Imprimer

Des citoyens des communes d'Ait Yahia Moussa et Ain Zaouia (40 et 45 Km au Sud-ouest de Tizi-Ouzou) ont organisé hier des mouvements de protestation pour réclamer l'amélioration de leur cadre de vie.

A Ait Yahia Moussa, les habitants des villages de Tifaou et Hellil qui ferment la RN 25 depuis cinq jours, pour réclamer la finalisation du projet de revêtement de la route entre leurs deux villages sur une distance de 6,8 Km entamé en 2017, ont procédé dans la matinée à la fermeture du siège de leur commune.

Contacté par l'APS, le P/APC d'Ait Yahia Moussa, Rabah Hamitouch, a fait remarquer qu'il s'agit d'un projet sectoriel et rejeté la balle dans le camp de la Direction des travaux publics (DTP) qui a "engagé une entreprise qui peine à finir le projet".

De son côté, Smail Rabhi, directeur local des Travaux publics, a déploré "l'empressement des citoyens des deux villages", assurant que "l'entreprise poursuit les travaux et possède suffisamment de stock d'agrégats pour finaliser le projet au plus tard, d'ici fin septembre".

Le projet, a-t-il ajouté, a "connu plusieurs contraintes liées aux travaux de branchement du gaz naturel, de réalisation des conduites d'assainissement et d'eau potable", ce qui explique le retard enregistré, selon lui.

Dans la commune limitrophe Ain Zaouia, les habitants du village Bouakach laarch ont également fermé l'accès du siège de leur commune pour réclamer, notamment, le revêtement de la route principale de leur village et l'amorce d'un développement au niveau local.

Des doléances que le premier responsable de la commune, Ali Amrani qualifie de "légitimes" en indiquant, toutefois, que "l'ensemble de ces projets connaissant des retards, datent de 2013 et 2014, et ont été hérités de l'ancienne équipe qui avait dirigé la commune".

Il a assuré, en outre, que "plusieurs entreprises ont été mobilisées aujourd'hui même (mardi) pour entamer les travaux dès que possible, notamment, pour le revêtement du tronçon routier".

Par ailleurs, des habitants du village Irqaqen, dans la commune de Azazga, à une trentaine de kilomètre à l'Est de Tizi-Ouzou, ont procédé à la fermeture de la RN 12 au niveau de la sortie Sud de Fréha, réclamant la fermeture d'une unité de concassage d'agrégats dont la concession, assurent-ils, est arrivée à terme.