Imprimer

Les éléments de la brigade économique et financière de la police judiciaire à la sûreté de wilaya de Constantine ont démantelé une association de malfaiteurs composée de 4 personnes dont un employé du Centre hospitalo-universitaire, CHU-Benbadis, impliquées dans le détournement de 6448 unités de masques chirurgicaux, a-t-on appris vendredi auprès de la cellule de communication et des relations publiques de ce corps de sécurité.

La même source a précisé que l’enquête dans cette affaire a été déclenchée suite à une plainte déposée par le représentant légal du CHU-Benbadis relevant un vol d’une quantité considérable de masques chirurgicaux, à usage hospitalier, dans les dépôts de la pharmacie centrale de cette structure de santé.

Les investigations de la brigade économique et financière ont conduit à l'identification et à l'arrestation du suspect principal dans cette affaire, fonctionnaire à l'hôpital universitaire avec en sa possession 6 000 masques de protection, a détaillé la même source, soulignant que l’approfondissement de l’enquête a également permis d'identifier un complice du suspect principal, arrêté dans la ville d'Ali Mendjeli.

Le véhicule touristique que les deux mis en cause utilisaient pour détourner les masques chirurgicaux des dépôts de la pharmacie centrale du CHU-Benbadis a été placé à la fourrière municipale, a-t-on encore noté, faisant savoirt que la perquisition du domicile de la deuxième personne arrêtée a permis la saisie de 148 autres unités de masques chirurgicaux.

Aussi, une autre quantité de ces mêmes articles volés estimée à 300 unités a été saisie et 20 000 dinars, revenus de la vente de ces masques ont été saisis chez deux autres individus impliqués, travaillant dans deux pharmacies à la ville Ali Mendjeli, ont ajouté les services de la police.

Après avoir achevé toutes les procédures judiciaires, les 4 mis en cause ont été traduits devant le procureur de la République prés le tribunal de Constantine pour "formation d'une association de malfaiteurs dans le but de détourner des biens publics" et "spéculation illégale".