Redynamiser l’action de l’Exécutif
Search
Dimanche 28 Février 2021
Journal Electronique

Le président de la République a procédé à un remaniement ministériel en vue de redynamiser l’action de l’Exécutif. Il a laissé entendre que cette équipe n’a pas été à la hauteur de ses attentes et il a même reconnu des lacunes qu’il faudra rectifier en urgence. Des politologues contactés à cet effet ont estimé que bien qu’il ait une durée de vie limitée, étant donné qu’il sera revu encore une fois à l’issue des prochaines élections législatives, le prochain gouvernement devra assumer de lourdes tâches, notamment sur le plan économique et politique.

Le politologue Ali Rebidj a rappelé que les partis politiques avaient souhaité un changement gouvernemental après les élections législatives, mais le chef de l’Etat en a décidé autrement.  «Le président de la République a jugé utile de procéder à ce remaniement, car il est bien placé pour connaître les lacunes et les manquements des uns et des autres. Il avait déjà opéré un changement en mars 2020, et aujourd’hui, il a  nécessaire d’aller vers un autre lifting», souligne-t-il. Rebidj a fait remarquer que la décision présidentielle est motivée par une volonté exprimée par la rue d’écarter quelques ministres ayant failli dans leurs missions respectives. «Je ne dirais pas qu’ils ont échoué, mais ils n’ont pas été à la hauteur des objectifs tracés dans le cadre du programme du chef de l’Etat. Je cite essentiellement les secteurs étroitement liés à la vie quotidienne du citoyen, tels que les transports, l’enseignement supérieur, le commerce et l’industrie. La rue s’attendait à un changement rapide dans ces domaines, mais hélas les résultats sont loin des aspirations citoyennes», soutient-il, signalant que ce changement intervient au moment de la dissolution de l’APN. Ce qui implique que ce nouveau gouvernement aura du pain sur la planche. Le politologue a expliqué, par ailleurs, que les vrais enjeux devraient être définis à l’issue des prochaines législatives devant aboutir à un gouvernement qui sera composé en fonction de la majorité parlementaire conformément aux nouvelles dispositions constitutionnelles.  
 
Une équipe mi-politique mi-technocrate
«Cela dit, la durée de ce nouveau gouvernement ne devrait pas dépasser les cinq à six mois au maximum. Il ne faut pas s’attendre à de grands changements durant cette période qui précède le prochain scrutin. Les ministres ne pourront pas assumer leurs responsabilités politiques tant que les résistances administratives demeurent de mise», estime-t-il, notant que le chef de l’Etat devrait penser plutôt à mettre en place un gouvernement mi-politique mi-technocrate en impliquant certaines formations politiques dans la gestion gouvernementale. Le politologue Idriss Attia a, lui aussi, relevé que le nouveau gouvernement devrait assumer des missions importantes du moment que le président de la République a reconnu que certains ministres ont échoué dans la gestion de leurs départements. «Malgré sa durée limitée dans le temps, le nouveau gouvernement se doit de résorber la colère populaire en répondant diligemment aux attentes à travers le lancement de nouveaux plans structurants. L’action du gouvernement doit être pérenne. Elle ne doit pas être liée aux prochaines élections législatives», précise-t-il. De ce fait, il estime que c’est l’occasion de donner la chance à de nouveaux responsables compétents inspirés des principes de l’Algérie nouvelle. «Il faut de nouvelles figures capables de donner le meilleur au pays», insiste-t-il, prévoyant la mise en place d’un gouvernement intégrant à la fois des technocrates et des politiques puisque le chef de l’Etat avait engagé dernièrement des consultations avec des responsables de partis.
 Karima Alloun

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Saga des entreprises

Santé

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda


UGCAA
L’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) organise le 3 mars à 9h30 au siège de l’Union, une conférence de presse qui sera animée par la présidente de la Fédération des crèches et maternelles, Mme Nouara Ben Kharouf,  sur l’impact de la Covid-19 sur ces établissements.


Ministère de la Culture

La Palais de la culture d’Alger organisera, le 27 février à 14h, la cérémonie de récompense des lauréats des concours de calligraphie arabe et de mosaïque.


Musée du moudjahid
Dans le cadre de la célébration des manifestations du 27 février 1962 survenues à Ouargla, le Musée national du moudjahid organisera, le  25 février , à 14h, une conférence intitulée «Le Sahara algérien dans la stratégie coloniale française».

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept