1re édition du prix du Président de la République pour la littérature et la langue amazighs
Search
Lundi 25 Janvier 2021
Journal Electronique

Les lauréats  distingués

Le Prix du président de la République pour la littérature et la langue amazighs a été attribué, hier, à 10 lauréats choisis parmi 160 participants sélectionnés sur un total de 220 candidats. 

 

La distinction s’est déroulée lors d’une cérémonie au Centre international de conférences Abdelatif-Rahal, à l’occasion de la célébration du Nouvel An amazigh «Yennayer» 2971. Y étaient présents le médiateur de la République, Karim Younès, le conseiller du Président chargé du mouvement associatif et de la communauté nationale à l’étranger, Nazih Berramdane, le ministre de la Poste et des Télécommunications, Brahim Boumzar, et des personnalités politiques. Créé par décret présidentiel au mois d’août 2020, ce prix, qui comporte quatre principaux volets, vise à encourager la recherche, la production et la promotion de la littérature et de la langue amazighs. Raison pour laquelle, les lauréats se sont vu remettre le «trophée d’honneur» dans différentes sections.
Dans la catégorie «Linguistique», le premier prix a été décerné à Yacine Meziani, alors que le deuxième et troisième prix ont été remportés respectivement par Abdeselam Brahim et Benramdane Mohamed Zakaria. Dans la catégorie «Recherche scientifique, technologique et numérique», le sacre a été attribué à Toufik Djerroud, alors que le troisième prix a été remis à Ali Zaïdi, étant donné que le second prix n’a pas été attribué. Dans la section «Œuvre littéraire et traduction en langue amazigh», c’est Rachid Boukhrouf qui a remporté le premier prix, alors que Kaddour Rabah et Saïda Aboubale ont décroché le deuxième et troisième prix. Dans «Patrimoine culturel immatériel amazigh», deux prix ont été remis. Le troisième est revenu à Lyès Belaïd, alors que le deuxième a été décerné à Ali Hedjez. Le premier prix, quant à lui, n’a pas été attribué. S’exprimant à cette occasion, El Hachemi Assad, secrétaire général du Haut-Commissariat à l’amazighité (HCA), a souligné l’importance du prix, devenu officiel, et dont l’intérêt est d’encourager la recherche, d’enrichir et de promouvoir la langue et la culture amazighs.

Encourager la recherche et la créativité
Lors de son allocution d’ouverture, Assad a mis l’accent sur le mot «El Khir» (l’abondance). «Un terme très répandu dans la langue arabe, et qui a gardé sa connotation dans la langue amazigh, comme pour prouver que les langues s’échangent et partagent quelquefois les mêmes mots pour assurer une meilleure fluidité de la communication», précise-t-il. C’est dans cet optique, poursuit le même responsable, «que ce prix a été créé, pour appuyer la recherche et encourager la créativité, soit une véritable valeur ajoutée, à travers laquelle, les chercheurs vont travailler d’arrache-pied pour améliorer la qualité de la langue amazigh, de traduire et de mettre en valeur la richesse et la diversité littéraires, dans le cadre d’une compétition loyale permettant aux participants de présenter leurs œuvres et de faire connaître leur savoir-faire». Selon l’intervenant, c’est à travers ce genre d’initiative qu’il est désormais possible de redonner à la langue amazigh une place de choix, en lui accordant plus de considération dans un environnement de paix et de vivre-ensemble qui renforce l’unité nationale et lui permet d’évoluer sur de bonnes bases. «C’est ce qui nous encourage à consentir plus d’efforts et à travailler loin de toute démagogie», dit-il. Pour lui, cette compétition est un pari réussi par excellence. «Le Prix est une proposition du HCA, et le voilà concrétisé dans sa première édition dans ses multiples sections dans lesquelles les compétences doivent se démarquer conformément aux critères de base», a noté Assad. Pour sa part, le président du jury, Youcef Necib, enseignant spécialisé en littérature amazigh et chercheur en anthropologie sociale, a rassuré que l’ensemble des participants et les responsables ont travaillé dans de très bonnes conditions depuis plus de cinq mois.
«Le jury et le HCA ont travaillé en coordination continue, la sélection s’est faite sur un nombre bien défini et a fait ressortir les 10 noms des gagnants à cette première édition du Prix du président de la République pour la littérature et la langue amazighs», se félicite-t-il. Selon lui, le prix en question va permettre l’émergence de jeunes talents littéraires, et de permettre aux spécialistes et aux scientifiques d’aller plus loin dans leurs recherches. La cérémonie a pris fin avec une magnifique photo de «famille» ayant réuni les lauréats et les membres du jury, pour immortaliser l’évènement.
Rym Harhoura

 

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Environnement

    • Climat : 480.000 morts en 20 ans

      Près d’un demi-million de personnes ont péri dans des catastrophes liées à des événements météo extrêmes ces 20 dernières années, selon un rapport publié lundi qui souligne la menace du dérèglement climatique pour l’Humanité.Et ce sont les pays les plus pauvres qui paient le prix humain le plus lourd de ces tempêtes, inondations ou canicules répertoriées entre 2000 et 2019 par l’ONG GermanWatch. Dans ce bilan de près de 480.000 morts provoqués par plus de 11.000  événements météo extrêmes, Puerto Rico, la Birmanie et Haïti ont ainsi été les pays les plus touchés. Organisé par les Pays-Bas, le premier Sommet pour l’adaptation climatique, s’est ouvert hier. Cet  indice mondial des risques climatiques, publié chaque année, estime également que ces catastrophes ont coûté 2.560 milliards de dollars depuis le début du siècle. Alors que les effets du réchauffement de la planète se font de plus en  plus sentir, les pays riches avaient promis de porter à 100 milliards de  dollars par an leur assistance climat aux pays en développement à partir de  2020, mais le compte n’y est toujours pas. 

       

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

APN
La commission des transports, des transmissions et des télécommunications de l’APN auditionnera le  26 janvier , à 10h, le ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Brahim Boumzar. 

Forum d’Echaâb
Le forum du quotidien Echaâb invite recevra le  26 janvier , à 11h, le président du Conseil national économique et social Rédha Tir.

Ministère de la Justice

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belgacem Zeghmati, présidera, samedi prochain, au siège de son ministère, une réunion de coordination des représentants de son département, du ministère des l’Enseignement supérieur et de l’Union nationale de l’ordre des avocats, consacrée aux modalités d’organisation du CAPA.

 

 

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept