Imprimer

Une communication professionnelle et libre

Le coup d’envoi de la rencontre inédite organisée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avec les directeurs et les responsables des 3 chaînes de télévision (EPTV, El Bilad et El Hayet) et des 5 quotidiens (El Moudjahid, El Khabar, Echourouk El Yawmi, Le Soir d’Algérie et Le Quotidien d’Oran) a été lancé, hier, pour consacrer une tradition en rupture totale avec le schéma sclérosé d’une communication résolument orientée vers l’étranger et davantage marquée par le mépris souverain de l’opinion nationale. Le cycle des consultations tous azimuts concerne, précisons-le, l’ensemble des acteurs nationaux du monde de la communication et de l’information sollicité, à bon escient, pour débattre des questions de l’heure et informer régulièrement l’opinion publique. La voie du dialogue et du changement, inscrite dans les engagements du Président en faveur d’une presse libre et responsable, marque une ouverture indéniable, loin des pratiques discriminatoires et de la marginalisation ayant jusque-là prévalu. Elle entend combattre la désinformation et la manipulation, en posant les bases d’une communication professionnelle et performante qui utilise l’agence Algérie Presse Service comme l’unique moyen de transmission de l’information officielle et se développe sous l’autorité du ministre conseiller à la communication, porte-parole de la Présidence, Belaïd Mohand Oussaïd. Il s’agit donc d’opérer, dans un climat requérant «la pondération et la sérénité», une refondation du passage médiatique à «la hauteur des attentes de la nation» pour réhabiliter le «rôle d’éclaireur» et œuvrer au «renforcement du professionnalisme, loin de toute désinformation, propagande ou diffamation contre quiconque». L’état des lieux est déplorable au regard de la dérive monstrueuse caractérisée par la recherche du sensationnel, l’invective et la diffamation. L’urgence d’une «réforme globale», plaidée par le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, est incontournable pour «une presse libre dans le respect des lois de la République». C’est là le socle de la nouvelle République.
Horizons