Imprimer

Bejaïa tient-elle la solution finale pour la résolution de son problème de gestion des déchets et l’éradication des décharges sauvages qui défigurent totalement son environnement? C’est le grand espoir que suscite parmi les autorités locales le projet d’investissement qui leur a été présenté lundi dernier par ses promoteurs, lors d’une réunion qui les a regroupés avec le wali, les cadres de l’exécutif et les présidents d’APC de la wilaya. Il s’agit d’un complexe de traitement et de recyclage de déchets complètement intégré, qui sera réalisé au niveau de la zone industrielle El Kseur/Fenaia Ilematen où l’investisseur, privé, a bénéficié d’une assiette de terrain pour implanter son unité. Le lancement du projet est annoncé comme imminent et, au cours des 12 mois de travaux de sa réalisation, le suivi et l’accompagnement seront assurés par l’entreprise Vauchè (35 ans d’expériences et 200 réalisations) spécialisée dans la conception et la fabrication d’usines de tri, de traitement et de vaporisation de déchets. Elle est également chargée de la fourniture des équipements nécessaires à son fonctionnement. Son Pdg dira à ce propos que «c’est plus un complexe environnemental qu’un centre de traitement», car il comporte, outre un centre classique de traitement des déchets ménagers, des unités de traitement des déchets spéciaux, des déchets hospitaliers, des huiles usées, etc, sauf ceux des chantiers qui ont une autre destination. En plus du tri, il est prévu la valorisation par le compostage des déchets organiques, le recyclage du papier, du verre et du plastique. «C’est un complexe global, qualifiera-t-il encore, ajoutant que c’est un genre de complexe qui n’existe pas encore en Algérie et constituera une image de ce que peut faire un investisseur en Algérie grâce à des technologies modernes, performantes». Selon la fiche technique présentée par le bureau d’études Global Agro Business (GAB), le complexe comportera une unité de compostage (d’une capacité de 25.000 tonnes), des unités de recyclage du papier, d’aluminium, du verre et du plastique, ainsi qu’un incinérateur pour déchets non recyclables, qui sera couplé à une station de récupération pour la génération d’énergie électrique capable d’alimenter 2.000 foyers. Ce projet, qui recrutera environ 360 jeunes diplômés de la formation professionnelle de la wilaya de Bejaïa, aura une capacité de traitement de 400 tonnes par jour, extensibles à 800 tonnes, de déchets. Ce complexe, unique en Afrique, disposera également d’un centre de formation et d’une unité de recherche, selon ses promoteurs. Premiers maillons à être confronté à la problématique de la gestion des déchets, le projet a enthousiasmé les présidents d’APC qui espèrent que sa réalisation achèvera leur calvaire, mais aussi le wali de Bejaïa, Ahmed Maabed, qui a émis le souhait que les travaux commencent au plus tôt et soient achevés dans les délais impartis.

Ouali M.