Search
Marché parallèle de la devise, ruée inattendue
Lundi 23 Juillet 2018
Journal Electronique

Depuis quelques jours, la ruée pour l’achat de monnaies étrangères  a atteint des niveaux rarement égalés.  De nombreux citoyens  échangent  des dinars en contrepartie  de sommes colossales  en  devises étrangères.

Le square Port-Saïd est en ébullition depuis le début de l’automne. L’ambiance est plus mouvementée que d’habitude. Plusieurs personnes, à bord de  véhicules ou en discutant avec « les cambistes » se renseignent  sur l’évolution des   cours. « On a entendu dire que la valeur du dinar allait encore baisser », nous dit  un homme, sur le point de procéder au change de sa liasse de dinars  pour une valeur de 1000 euros.

Selon le cambiste, la situation économique du pays n’a pas grand lien avec la demande excessive de la devise étrangère.  Avec la rentrée sociale, de nombreux hommes d’affaires, comme chaque année, partent   en voyage. La demande est alors encore plus grande  mais  d’autres facteurs expliquent  cette situation inédite.

 « A combien l'euro ? », lance un passant. « 20.100 DA pour 100 euros », répond un homme  manipulant ses billets avec dextérité. Le jeune passant fait la moue. Mais pourquoi  donc cette flambée ?. Selon un  cambiste, « pour la première fois l'euro est devenu rare, la demande étant  supérieure à  l'offre ».   La hausse de l'euro remonte au début de l’été dernier, explique Mounir, un autre cambiste. « En juillet, il était à 190 dinars à l'achat. Par la suite, le manque de liquidités n’a cessé de s’aggraver  », confie t-il. « Difficile d'avoir des explications précises, mais l'euro reste très cher et ne veut pas redescendre  », observe-t-il.

L’ optimisme d’un économiste

Pour Mohamed Hamidouche, l’affolement des citoyens n’a pas lieu d’être. Selon lui, cette ruée s’explique par deux facteurs. « Les ménages se veulent rationnels  pour assurer la valeur de leur  épargne. On trouve aussi les spéculateurs en quête d’occasions de s’enrichir  », explique t-il . Selon lui , « Avec la  perte de valeur du dinar, certains anticipent l’inflation et veulent avoir une valeur- refuge , d’autant plus que tout le monde parle des risques de la  planche à billets ».

Pourtant ce moyen de financement dépend de deux facteurs qui ne sont pas, dira-t-il, aussi nuisibles pour l’économie nationale qu’on le dit. « Si la banque d’Algérie puise ses obligations du marché secondaire, il n’y a pas de planches à billets.  C’est dans le cas contraire, quand  la BA achète du marché primaire (achat direct du trésor public) qu’il faut alerter sur les dangers de  planche à billets », dit il. « Nous conseillons d’acheter les obligations du marché secondaire (entreprises, foyers et actifs du secteur tertiaire », recommande t-il. Il explique que, dans ce cas, il y a d’abord une assurance pour le trésor et les taux d’intérêt sur le marché vont être plus dynamiques. « Les intervenants sont sûrs de revendre leurs titres à des taux plus onéreux, mais vont également être réinvestie pour créer de la richesse », estime notre interlocuteur. Le  recours au marché secondaire favoriserait de ce fait  de nombreux investisseurs.  

Dans le cas contraire, si BA prévoit d’acheter du marché primaire, soit avoir recours à la blanche à billets, certains gens anticipent cette décision en procédant à l’achat  d’euros. «  50% de la richesse du pays vient du secteur du commerce qui  détient 50% des billets sur le marché.  Même si on actionne la  planche à billets, il n’y aura pas d’augmentation dans le pouvoir d’achat et le secteur tertiaire se retrouvera avec un surplus de billets », soutient  l’économiste . A l’en croire  « ces  personnes ont un cumul de dinars et ont la mainmise sur la spéculation dans quatre circuits devises, l’orge, le foncier et l’immobilier. « Il faut donc s’attendre à ce que les prix de ces quatre secteurs flambent », clame t-il. Mais dans un cas comme dans l’autre, l’euro, reste un moyen « préventif » d’assurer ses arrières en cas de baisse de la valeur de la monnaie nationale.  

L’économiste reste surtout  optimiste quant à l’avenir économique du pays. « Le déficit de l’Etat peut être absorbé avec la baisse  des  investissements qui n’affectera en rien la croissance », assure t-il. Par ailleurs, les prix du pétrole seront  revus à la hausse et le trésor aura besoin de moins en moins d’émission d’obligations. «  Le baril aura atteint  75 à 80 dollars en 2018 et plus de 85 dollars en 2019. En 2020, nous prévoyons  un  baril dépassant  les 120 dollars », prévoit il. En l’espace de 3 ans,  le pays a des chances de retrouver une économie plus stable et dynamique. « Reste à savoir si nous avons appris de nos erreurs pour ne plus  en refaire ? », s’interroge Mohamed Hamidouche.

Walid Souahi


Santé

Environnement

Société

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de l’Agriculture

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, effectue, samedi et dimanche, une visite de travail dans la wilaya de Laghouat.

Ministère de la Formation professionnelle

Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels organise, jusqu’au 15 septembre, une caravane pour faire connaître le secteur.

Ministère du Tourisme

Le ministre du tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, présidera, dimanche, à   9h30, à l’hôtel El Djazaïr, une rencontre qui regroupera les acteurs du tourisme, les cadres de l’administration centrale et des institutions sous tutelle.

Ministère de la Santé

Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière organisera, le 23 juillet à 9h30, à l’Institut national de la santé publique (El Biar, Alger), une conférence de presse sur le moustique tigre.

Ministère des Travaux publics

Le ministre des Travaux publics et des Transports et le wali d’Alger effectueront, dimanche, à partir de 7h30, une visite de travail dans la wilaya d’Alger.

Photo news
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Tremblement exercice de terre
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia

Football

Sports Divers

Reportage

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept