Imprimer

L’Organisation mondiale de la santé a délivré des autorisations d’urgence pour l’utilisation des tests antigéniques dans le dépistage de masse de la Covid-19.

 

L’une des nouvelles techniques introduites pour le dépistage du coronavirus est le test antigénique. Au début de la pandémie, ces tests manquaient de sensibilité, mais les scientifiques ont amélioré l’efficacité de ce type de dépistage. «Maintenant, nous avons des tests avec une sensibilité à plus de 80%», a souligné le directeur général de l’Institut Pasteur d’Algérie (IPA), le Dr Faouzi Derar. Car, entre temps, l’Organisation mondiale de la santé a délivré des autorisations d’urgence pour leur utilisation dans le dépistage de masse. Selon le DG de l’IPA, le conseil scientifique a décidé, lors d’une récente réunion, d’introduire ce type de test comme outil de diagnostic et de dépistage.


Le Dr Derar a fait savoir que l’Algérie a déjà formulé une demande quant à l’acquisition d’un important lot de ces tests qui seront réceptionnés dans les prochains jours. En plus des ces quantité qui seront importées, trois laboratoires nationaux se sont lancés dans la fabrication de ces tests. Il s’agit, selon le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed, des laboratoires HUPP et IMD pour les kits de prélèvement et de transport, avec une capacité de production journalière de 80.000 kits, du laboratoire IMD pour les kits réactifs PCR avec une capacité de production journalière de 10.000 kits et du laboratoire Salem pour les tests antigéniques, avec une capacité de production journalière de 30.000 tests. Pour sa part, le Dr Mohamed Bekkat Berkani, membre du Comité scientifique du suivi de la pandémie et président de l’Ordre national des médecins, a estimé que l’introduction des tests antigéniques réduira d’une façon conséquente la demande sur les tests PCR. En plus de son efficacité, cette nouvelle méthode donnera, selon lui, des résultats en un temps raccord et elle est facile à effectuer par les laboratoires.«Le test antigénique est une option urgente à développer pour stopper la propagation du coronavirus puisque les résultats sont obtenus en un quart d’heure», soutient-il. Du côté des laboratoires, on n’en pense pas moins. Le président de Syndicat national les laboratoires d’analyses privés (SNLAP), le Dr Yacine Mizi Oualleoua, a estimé que l’utilisation des tests antigéniques sera un plus dans le dépistage de la Covid-19. Selon lui, ils sont moins coûteux par rapport à la PCR, en plus d’être plus adaptés au dépistage de masse.

pénurie des réactifs
Sa mise en place, selon le Dr Mizi, doit se faire dans le cadre d’une stratégie en classant les tests antigéniques en première position suivis de la PCR qui sera destinée aux patients ayant un test antigénique négatif. Par ailleurs, le président de SNLAP a estimé que toute décision prise par les autorités de baisser le prix de la PCR, qui a atteint dans certains laboratoires les 20.000 DA, est à saluer. Il a rappelé que, selon un communiqué du ministère de l’Industrie pharmaceutique, la baisse des prix pour certains laboratoires d’analyses se fera avec le soutien de la société IMD. Suite à cette déclaration, le syndicat a pris attache avec ladite société, mais celle-ci dit ignorer pour l’instant l’initiative du ministère. Depuis que cette annonce a été faite, le syndicat a également contacté tous les laboratoires concernés, mais aucune «trace n’a été trouvée à propos de cette démarche».
Il a réaffirmé que la baisse des prix sera la bienvenue. «Nous sommes prêts à adhérer à n’importe quel mécanisme pour réduire les prix des tests PCR, mais il semble que les ministères de l’Industrie pharmaceutique et la Santé ignorent nos demandes d’audience», a-t-il expliqué. Au passage, le Dr Mizi a fait savoir que la pénurie ne touche pas uniquement les réactifs PCR mais d’autres destinés aux analyses médicales. «Les professionnels font état de l’absence de réactifs pour les tests de groupage et d’hormonologie», a-t-il révélé. Le président du SNLP a rappelé que les laboratoires privés assurent plus de 70% des analyses médicales.
 Samira Belabed