Economie de la connaissance en Algérie : De nouveaux métiers ont vu le jour
Search
Vendredi 30 Octobre 2020
Journal Electronique

L’économie de la connaissance, bien qu’elle soit encore timide dans notre pays, commence à modifier doucement mais sûrement l’architecture du marché du travail. Depuis l’avénement de la crise sanitaire surtout, de nouveaux postes d’emploi ont été créés ici et là, découlant du e-commerce qui connaît, depuis quelques mois, une évolution certaine. «L’économie de la connaissance peut générer des milliers d’emplois à partir d’une simple idée. On est loin du modèle classique du marché du travail qui propose un nombre limité de postes pour contribuer à résorber le chômage», a indiqué, dans un webinar, l’expert dans la création de start-up et coach dans ce domaine agréé par le Bureau international du travail, Amari Guelai. Parmi les postes d’emploi que l’économie de la connaissance a générés, dans le domaine notamment du e-commerce, les livreurs à domicile. Un métier qui se développe rapidement, au niveau national, depuis que les commandes en ligne ont remplacé le shopping ordinaire, suite à la pandémie de la Covid-19. «Il est vrai que les nouveaux métiers, découlant de l’économie de la connaissance, font reculer certains métiers classiques. Mais cela ne doit pas être considéré comme une menace. Au contraire, c’est une chance. Car ces nouveaux métiers engendrent d’autres à leur tour, dotant le marché du travail de milliers de postes d’emploi, qui répondent réellement aux besoins», a soutenu l’expert. Ainsi, le marché du travail passe du principe de la quantité à celui de la qualité. «Le principe de la quantité limite le nombre de postes d’emploi. Dans un projet automobile, par exemple, le nombre de ces postes est limité. Mais le principe de la qualité ne fixe pas de limites, car l’idée développée évolue très rapidement, engendrant de plus en plus d’emplois. Amazone, par exemple, ont des milliers, pour ne pas dire des millions, d’employés dans le monde. C’est là tout l’avantage de l’économie de la connaissance», a-t-il expliqué. Mais pour cela, selon lui, le porteur d’idée doit aborder le marché comme un leader. «C’est-à-dire innover, savoir prendre des risques et ne jamais baisser les bras. Si un porteur d’idée n’arrive pas avoir un financement par des moyens classiques, il peut investir les réseaux sociaux et lancer une campagne d’appel à financement, séduire les éventuels investisseurs», a-t-il assuré. Il précisera, par ailleurs, qu’il n’est pas nécessaire qu’un porteur d’idée soit un as dans les TIC. «Il peut faire appel à un spécialiste des TIC et réaliser son prototype. La volonté de réussir, c’est la clé du succès. Il est vrai, cela dit, que la prise de risque nécessite un environnement adéquat que nous n’avons pas encore en Algérie», a-t-il estimé. Néanmoins, selon le représentant de l’association régionale de robotique et membre du blog Dzair startup, Okba Gherbi, les choses commencent à bouger en Algérie en faveur de l’économie de la connaissance, qui exige une formation pointue, des infrastructures de base et des structures de protection de la propriété intellectuelle dédiées aux idées innovantes. Un cadre réglementaire également qui facilite la création d’entreprises, loin de la bureaucratie et d’autres types de blocage. «Les pouvoirs publics ont trouvé la solution idéale pour encourager la création de start-up sans que ces dernières n’aient à souffrir des aléas de la bureaucratie, à savoir la création d’un label pour les start-up», a-t-il souligné. Un décret a été signé récemment par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, portant création d’un comité de labellisation des start-up, des projets innovants et des incubateurs. «Grâce à ce label, les start-up ne seront plus traitées comme n’importe quelle autre type d’entreprise. C’est en quelque sorte leur carte d’accès aux avantages, financiers et fiscaux qui leur sont dédiés. Par ailleurs, grâce à ce label, les administrateurs n’auront plus de mal à les reconnaître et ne leur mettront plus des bâtons dans les roues par méconnaissance», a-t-il affirmé. Même les porteurs de projets, a-t-il poursuivi, ont droit à un label, pour bénéficier des financements. «Ce label est une solution intelligente pour permettre aux bureaucrates classiques de se familiariser avec le concept de start-up et pour lever un bon nombre de contraintes administratives auxquelles ces dernières sont confrontées», conclut-il.
 Farida Belkhiri

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

 Ministère de la solidarité  
La ministre de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme, Kaoutar Krikou, effectuera, le  29 octobre , une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Constantine.

 Ministère des Moudjahidine
Le ministère des Moudjahidine et des Ayants droit organise, le 31 octobre à partir de 19h au Musée national du moudjahid, des festivités sportives et culturelles, à l’occasion du 66ème anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale.

Wilaya d’Alger
Sous le haut patronage du président de la République et dans le cadre de la célébration du 66e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération nationale, la wilaya d’Alger organise, le 1er novembre, un recueil au cimetière des Martyrs El-Cheraaba

Cinéma
Le Centre algérien de développement du cinéma (CADC) organise, le 5 novembre, à l’Opéra d’Alger, la projection en avant-première du film long métrage de fiction «Héliopolis» réalisé par Djaâfar Gacem.

MDN

A l’occasion du 66e anniversaire de déclenchement de la guerre de Libération nationale, le musée Central de l’armée organise, jusqu’au 1er Novembre, plusieurs festivités pour commémorer cet événement.

 Assurance et finance  islamique

Sous le patronage du Haut-Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre à Alger.

 

Ministère de la Santé

Le ministère de la Santé, en collaboration avec Algerian Network of Youth, organise, jusqu’au 7 novembre, une caravane sanitaire qui sillonnera plusieurs wilayas du pays.

 

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Algérie Télécom

Algérie Télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algerietelecom.dz 
Les nouveaux demandeurs de ligne pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation, et les abonnés professionnels pourront signaler le dérangement de leur ligne directement sur le site web sans déplacement.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang.

 

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept