe organise, les 19 et 20 février, à 9h, à la bibliothèque El-Hamma (Alger), une rencontre nationale sur les écoles coraniques et leur rôle dans le développement de la langue arabe.

HCI

Le Haut-Conseil islamique organisera, les 25 et 26 février, en coopération avec la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le colloque international Mohamed-El-Arabi-Ben-Etebani intitulé «La connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

Salon de la logistique

Le 4e Symposium international sur la trans-logistique, le transit et l’entreposage des marchandises se tiendra le 29 février à Alger.

TNA
Le Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi organise, le 17 février , à 10h30, une conférence de presse pour présenter la pièce «Bellezza», produite par l’association SOS Bab El Oued, en présence de sa réalisatrice, Di Marco Chiara.



Exposion d’arts plastiques
L’Office Riadh El-Feth (Alger) organise, jusqu’au 29 février, au Centre des arts, une exposition d’arts plastiques d’Amel Kamila Hamidou et Samira Merabet.

ONCI
L’Office national de la culture et de l’information et le Centre algérien du développement du cinéma prganisent, demain, à l’occasion de la Journée nationale du chahid, la projection du film «Le Puits» et le film documentaire intitulé «Maâraket el chabaka el kobra».

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept