Imprimer

En prévision du stage de préparation qui précède les deux rencontres face à la Gambie (22 mars) pour le compte de la dernière journée des éliminatoires de la CAN-2019 et contre la Tunisie en amical (le 26 mars), le sélectionneur national Djamel Belmadi a animé, dimanche, une conférence de presse au Centre technique national (CTN) à Sidi Moussa.

Ayant annoncé une liste de 26 joueurs marquée par l’absence de quelques vieux briscards, à l’image du gardien de but Raïs Ouahab Mbolhi, des trois milieux de terrain Nabil Bentaleb, Yacine Benzia et Yacine Brahimi ainsi que les deux attaquants Islam Slimani et Ishak Belfodil, le premier responsable technique des Verts a expliqué ses choix aux journalistes. Au sujet de la non-convocation du portier numéro un, Mbolhi, Belmadi a indiqué que «son absence est due à une blessure qu’il a contractée la semaine écoulée. Il est de ce fait indisponible pour les deux matchs face à la Gambie et la Tunisie. Ce sera donc l’occasion de voir à l’œuvre d’autres portiers puisque Doukha, Zeghba et Oukidja ont prouvé qu’ils avaient des qualités pour jouer en sélection nationale». Questionné sur les raisons de la mise à l’écart de Yacine Brahimi et de Nabil Bentaleb de la liste de 26 joueurs, le coach national dira : «L’absence de Brahimi est un non-évènement. Cette non-sélection s’est faite en accord avec lui. Il traverse une saison compliquée, mais il y a aussi l’envie d’évaluer d’autres joueurs qui peuvent jouer à son poste. Concernant Nabil Bentaleb, c’est un joueur que nous connaissons bien. Il fait partie de ces éléments que nous n’avons pas convoqués afin de découvrir d’autres joueurs. C’est le seul moment de voir à l’œuvre d’autres joueurs avant de décider de la liste définitive.» Toujours au sujet des absences enregistrées dans la liste des convoqués à l’image du duo de Fenerbahce, Slimani-Benzia, l’ancien joueur de l’O Marseille et de Manchester City reconnaît qu’ils sont victimes de leur situation en club. «Islam et Yassine ont prouvé leur potentiel et s’ils ne sont pas là aujourd’hui, c’est en raison de leur situation à Fenerbahce. Il y a deux mois de cela, ils jouaient presque régulièrement mais malheureusement pour eux, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je suis très peiné pour Islam et Yassine et j’espère qu’ils redeviendront compétitifs d’ici à la phase finale de la CAN surtout que nous avons besoin de joueurs efficaces ayant de l’expérience. Pour ces deux matchs, je veux voir à l’œuvre d’autres joueurs, à l’image de Lakehal, Bennacer, Derfalou, Boudaoui», a-t-il souhaité. L’autre défection caractérisant la liste pour les deux matchs de la Gambie et la Tunisie est celle du défenseur latéral de Naples, Faouzi Ghoulam. «Ghoulam est encore à la recherche de son véritable niveau et qui pourrait lui permettre d’accrocher une place pour la Coupe d’Afrique. Il ne joue pas beaucoup en ce moment et a besoin d’enchaîner les rencontres. Il va travailler lors de la trêve internationale pour retrouver le niveau qu’il avait avant sa blessure. Il sait qu’il n’est pas encore à son meilleur niveau et a émis le vœu d’être dispensé de ce stage», a-t-fait savoir.

Abordant le cas du joueur de l’Olympique lyonnais, Houssam Aouar, et l’information faisant état de la tenue d’une rencontre entre le sélectionneur national d’Algérie et le joueur qui aurait posé ses conditions pour rejoindre les Verts, l’entraîneur national était sidéré et tira à boulets rouges sur une certaine presse, selon lui, pas professionnelle du tout. «Allez demander à mon staff si je leur ai parlé un jour de Houssam Aouar ? A ma surprise, je découvre par le biais d’une chaîne TV privée que j’ai rencontré le joueur et m’a demandé d’attendre jusqu’à l’été prochain pour avoir une réponse. Je n’ai jamais rencontré Aouar, ce sont de purs mensonges et de la malhonnêteté intellectuelle. Tout joueur capable de ramener un plus à l’EN m’intéresse, mais aller jusqu’à m’imposer des choses, je dirai que la sélection nationale de mon pays est au-dessus de tous. Peut-être que certains ne connaissent pas encore mon tempérament», a-t-il déclaré.

Khaled H.