Pharmadigit, une start-up spécialisée dans le matériel médical :Lutte acharnée contre la spéculation et la pénurie
Search
Samedi 27 Février 2021
Journal Electronique

Ces dernières années, le secteur pharmaceutique a traversé plusieurs crises de pénurie et de ruptures de stock. En dépit des efforts déployés et des solutions proposées par les pouvoirs publics comme par les professionnels du secteur, cette problématique est restée entière. Elle s’est encore aggravée depuis l’apparition de la Covid-19 vu qu’en raison de la pandémie, les volumes des importations en produits pharmaceutiques sont considérablement réduits.

 

Une situation qui a poussé Mostefa Guessas, licencié en études marketing et muni d’une expérience professionnelle de plus de 15 ans dans le domaine pharmaceutique, à réfléchir sur une solution durable afin de contribuer à régler cette problématique et ce, en se lançant dans une «guerre» contre la spéculation et la pénurie, des médicaments notamment. De cette situation, en fait, est né un rêve d’entreprenariat que Mostefa Guessas a fini par réaliser à force de persévérance. C’est ainsi que la start-up Pharmadigit a vu le jour en 2020, spécialisée notamment dans les matériaux médicaux et dans le consommable médical.
«Cette start-up est née d’un rêve. Après avoir travaillé pour le compte de huit compagnies nationales et multinationales dans le marketing, j’ai décidé de mener ma propre barque et réaliser mon rêve. Celui de rendre le domaine de la pharmacie humain avant qu’il ne soit commercial, le rendre plus transparent. On s’est fixé comme objectif principal la lutte contre la spéculation et la pénurie et mettre dans les mains des professionnels de la santé tous les moyens nécessaires pour exercer leur travail en leur assurant une disponibilité permanente des produits parapharmaceutiques et matériels médical et en temps réel», souligne le fondateur et CEO de cette start-up, Mostefa Guessas. Pharmadigit (www.parapharmdz.com), assure-t-il, est la première plateforme B to B to C en parapharmacie, matériels et consommables médicaux en Algérie et même en Afrique. Elle permet la mise en relation entre les différentes parties concernées afin de faciliter l’accès à l’information concernant la disponibilité des produits et services en parapharmacie et matériels médical en temps réel. De cette façon, tous les acteurs du domaine du parapharmaceutique, des dispositifs et équipements médicaux et des professionnels de la santé sont regroupés sur une même plateforme digitale, facilitant ainsi la conclusion des transactions, de manière transparente et harmonieuse.  Cette plateforme réunit, en fait, producteurs et importateurs, distributeurs et grossistes, pharmaciens, médecins, des cliniques privées et tous les  autres professionnels de la santé.

Une plateforme qui réunit tous les professionnels de la santé
«Notre plateforme fournit également un marché virtuel des produits parapharmaceutiques et dispositifs médicaux en mode E-commerce, pour créer une dynamique commerciale et favoriser la croissance dans ce domaine», confie-t-il. Comme les pouvoirs publics ont lancé un grand chantier de digitalisation de l’économie nationale, cette start-up a voulu, dans ce cadre, prendre part à cet effort  afin d’élever les transactions commerciales au niveau requis et éliminer, par la même occasion, le phénomène de la pénurie, en particulier pendant les crises, celle relative à la Covid-19 notamment. Comme toute start-up créée avant les dispositifs de facilitations récentes, déployés par les pouvoirs publics, dont le fonds de financement de ce type d’entreprises, la naissance de Pharmadigit  n’a pas été des plus faciles. «La majeure difficulté que nous avons rencontrée est l’absence d’un écosystème favorable pour nous accompagner dans le lancement de notre projet. Car quand il s’agit de projets innovants, l’ancien système fiscal et administratif n’aide pas à la création et au développement des start-up», remarque-t-il.

Quatre personnes pour gérer des centaines de clients !
Une fois la start-up créée officiellement, son fondateur a investi les réseaux sociaux pour se faire connaître. Rien de plus facile, selon lui, quand notre communauté d’internautes compte 23 millions de personnes connectées. «Avec une pareille communauté, très dense, nos chances de nous faire connaître sont énormes. C’est 1.000 fois plus efficace que le porte-à-porte ou le bouche à oreille. C’est grâce aux outils digitaux qu’on a réussi à attirer les professionnels de la santé. On compte, parmi nos clients, 35 laboratoires, 35 producteurs et importateurs ainsi que 500 pharmaciens», rapporte-t-il. L’absence de concurrents dans le marché, dans le créneau investi par Pharmadigit, facilite la tâche à cette dernière pour gagner des clients. «Il existe, certes, sur le marche virtuel, des sites de vente en ligne du matériel médical et produits pharmaceutiques, mais notre start-up est la seule qui a développé une plateforme où sont connectés l’ensemble des acteurs et professionnels de la santé», affirme-t-il.  Par cette plateforme, cette start-up vise à être un partenaire véritable au service des entreprises et un acteur majeur dans le développement des technologies de l’information et de communication en Algérie, en cultivant, comme valeurs, le win-win (gagnant, gagnant) avec ses collaborateurs et ses partenaires ainsi que le partage d’expérience et de savoir-faire. «Avec un volume de marché en produits pharmaceutiques de plus de 1.7 milliard de dollars, de plus de 80.000 professionnels de la santé, de 13.000 pharmaciens, 700 cliniques privées et un marché de médicament de plus de 4 milliard de dollars dont 52% production locale et 48% importations,  le marché pharmaceutique est des plus porteurs.
Sans oublier les 95 unités de production garantissant une couverture en produits pharmaceutiques et parapharmaceutique pour plus de 44 millions de citoyens.  En raison de tout cela, on s’attend à ce que des concurrents envahissent notre domaine à court terme», signale le fondateur de Pharmadigit. Pour l’instant, confie-t-il, son équipe n’est pas très peaufinée. «Nous sommes seulement quatre pour le moment. Mais on va recruter d’autres personnes une fois les financements nécessaires dégagés. Au mois de juin, on sera 20 au total. On va former les nouveaux membres pour former une équipe soudée et harmonieuse», conclut-il.
 Farida Belkhiri

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Saga des entreprises

Santé

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda


UGCAA
L’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA) organise le 3 mars à 9h30 au siège de l’Union, une conférence de presse qui sera animée par la présidente de la Fédération des crèches et maternelles, Mme Nouara Ben Kharouf,  sur l’impact de la Covid-19 sur ces établissements.


Ministère de la Culture

La Palais de la culture d’Alger organisera, le 27 février à 14h, la cérémonie de récompense des lauréats des concours de calligraphie arabe et de mosaïque.


Musée du moudjahid
Dans le cadre de la célébration des manifestations du 27 février 1962 survenues à Ouargla, le Musée national du moudjahid organisera, le  25 février , à 14h, une conférence intitulée «Le Sahara algérien dans la stratégie coloniale française».

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept