L'éditorial
Search
Vendredi 26 Avril 2019
Journal Electronique

Savoir raison garder

Plus de perspicacité, beaucoup plus de sagesse et davantage de vigilance : jamais la conjoncture de crise n’a exigé autant de retenue que ce 10e vendredi pour mettre en échec «un plan malveillant»  fomenté depuis 2015 et démanteler les bombes à retardement du régime corrompu et corrupteur, en adéquation avec les revendications légitimes du peuple algérien stipendiant la bande de voleurs. S’il est important de veiller à sauvegarder le caractère pacifiste du mouvement populaire et de le «prémunir contre toute infiltration ou dérapage», la 2e République est menacée dans ses fondements unitaires et son devenir par des puissances affairées à appuyer sur le détonateur libyen de la déstabilisation étrangère, des conspirateurs et les tenants du chaos soufflant sur le brasier de l’impasse constitutionnelle et institutionnelle. Le lynchage organisé des représentants du gouvernement empêchés d’accomplir leurs missions et la campagne de diabolisation lancée contre des cadres jeunes, intègres et compétents, s’accompagnent d’une volonté d’oblitération perceptible dans «l’entêtement et l’acharnement» de certaines voix, le boycott et le rejet de toutes les démarches de sortie de crise par la voie pacifique, démocratique et civilisée. Dans son discours, prononcé dans la 1re Région militaire à Blida, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP, a réaffirmé son engagement de déminer les bases du régime honni et d’accompagner le peuple algérien «jusqu’à la concrétisation de ses attentes légitimes». Le temps est réellement compté pour l’Algérie du changement radical appelée à «mettre à profit toutes les opportunités pour aboutir à une convergence des visions et à un rapprochement des points à même de permettre d’aboutir à une solution, voire plusieurs, à la crise dans les plus brefs délais». Mais, en définitive, «le peuple est souverain dans ses décisions et c’est à lui qu’il appartient de trancher la question lors de l’élection du nouveau président de la République, qui aura la légitimité requise pour satisfaire le reste des revendications populaires légitimes». Le temps est également compté pour l’ère du clanisme, de l’ethnicisme, de l’impunité et du pillage à grande échelle qui seront combattus «par la force de la loi et avec la rigueur requise», jusqu’à la récupération du moindre sou indûment pris.
 Horizons

La voie de la normalité institutionnelle

Le retour à la normalité institutionnelle dans les plus brefs délais, dans l’optique de parachever l’intégralité du projet d’édification nationale, est la voie privilégiée pour sortir avec sérénité de la situation actuelle qui risque de se transformer, en l’absence d’une issue concertée, en une crise multidimensionnelle aux conséquences néfastes. L’heure est à l’action constructive pour faire barrage aux adeptes du statu quo qui rejettent toute alternative qui permette l’éclosion de la République nouvelle revendiquée par le peuple. Hier, au cours de sa visite d’inspection à la 1re Région militaire, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a réaffirmé, une nouvelle fois, que l’ANP demeure déterminée à accompagner le peuple jusqu’à la satisfaction de ses aspirations légitimes. Un soutien franc, mais aussi un engagement résolu à protéger le peuple et la nation contre toute tentative de déstabilisation d’où qu’elle vienne. «Nous rappelons que notre pays n’a cessé d’être la cible de complots abjects pour le déstabiliser et mettre en péril sa sécurité, en raison de ses positions constantes et sa décision souveraine refusant tout diktat», a souligné le général de corps d’armée. En partant de ce constat, le chef d’état-major a affirmé que l’ANP poursuivra vaillamment ses missions pour déjouer tous les plans et complots visant à semer le chaos au sein de la nation. Au-delà du risque direct qui plane sur la stabilité du pays, si la situation perdure, on risque de faire face à un autre défi et non des moindres. Si pour le moment, l’impact de la crise financière que connaît l’Algérie depuis l’été 2014 est plus ou moins endigué, il n’est pas sûr que notre pays puisse jouir d’une santé financière en l’absence d’une économie résiliente et diversifiée. C’est d’ailleurs juste à propos que Gaïd-Salah a relevé que «si la situation perdure, elle aura des conséquences sur l’économie et le pouvoir d’achat». Il est évident que dans l’état actuel des choses et sans un Président élu par le peuple, il est illusoire de croire à un sursaut économique aux retombées positives sur le plan social. Sans stabilité institutionnelle, on ne peut nullement entreprendre des réformes qui exigent en amont une adhésion populaire. tel que souligné par le général de corps d’armée, l’élan populaire a déjà cueilli ses premiers fruits, et ce n’est qu’en faisant preuve de raison, de clairvoyance et de sérénité que l’on pourra progressivement satisfaire toutes les revendications légitimes des citoyens et surtout réussir la construction de l’Algérie de demain.
 Horizons

La voie  du dialogue

Le vaste chantier de la concertation collective a été solennellement lancé par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, pour préparer les conditions d’un scrutin transparent et crédible et d’un exercice plein et entier de la souveraineté populaire. Les enjeux de la présidentielle du 4 juillet, consacrée par la Constitution, sont décisifs dans le basculement dans la 2e République intrinsèquement tributaire de la pérennité de l’Etat-nation confronté aux manœuvres de déstabilisation des survivances d’un régime finissant accusé d’«entraver les solutions de l’Armée nationale populaire et les propositions de sortie de crise». De la 4e Région militaire, le chef de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, a lancé  un «dernier avertissement» à l’ex-chef du Département du renseignement et de la sécurité, sommé de mettre fin à ses agissements. Et, dira-t-il, dans le cas contraire, «des mesures légales fermes seront prises à son encontre». Le processus de refondation démocratique, en rupture fondamentale avec les intérêts claniques et les cercles prédateurs, n’est pas de tout repos. Au Palais des nations, la démarche qui se veut rassembleuse et ouverte à toutes les compétences n’a pas provoqué une franche adhésion de la classe politique et de la société civile. Le secrétaire général de la présidence, Habba El-Okbi, qui a souligné qu’une invitation a été adressée à tout le monde pour débattre d’une question d’«extrême importance», a déclaré que l’opposition a «sa propre logique». Mais le cap est mis sur l’échéance du 4 juillet qui aura lieu «dans les délais constitutionnels». En jeu, l’institutionnalisation d’une instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l’organisation de l’élection présidentielle. Les consultations avec les partis et les personnalités nationales se poursuivront, donc pour «asseoir la démocratie, organiser une élection libre et transparente et instaurer un nouveau régime politique», a précisé le secrétaire général de la présidence. La voie du dialogue et du débat démocratique est privilégiée.
Horizons

Le temps de la concertation

Une  concertation sera lancée aujourd’hui par le chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah, pour tenter de sortir de la crise politique et remettre sur les rails le processus de transition démocratique. Dans la perspective de l’élection présidentielle du 4 juillet, les exigences d’un dialogue national se font sentir pour assurer la pérennité de l’Etat national et le fonctionnement des institutions Cette démarche traduit l’engagement du chef de l’Etat à susciter un consensus de la classe politique et de la société civile pour œuvrer de concert à la mise en place des conditions d’un «scrutin présidentiel transparent et régulier» qui permettra au peuple d’exercer «son choix libre et souverain», en plaidant pour la création d’une institution nationale collégiale chargée de veiller à la tenue d’une l’élection présidentielle crédible et propre. «C’est en concertation avec la classe politique et civile citoyenne que je me propose, en priorité et en urgence, de créer une institution nationale collégiale, souveraine dans ses décisions, à laquelle sera dévolue la mission de réunir les conditions nécessaires de préparation et d’organisation d’une élection nationale honnête et transparente. Le gouvernement et les services administratifs concernés seront chargés de la soutenir et de l’accompagner dans l’accomplissement de ses missions en toute liberté», a affirmé le chef de l’Etat dans son discours à la nation. Cette proposition de sortie de crise a été toutefois différemment perçue. Parmi les personnalités reçues à la Présidence, l’idée d’une «commission souveraine» qui comprenne des partis et des représentants de la société civile a été avancée par l’avocat Miloud Brahimi, appelant au report de la présidentielle et à la «refondation du pays et à la construction d’un régime digne des attentes de ce peuple». L’ancien président de l’APN, Abdelaziz Ziari, se déclare convaincu que l’article 102 est «un début de solution» qui impose toutefois de dépasser le cadre constitutionnel pour éviter le blocage actuel. Selon le président du Front El Moustakbal, Abdelaziz Belaïd, soucieux de la préservation de la stabilité, la protection des institutions et des personnes», il est indéniable que la «garantie d’une transition en souplesse, dans un cadre légal, ne peut être réalisée que par le biais d’une élection propre et transparente». Dans le camp des opposants à cette démarche, la concertation collective est jugée «inopportune» et ne répond pas aux revendications populaires. Mais quelles que soient les positions aussi antagoniques soient-elles, le débat contradictoire reste incontournable dans la vie démocratique porteuse d’alternatives variées.
Horizons

 

Démocratie, unité et identité 

Près de 4 décennies après son déclenchement, le Printemps amazigh (Tafsut Imazighen) a été célébré au cœur du hirak dans un climat de fraternité et de communion avec les valeurs d’unité nationale transcendant le régionalisme et toute forme d’exclusion. La convergence démocratique est d’autant plus frappante que, dans le contexte d’une mobilisation populaire du 9e vendredi plus festif que jamais, la capitale a rythmé la marche en avant de l’Algérie plurielle et soucieuse d’une réappropriation de son histoire, de son identité et de sa culture riche d’une diversité féconde. A l’heure d’un changement radical unanimement admis, le socle unitaire est le plus grand acquis ancré dans la conscience nationale qui exprime l’attachement à la voie pacifique «Silmiya quoiqu’il en coûte» et le refus viscéral de toute ingérence extérieure. Il est assurément le rempart contre toutes les dérives chaotiques. D’Ouargla où il a effectué une visite d’inspection, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, a écarté le spectre de la déstabilisation et solennellement affirmé, jeudi dernier, que «toutes les tentatives désespérées ciblant la sécurité et la stabilité de notre pays ont échoué et vont encore échouer à l’avenir». C’est cette confiance renouvelée entre l’armée irréversiblement «aux côtés du peuple» et un peuple uni qui constitue la quintessence de la quête démocratique d’une Algérie nouvelle, forte de la consolidation de ses composantes identitaires et culturelles. La promotion de tamazight reste, à cet effet, l’un des jalons importants du long processus de maturation qui s’est concrétisé par la proclamation de Yennayer institué en fête nationale, la constitutionnalisation et la reconnaissance de tamazigh comme langue nationale et officielle, la création de l’Académie algérienne et le développement dans les secteurs stratégiques de l’éducation, de la culture et de la communication pour assurer la généralisation de l’enseignement de tamazight, son rayonnement dans le monde des arts et de l’édition et son ouverture aux médias. Les avancées sont incontestables dans la construction démocratique fondée sur l’attachement à l’unité nationale et aux valeurs identitaires communes.
Horizons

 

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de la Santé

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, présidera, le 25 avril à 8h30 à  l’Institut national de santé publique, la cérémonie d’ouverture de la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le paludisme sous le thème «Zéro palu ! Je m’engage».

Ministère de la Formation professionnelle

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Dada Moussa Belkhir, présidera, le 28 avril à 8h30 à l’Infep d’El Biar (Alger), une réunion avec les directeurs de wilaya de son secteur.

Ministère des Ressources en eau

Le ministre des Ressources en eau, Ali Hamam, présidera,  le 25 avril à 10h au siège de son département ministériel, un regroupement dédié à l’examen de l’état du service public de l’eau et de l’assainissement dans les wilayas du sud du pays.

UGTA

Le secrétaire général de la Fédération des travailleurs de la poste, des télécommunications, des technologies et du numérique organise,  le 25 avril à 11h au niveau de son siège, une conférence pour s’enquérir, à travers les déclarations, de la situation qui prévaut au sein du secteur.

Ministère de l’Education nationale

Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, chef de la délégation algérienne, président de la commission nationale pour l’éducation, la science et la culture, prendra part, le 29 avril à Nouakchott (Mauritanie), aux travaux de la 7e session extraordinaire de la conférence générale de l’Organisation arabe pour l’éducation, la culture et les sciences.

Radio DGSN

L’émission «Li Amnikoum» de l’espace radio de la Sûreté nationale, diffusée sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale de 16h à 17h, sera consacrée  le 25 avril aux «infractions des véhicules poids lourds».

Forum d’El Moudjahid

Le forum d’El Moudjahid recevra, le 28 avril à 10h,  Mustapha Zebdi, président de l’Association de protection et orientation du consommateur et son environnement.

MDN
Le 22e championnat national militaire du pentathlon naval de la saison sportive 2018-2019 de la base navale principale de Mers El Kebir, de la 2e Région militaire, prendra fin aujourd’hui.

SNM
Le Syndicat national des magistrats organisera, le 27 avril à 9h à l’Ecole supérieure de la magistrature de Koléa (Tipasa), l’ouverture des travaux de la 7e rencontre de l’assemblée générale des magistrats.

Galerie Espaco
L’artiste peintre Denis Martinez présentera jusqu’au 4 mai, à la galerie Espaco, sa nouvelle exposition de peinture intitulée «Bahaz Khouya Gnaoui Blidi», Hkayet 3chra (histoire d’une complicité).

Semaine de la langue espagnole
Dans le cadre de la Semaine de la langue espagnole en Algérie, l’ambassade d’Espagne, les ambassadeurs latino-américains accrédités (Argentine, Chili, Colombie, Cuba, Mexique, Pérou et Venezuela) et l’Institut Cervantès d’Alger organisent, jusqu’au 28 avril, un riche programme culturel.

ANVREDET
L’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du développement technologique organise, du 25 au 27 avril, la tournée nationale Id Tour Talk Serious Game au niveau de l’Ecole des hautes études commerciales.

Institut français d’Oran
L’Institut français d’Oran organisera, tous les samedis jusqu’au 27 juillet de 14h à 16h, des ateliers de slam.

ONCI
L’Office national de la culture et de l’information entame ses spectacles en direction des enfants, le 27 avril à 15h à la salle Sierra Maestra (Alger), en offrant des moments de magie et d’illusion avec les artistes Sam dan son show «Bulles de Savon» et le magicien Amou Mourad Ferrahi.

Photo news
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  •  Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • École El Melah
  • École El Melah

Football

Sports Divers

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept