Sud Horizons
Search
Lundi 25 Janvier 2021
Journal Electronique

L'édito

Le devoir de vérité historique

A une année du 60e anniversaire de l’indépendance, la question mémorielle revient en force. Elle s’impose en catalyseur d’une nouvelle ère chargée d’espoir de réconciliation et de coopération multiforme à laquelle le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et son homologue français se sont engagés pour promouvoir un climat d’apaisement et de rapprochement. Dans un entretien téléphonique, le président Emmanuel Macron a réitéré, hier, sa volonté de poursuivre ensemble les efforts sur les questions d’intérêt commun d’ordre économique, régional et mémoriel. Fortement attendu donc, le rapport établi par l’historien Benjamin Stora, publié le jour même de sa remise à l’Elysée, le 20 janvier dernier, est significatif d’une démarche, certes louable, néanmoins tributaire d’un traitement impartial et objectif qui doit tout au devoir de vérité historique sur le siècle colonial dont la barbarie n’a pas d’égale dans toute l’humanité. Par-delà l’approche académique d’un rapport, préconisant des «gestes symboliques», appelant notamment à la célébration des dates-anniversaires (accords d’Evian et massacres du 17 Octobre), la restitution de l’épée de l’Emir Abdelkader, la reconnaissance de l’assassinat de l’avocat Ali Boumendjel par les forces coloniales, les essais nucléaires et la relance des questions des archives et les mines antipersonnel, cette vision parcellaire doit impérativement et nécessairement s’appuyer sur la reconnaissance pleine et entière des crimes coloniaux imprescriptibles. Loin de toute forme d’amnésie et d’occultation du caractère génocidaire d’une «colonisation pas comme les autres», comme le reconnaît le journaliste français, Jean-Michel Apathie, cette exigence historique, portée par le modèle de réconciliation franco-allemande, est légitimée par la dénonciation de la colonisation française par Macron, qui, en 2017, l’a qualifiée de «crime contre l’humanité». Elle s’impose en vérité historique inaliénable et incontournable que la commission «mémoire et vérité», proposée par Benjamin Stora et conçue pour impulser des «initiatives communes», doit refléter pour rendre justice à l’Histoire. Elle interpelle puissamment l’Etat, la société, la clase politique et les intellectuels français appelés à se défaire des résidus des nostalgiques de l’éden perdu et de la pensée néocoloniale pour s’inscrire résolument et franchement dans une réelle perspective de réconciliation solide et durable que la restitution des restes mortuaires de 24 résistants algériens laisse espérer. «L’Algérie a déjà reçu des demi-excuses», a affirmé le président Tebboune, le 20 juillet 2020, à France 24, invitant Paris à «faire un autre pas» dans la perspective de rapprochement et de relance des relations politiques, économiques et culturelles.
Horizons

Croissance économique : Le pari gagnant du président Tebboune

    • Croissance économique : Agir sur les leviers moteurs 

       

      « Pour atteindre les objectifs fixés, les pouvoirs publics devront accélérer les réformes structurelles et agir sur les leviers moteurs de croissance économique, principalement la consommation intérieure, l'investissement privé et les exportations hors hydrocarbures par le biais de la diversification économique ». La valorisation du capital humain et la libéralisation des initiatives aussi font aussi partie de cette panoplie pour l’expert consultant Kamel Kheffache.

      La Banque mondiale, dans sa dernière note de conjoncture sur l’Algérie, prévoit pour 2021 une croissance économique de 3,8% après la décroissance de l’an dernier induite par la crise sanitaire et dont les conséquences furent désastreuses sur l’économie et l’emploi. Elle prévoit aussi une croissance hors hydrocarbures de 3,6%, contre une prévision de -6% en 2020, et un PIB de 19.400 milliards DA, contre 18.300 mds DA en 2020. Le PIB hors hydrocarbures devrait atteindre 16.000 mds DA et le PIB par habitant 3.323 dollars. Quant à la production de pétrole brut, elle se hisserait à un volume de 955 millions de barils/jour, contre une production de 885 mbj en 2020. Les exportations de pétrole brut, avec un volume de 388,5 mbj seront également en légère hausse. Selon la BM, le prix prévisionnel d’exportations du pétrole algérien devrait atteindre 42 dollars en 2021, contre 40,4 dollars en 2020. En matière d’indice des prix à la consommation, il est prévu un taux de 3,8%, contre 2,1% en 2020. Partant de ces indicateurs macroéconomiques, de quelle marge de manœuvre dispose le gouvernement pour atteindre ses objectifs ?

      Read more Croissance économique : Agir sur les leviers moteurs 

SUR LE MEME SUJET

    • Mohamed Achir, docteur en économie  : «La relance ne peut venir de la rente pétrolière»

      Entretien réalisé par Amokrane Hamiche 

       

      Une note d’espoir dans une année de totales incertitudes. La Banque mondiale prévoit pour 2021 une croissance économique de 3,8% en Algérie. Mohamed Achir, docteur en économie et enseignant à l’Université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, est revenu sur ladite note. Dans cet entretien, il analyse l’approche économique du gouvernement pour soutenir l’activité économique et amortir la décroissance dans plusieurs secteurs d’activité affectés par la crise sanitaire. Il fournit aussi sa recette pour une relance économique à moyen et court terme.

Brèves infos

Diplomatie  :  Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni en Algérie

Lire la suite

Décès d’un ressortissant algérien à Bruxelles :  L'Algérie demande que toute la lumière soit faite

Lire la suite

Secousse tellurique

Lire la suite

Coopération : Diafat reçoit l’ambassadeur qatari

Lire la suite

Personnes aux besoins spécifiques : Un concours national de développement de logiciels pour les smartphones

Lire la suite

Rapatriement d’étudiants  algériens bloqués à l’aéroport de Casablanca : Un avion spécial mobilisé

Lire la suite

Établissements de formation en 2021 (ministre) : Insertion de 1.500 détenteurs de contrats

Lire la suite

Anesrif : Sous la tutelle du ministère des Travaux publics

Lire la suite

Salons et expositions : En prévision de la reprise, le protocole sanitaire de la Safex validé

Lire la suite

Bureau du Parlement arabe : L’APN participe aux travaux  de la 7e réunion au Caire

Lire la suite

HORIZONS, VOTRE JOURNAL EN PDF

  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira
  • reboisement  barrage Douira

Santé

Environnement

    • Climat : 480.000 morts en 20 ans

      Près d’un demi-million de personnes ont péri dans des catastrophes liées à des événements météo extrêmes ces 20 dernières années, selon un rapport publié lundi qui souligne la menace du dérèglement climatique pour l’Humanité.Et ce sont les pays les plus pauvres qui paient le prix humain le plus lourd de ces tempêtes, inondations ou canicules répertoriées entre 2000 et 2019 par l’ONG GermanWatch. Dans ce bilan de près de 480.000 morts provoqués par plus de 11.000  événements météo extrêmes, Puerto Rico, la Birmanie et Haïti ont ainsi été les pays les plus touchés. Organisé par les Pays-Bas, le premier Sommet pour l’adaptation climatique, s’est ouvert hier. Cet  indice mondial des risques climatiques, publié chaque année, estime également que ces catastrophes ont coûté 2.560 milliards de dollars depuis le début du siècle. Alors que les effets du réchauffement de la planète se font de plus en  plus sentir, les pays riches avaient promis de porter à 100 milliards de  dollars par an leur assistance climat aux pays en développement à partir de  2020, mais le compte n’y est toujours pas. 

       

Destination Algérie

    • 61 projets en cours de réalisation à Tizi Ouzou

      Pas moins de 61 projets d’investissement touristiques privés sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tizi Ouzou a indiqué le directeur local du tourisme, Rachid Gheddouchi. Ce dernier nous a indiqué que 440 projets d’investissement dans le domaine du tourisme ont été déposés au niveau de ses services. Ainsi ces différentes structures «mettront à la disposition du secteur quelque 7 200 lits et généreront quelque 3 564 emplois» a-t-il indiqué. Sur les 61 projets on compte des hôtels, des auberges, des centres et villages de vacances, des terrains de camping ainsi que des résidences touristiques.

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

APN
La commission des transports, des transmissions et des télécommunications de l’APN auditionnera le  26 janvier , à 10h, le ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Brahim Boumzar. 

Forum d’Echaâb
Le forum du quotidien Echaâb invite recevra le  26 janvier , à 11h, le président du Conseil national économique et social Rédha Tir.

Ministère de la Justice

Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Belgacem Zeghmati, présidera, samedi prochain, au siège de son ministère, une réunion de coordination des représentants de son département, du ministère des l’Enseignement supérieur et de l’Union nationale de l’ordre des avocats, consacrée aux modalités d’organisation du CAPA.

 

 

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept