Search
Illizi, ''le nord du Tassili'', en quête d'un label touristique à la mesure de ses richesses
Dimanche 24 Juin 2018
Journal Electronique

Des oueds verdoyants à perte de vue, des dunes gigantesques au sable blanc, des montagnes rocailleuses aux couleurs changeantes, du soleil et un  silence monastique. Tels   sont les principaux ingrédients que comporte le circuit touristique organisé à Illizi  par l’agence « Adredje tours Illizi » du 15 au 19 décembre dernier. La beauté des paysages découverts sur un circuit de 1000 km n’a rien à  envier aux célèbres  paysages du Hoggar et du Tassili N’ajjer . L’accueil chaleureux, la simplicité et l’amabilité des gens du sud  sont des options offertes à volonté.

De notre envoyée spéciale à Illizi Nouria Bourihane

touristes

Se retrouver un vendredi matin à Oued Djerat suffit pour faire oublier aux visiteurs qu’ils ont atterri à Illizi. C’est aussi une première preuve de l’existence de beaux sites touristiques dans cette wilaya, dont la réputation ne s’est presque pas conjuguée à l’activité touristique. Situé à 15km d’Illizi, Oued Djerat impressionne par ces grands rochers volcaniques dressés au milieu du désert. Les gravures rupestres renseignent sur les milliers d’années qui nous séparent de leur constitution.  Selon le guide, il existe 6000 gravures représentant notamment  les animaux qui y vivaient il y a des milliers d’années. La fine pluie, inattendue, qui s’est abattue la veille a laissé son empreinte sur ce beau paysage. Les visiteurs ont admiré l’odeur fraiche du sable mouillé brillant sous le reflet d’un soleil très doux. Et surtout cette odeur de henné qui se dégage  des plantes. Le temps est clément. Les flaques d’eau se sont constituées sur la piste mais aussi au milieu des rochers.  D’une longueur de 80km, oued Djerat débouche sur la belle palmeraie de Fednoune où est cultivé un délicieux vignoble local très particulier. L’eau semble abondante dans cette région. Les puits situé à l’entrée ne sèche presque pas. Ce site est fréquenté par la population locale pour s’y  promener le temps d’un week-end ou faire un pique-nique. Son accessibilité par voie chamelière ou pédestre avait fait de lui une belle destination touristique pour les étrangers il y a plus de 30 ans.

Après un diner copieux, préparé à base de légumes et de viandes locale, la soirée fut animée par le groupe « Aytma » d’Illizi. Difficile de résister à la musique Touareg moderne où les sons des guitares et de la basse n’ont pas laissé indifférents les invités.

La caravane qui devrait explorer les sites touristiques d’Illizi s’est réveillée tôt le lendemain. Le personnel chargé de la préparation du voyage veille au grain. Dans le cortège, une voiture est consacrée aux ingrédients et au matériel de  cuisine alors qu’une autre est réservée au transport des tentes, de la literie et autres moyens nécessaires pour les bivouacs.  

illizi c

Traversée inoubliable de l’erg oriental au reg

La traversée d’une partie de l’erg oriental par le sud ouest d’Illizi a permis de découvrir de beaux paysages cernés tantôt de dunes tantôt de montagnes rocailleuses. La verdure qui parsème l’itinéraire renseigne sur l’existence de l’eau en abondance. « Tous ces oueds proviennent du plateau de Tamalguike et versent sur Sebalbalet où se trouve l’abreuvoir »,  indique le guide, Hadj Tidjani. Ces pistes sont empruntées par les éleveurs à la recherche de l’eau et de la nourriture pour leur bétail. « Tamarine » est le village le plus proche de cette région. La première halte a été marquée au milieu de grandes dunes « wenzawaten ». Des montagnes de sable  à perte de vue qui pousse l’esprit à la transcendance.  Là aussi, emprunter le chemin de la plus haute dune n’est pas synonyme d’une réussite certaine. Car une fois en haut, le choix est dur entre se contenter de regarder le beau coucher du soleil qui se profile ou tenter d’aller plus haut dans une quête inconsciente de l’absolu.

Illizi 2

Le bivouac installé. S’assoir autour d’un diner où sont servies salades variées et soupe bien chaude, a été un autre moment de retrouvailles. Le chemin des dunes fut dur le lendemain. Plusieurs véhicules se sont ensablés à maintes reprises. L’élan d’assistance formé pour les sortir de cette situation de difficulté est surprenant. « Ce sont les moments adorés par les touristes étrangers notamment »,  dit-on. Après une pause déjeuner en milieu de nulle part, la caravane entame les hauteurs pour se diriger vers l’abreuvoir de « Hassi Sbelbel » où l’eau est abondante. Les points d’eau sont nombreux sur cette interminable piste. Après avoir parcouru  plusieurs centaines de kilomètre de l’erg oriental, c’est dans l’erg de  « Tefernine » que le bivouac est installé. Le vent souffle avec force et le froid s’est bien fait sentir en cette soirée de décembre. Pour tenter de visiter un maximum de sites, l’équipe démarre plus tôt que d’habitude. Au bout d’une heure de route, le cortège traverse une belle zone rocailleuse où les chemins étroits obligent les véhicules à passer en douceur. La beauté inouïe de ce paysage, semblable à « El Ghoussour » à Tamanrasset, laissent les visiteurs sans voix. Plusieurs kilomètres plus loin, nous entamons l’oued de « Tahaft », une merveille sur terre. Des rochers géants surplombent ce site qui s’étale sur plus de 70km. Les couleurs changeantes en fonction des reflets des rayons du soleil donnent au canyon une allure gigantesque. Le calme et les odeurs que dégagent ce lieu, enivrent. Surprise : une peinture et une gravure rupestres imprègnent deux grands rochers, ajoutant à la beauté du lieu, le mystère

N.B

illizi 3

 

L’infrastructure hôtelière se renforce

A Illizi, le développement de l’infrastructure hôtelière a donné ses premiers fruits. En plus de l’ancien hôtel privé, cette ville a vu la construction de deux nouvelles structures (hôtels Bouamama) dont un  sera opérationnel en janvier prochain, donnant ainsi 100 lits supplémentaires aux touristes. Plusieurs campings sahariens sont également en cours de réalisation offrant ainsi une variété en matière d’hébergement.

N. B

 

Le  directeur de l’agence Akar Akar de Tamanrasset : « La fermeture des circuits de Tam est regrettable »

 

La fermeture subite des circuits touristiques de Tamanrasset aux étrangers est fortement décriée par les opérateurs locaux du tourisme.

zounga2

« C’est une fois que les touristes sont à Tam que nous sommes informés que les circuits sont fermés. Cette situation est pénalisante. Elle intervient au moment où il y a une volonté de relance de cette activité »,  regretté Mohamed Zounga, directeur de l’agence Akar Akar.  La période d’hibernation du tourisme dans cette région continue d’affecter la population locale qui ne trouve toujours pas un remplacement pour subvenir à ses besoins. L’espoir donné l’année passée en perspective d’une relance certaine de cette activité a d’ailleurs motivé les opérateurs locaux qui ont pris plusieurs initiatives pour ramener les touristes.

« On y a réellement cru et le résultat est là. Il y a une clientèle qui veut revenir dans le Hoggar »,  a-t-il dit. Selon lui, si cette situation perdure,  les conséquences risquent d’être fâcheuses.  Pour lui, l’aspect relatif à la sécurité des touristes « fait partie du travail des agences de voyages ». « Avant de proposer  un circuit, nous étudions le parcours, les arrêts, les lieux de bivouacs et autres». Il y a lieu, selon lui, de mettre en place un dialogue et une concertation entre tous les acteurs concernés par le tourisme à Tamanrasset « en vue  de trouver une solution à cet aspect sécuritaire qui est vraiment pénalisant ».   

Il relève que les agences du Hoggar se sont orientées vers le tourisme dans le Tassili. « Le tourisme saharien est né et grandi dans le Hoggar. Il y a une forte demande sur cette région que le monde entier connait et visité ». Selon lui, les crises qui ont secoué la Tunisie, l’Egypte et la Syrie ont poussé le flux des touristes vers ces destinations sahariennes de l’Algérie. « Les gens veulent revenir dans le Hoggar et le Tassili. Il est donc important de saisir cette opportunité pour faire rentrer des devises au moment où l’Algérie est en plein crise économique ». Concernant le tourisme national, il relève qu’il est encore « en phase de fidélisation d’une certaine clientèle ».   

N.B

Les Tours operators mettent en valeur la destination Illizi

L’organisation de cette expédition de trois jours dans le désert d’Illizi est une initiative personnelle d’Ahmed Zergat qui veut renouer avec le tourisme dans cette région qui a tourné le dos  aux visiteurs.

zergat

«En plus de ce circuit, je compte signer des conventions avec les agences de voyage du nord du pays, présents à cette expédition, pour tenter de ramener des touristes nationaux et étrangers dans la région »,  a-t-il souligné. Le périple réalisé n’est qu’une infime partie d’un circuit beaucoup plus important qui devrait aboutir dans la région d’Afra, de Tasset, pour rejoindre la Valée d’Ihrir à Djanet. « Nous allons peaufiner tout cela pour en faire plusieurs circuits de 4 à 20 jours afin de les adapter aux besoins et aux attentes des touristes », a-t-il indiqué.

Cette idée de relance du tourisme à Illizi n’est pas fortuite pour cet homme qui a passé son enfance et sa jeunesse au milieu des acteurs du tourisme saharien de Djanet et de Tamanrasset. « J’ai fait beaucoup de circuits en tant qu’accompagnateur des touristes. Je connais bien Illizi et je suis conscient de son potentiel touristique qui mérite d’être valorisé »,  estime-t-il, précisant qu’il est aussi question de « développer de nouvelles destinations pour permettre à beaucoup de touristes de voyager et de découvrir ». Il se réjouit de la situation sécuritaire dans la région et des facilités mises en place pour donner un nouveau souffle à cette activité.

N.B

Hamza Baba Aissa, Gouraya Tours (Béjaïa): « De courts séjours pour les nationaux pour favoriser cette destination »

« L’expédition dans le désert que nous venons d’effectuer est plutôt destinée aux touristes étrangers et il n’est pas possible de la commercialiser pour les nationaux en raison de la durée du voyage, de l’effort exigée, de la patience, et surtout de l’absence d’infrastructures », a estimé le directeur de Gouraya Tours de Béjaia,  Hamza Baba Aissa,. Pour lui, il est question d’extirper un circuit plus facile, agréable, nécessitant un séjour de 3 ou 4 jours sur une route goudronnée et pas beaucoup de piste, avec des trajets ne dépassant pas les trois heures. La réussite de cette entreprise avec les touristes nationaux est tout à fait possible à condition « d’organiser un circuit d’un week-end jusqu’à 4 jours seulement, réajuster la logistique, le programme de visite et l’infrastructure pour assurer un accueil acceptable ».

N. B

Badèche Salem, agence Symphonie Travel d’Alger: « Une richesse totalement méconnue »

Dans les célèbres catalogues internationaux du tourisme où l’Algérie est évoquée, on trouve les régions de Tamanrasset, Djanet, Taghit, et Timimoun.

« Illizi est une destination complètement méconnue auprès des opérateurs mondiaux du tourisme. Or, cette partie orientale du Tassili est très riche. Ici, l’erg oriental s’étend sur plus d’une centaine de kilomètre et la partie reg est également très importante. Sur ce parcours, il y a des dunes sur une centaine de kilomètre et elles sont aussi grandes et belles que celle de Taghit», relève salem Badèche, directeur de l’agence Symphonie Travel d’Alger. Pour la commercialisation du circuit, il estime qu’il compte faire un « acte de patriotisme et de solidarité » avec les agences de voyage d’Illizi, qui sont en situation de crise. « Nous allons donc essayer d’attirer notre propre clientèle algérienne d’abord et les encourager à venir en leur proposant ce circuit aussi riche que varié ». L’initiative ne sera pas « bénévole ». « Si on me facture la nuitée à 7000 DA pour 5 jours, je le vends à 36 000DA. Je gagne 1000 DA seulement, histoire de promouvoir cette destination »,  a-t-il expliqué. A l’international, il compte proposer le circuit d’Illizi dans les salons et foires du tourisme.

N. B

Le  directeur de l’agence Akar Akar de Tamanrasset : « La fermeture des circuits de Tam est regrettable »

La fermeture subite des circuits touristiques de Tamanrasset aux étrangers est fortement décriée par les opérateurs locaux du tourisme.

Mohamed Zounga

« C’est une fois que les touristes sont à Tam que nous sommes informés que les circuits sont fermés. Cette situation est pénalisante. Elle intervient au moment où il y a une volonté de relance de cette activité »,  regretté Mohamed Zounga, directeur de l’agence Akar Akar.  La période d’hibernation du tourisme dans cette région continue d’affecter la population locale qui ne trouve toujours pas un remplacement pour subvenir à ses besoins. L’espoir donné l’année passée en perspective d’une relance certaine de cette activité a d’ailleurs motivé les opérateurs locaux qui ont pris plusieurs initiatives pour ramener les touristes.

« On y a réellement cru et le résultat est là. Il y a une clientèle qui veut revenir dans le Hoggar »,  a-t-il dit. Selon lui, si cette situation perdure,  les conséquences risquent d’être fâcheuses.  Pour lui, l’aspect relatif à la sécurité des touristes « fait partie du travail des agences de voyages ». « Avant de proposer  un circuit, nous étudions le parcours, les arrêts, les lieux de bivouacs et autres». Il y a lieu, selon lui, de mettre en place un dialogue et une concertation entre tous les acteurs concernés par le tourisme à Tamanrasset « en vue  de trouver une solution à cet aspect sécuritaire qui est vraiment pénalisant ».   

Il relève que les agences du Hoggar se sont orientées vers le tourisme dans le Tassili. « Le tourisme saharien est né et grandi dans le Hoggar. Il y a une forte demande sur cette région que le monde entier connait et visité ». Selon lui, les crises qui ont secoué la Tunisie, l’Egypte et la Syrie ont poussé le flux des touristes vers ces destinations sahariennes de l’Algérie. « Les gens veulent revenir dans le Hoggar et le Tassili. Il est donc important de saisir cette opportunité pour faire rentrer des devises au moment où l’Algérie est en plein crise économique ». Concernant le tourisme national, il relève qu’il est encore « en phase de fidélisation d’une certaine clientèle ».   

N.B

Près de 720 touristes étrangers ont visité la ville de Djanet jeudi 21 décembre 2017, une moyenne de 100 touristes par semaine. En outre 4100 nationaux se sont rendus dans la perle du sud, a assuré Samir Philippon, directeur du tourisme d’Illizi. Beaucoup de progrès ont été enregistrés en matière d’accueil des touristes dans cette région. « Cette année, les touristes se promènent sans escorte à Djanet. Cela a été réalisé grâce aux grands efforts et au fort soutien des services de sécurité notamment l’ANP et à la bonne collaboration initiée par cette institution avec les opérateurs du tourisme »,  a-t-il ajouté. Un grand travail a été fait en matière « d’aménagement des circuits touristiques » pour assurer la sécurité des touristes.

Le directeur du tourisme d’Illizi: « A Djanet, les touristes se promènent sans escorte »

dt

« Nous avons arrêté les itinéraires à emprunter en collaboration avec l’ANP et ça se passe très bien »,  a-t-il indiqué. Le développement des moyens technologique a beaucoup aidé dans l’accomplissement de ce progrès. «Si un agent touristique s’égare dans le désert, il n’a qu’à allumer son téléphone cellulaire pour qu’il soit localisé dans la minute même et bénéficiera de l’aide de l’armée dans les instants qui suivent. Le mot d’ordre a été donné aux opérateurs. La preuve, nous avons déjà enregistré des cas de personnes égarées et leur secours n’a été qu’une question de temps grâce aux forces de l’ANP déployés sur tout le territoire»,  a expliqué le directeur du tourisme, précisant qu’«un travail régulier, une présence permanente et une disponibilité est affichée par les services de l’ANP d’Illizi et de Djanet qui veillent, eux même au bon déroulement de la saison touristique ».

Au niveau de l’administration locale, les choses semblent se dérouler dans les normes puisque les dossiers de demandes de visas sont traités et transmis avec un suivi aux niveaux consulaires. «Depuis le début de la saison estivale, je n’ai pas reçu un seul refus de visa aux étrangers »,  a assuré le même responsable.

L’indice de la relance du tourisme saharien, selon M. Philippon, est le dépôt des dossiers par de grandes agences comme Timber de Djanet et Akar Akar de Tam. «Ce sont de grands opérateurs  qui ont cessé l’activité les années passées et les voilà revenir cette année. C’est un bon signe »,  dira t-il.

N’empêche que la relance du tourisme saharien à Djanet reste entachée par le manque de transport aérien. « Il n’y a pas suffisamment de vols sur Djanet. La demande est trop importante notamment pour la fin de l’année mais le nombre de vol et le type d’appareil n’a pas changé »,  a-t-il précisé. Les opérateurs du tourisme dénoncent certains comportements du pavillon national « qui obligent les passagers d’Illizi et de Djanet à descendre de l’avion au cour des escales pour se faire changer de billet d’avion ».   L’autre carence décriée concerne la réduction des tarifs de 50% proposée pour les groupes de touristes de 15 personnes. «Cette réduction n’est en fait valable que pour une seule agence sur chaque vol »,  a indiqué le directeur du tourisme. Cette situation a provoqué « l’anarchie» dans le travail des agences.

Santé

Environnement

Société

Destination Algérie

Sciences et Technologies

Histoire

L'agenda

APN

L'assemblée Populaire Nationale reprendra lundi ces travaux en session plénière consacrés au vote du projet de loi organique relatif à la mise en œuvre de l'exception d'inconstitutionnalité et celui de la loi de finances complémentaire de l'année 2018ainsi que du projet de loi organique de l’Académie Algérienne de la langue Amazigh.

 

Ministère de l’Industrie

Le ministre de l’industrie et des mines, Yousef Yousfi, effectuera lundi une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sétif.

 

Ministère du Tourisme

A l’occasion de la célébration de la journée nationale du Tourisme, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Abdelkader Benmessaoud, effectuera lundi une visite de travail dans la wilaya de Tizi Ouzou.

 

Ministère des Moudjahidines

Le ministre des moudjahidines, M. Tayeb Zitouni effectuera lundi, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Saïda.

 

Ministère de l’Environnement

La ministre de l’environnement et des énergies renouvelables, Fatma-Zohra Zerouati, recevra lundi, à 11h00, l’ambassadeur du royaume d’Espagne à Alger, M Santiago Cabanas au siège de son ministère.

 

 

Ministère de l’Habitat

Le ministre de l’habitat de l’urbanisme et de la ville, Abdelwahid Temmar, participe jusqu’au 27 juin à Djedda en Arabie Saoudite et à Abou Dhabi, Dubaï au Emirat Arabes Unis les journées d’informations sur le logement promotionnel public destinée aux ressortissants algériens à l’étranger.

 

Ministère de la Formation Professionnels

Le Ministère de la formation et de l'enseignement professionnels organise lundi à8h30 au Cercle Militaire Beni Messous Alger une cérémonie d'installation de conseil de partenariat pour la formation et l'enseignement professionnels.

 

Salon national E-commerce

Le Salon national du E-Commerce et du paiement électronique se tiendra jusqu’au 25 juin au Palais de la Culture Moufdi Zakaria.

 

Forum El Moudjahid

Le forum abritera lundi à 10h, la rencontre d’amitié et de fraternité citoyenne algéro-africaine, qui se tiendra à l’occasion de la visite de la délégation du collectif des citoyens africains résidents en France Amis de l’Algérie

 

Musée national du moudjahid

Le Musée national de moudjahid organise le 25 juin à10h à la kisma de Beni Messous et simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 271ème, rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

 

 

 

DGSN

Le directeur de la santé de l’action sociale et de l’activité sportive au niveau de la DGSN, présidera lundi à 8h30 à la maison de la culture Ibn Roch, dans la Wilaya de Djelfa, l’ouverture de la 77ème édition des journées d’information sur la sûreté nationale, qui auront lieu jusqu’au 28 juin.

Photo news
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Tremblement exercice de terre
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia

Football

Reportage

PATRIMOINE

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept