Rachid Taha inhumé vendredi à Mascara : Hommage des artistes et hommes de culture(actualisé)
Search
Lundi 21 Janvier 2019
Journal Electronique

La cérémonie d’inhumation du défunt musicien Rachid Taha, s’est déroulée vendredi 14 Septembre, après la prière d’El Dohr au cimetière de sa ville natale Sig, dans une ambiance empreinte de tristesse et d’affliction. Ses proches, ses amis et ses nombreux collègues artistes, présents sur place, ont mis en exergue les qualités intrinsèques et la simplicité du défunt.

Son père, Ali Cherif Taha, paraissait le plus touché par cette disparition. Il a souligné à l’APS que son défunt fils "restera la fierté de la famille non seulement pour son apport indiscutable à la musique algérienne et internationale, mais également pour son attachement à ses proches, à ses amis et sa ville natale, Sig, où il a vu le jour en 1958 et qu’il n’a quittée pour la France qu’en 1971". Mon défunt fils était fortement attaché à son algérianité. Il a tenu à garder sa nationalité algérienne, rejetant toutes les propositions de naturalisation qui lui ont été faites notamment de la France, où il a vécu 47 ans durant. Il était toujours proche des siens et de ses amis d’enfance avec lesquels il est resté constamment en contact", a-t-il ajouté. A son tour et malgré sa peine, le fils unique de Rachid Taha, Iles, a mis en exergue l’attachement de son père à son pays natal. "Il était fier de son appartenance à l’Algérie et il a œuvré, toute sa vie, à donner une dimension universelle au patrimoine ancestral de ses parents", a-t-il confié. Le directeur général de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins, Sami Bencheikh El Hocine, a estimé, pour sa part, que la disparition de Rachid Taha est une "très grande perte pour l’art et la culture algérienne". "Il faisait partie des artistes qui ont exporté la culture algérienne et lui a donné sans conteste une dimension universelle. Même dans son exil, il a respecté ses origines algériennes. Il a n’a jamais marchandé son statut d’artiste mondialement connu et resté viscéralement attaché à ses origines. J’ai toujours eu un profond respect pour lui ", a-t-il dit. Benncheikh El Hocine a accompagné une délégation d’artistes algériens, venus d’Alger, pour rendre hommage au défunt et assister à son inhumation. "Ce geste est la preuve de toute l’estime que nous portons au défunt ", a-t-il ajouté. Cheb Kadirou a reconnu que Rachid Taha était toujours serviable et proche des jeunes artistes. "Je ne l’ai rencontré qu’une seule fois mais c’était comme si je le connaissais depuis des années. J’ai été frappé par sa simplicité et sa disponibilité et je garde un souvenir impérissable de cette rencontre", a précisé Cheb Kadirou, estimant que "l’Algérie a perdu un des meilleurs représentants de sa culture et de son art musical ". Une grande foule a accompagné Rachid Taha à sa dernière demeure au cimetière Khezuf, à la sortie de la ville de Sig. Le wali de Mascara, des responsables locaux, des figures du monde des arts t de la culture ainsi que le Consul de France à Oran ont pris part à la cérémonie. Rachid Taha est décédé, dans la nuit du mardi dernier en France, suite à une crise cardiaque. Sa dépouille est arrivée dans la soirée de jeudi à l’aéroport international "Ahmed Ben Bella" avant d’être acheminée à Sig, sa ville natale.La scène musicale algérienne pleure la disparition prématurée de Rachid Taha, un artiste accomplie à la générosité sans égal, confie Le guitariste Mohsen Ferrah, leader du groupe "Ithren", saluant la mémoire d'un "artiste, qu'il avait accompagné sur scène en France. Les guitaristes algériens de renom, Lotfi Attar et Khliff Miziallaoua ont eux aussi salué le "talent d'un rockeur d'exception" en évoquant son génie et son travail remarquable dans "Rock The Casbah" et dans l'élaboration d'un répertoire universel et ancré dans la musique algérienne. Le musicien et producteur Safy Boutella, attristé par cette disparition a fait ses adieux à un "artiste qui va beaucoup manqué à la scène musicale". Pour sa part la chanteuse Malika Domrane regrette la perte d'une étoile de la musique et parle d'une grande perte pour le monde artistique     Dans un message de condoléances adressé mercredi à la famille du défunt , le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, avait salué le parcours d'un artiste qui a "toujours porté ses racines algériennes sur les scènes internationales " et qui a donné "un écho" à la culture de son pays à travers ses chansons. Sur son compte Twitter, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, a présenté ses condoléances à la famille de l'artiste et à ses fans. Natif de Sig en 1958, Rachid Taha a développé un répertoire inspiré de différents styles musicaux comme le châabi, le raï, la techno, le rock et le punk et sort son album "Carte de séjour" en 1983 qui sera suivi de   "Barbés" (1990), "Olé Olé" (1995), "Made In Medina" (2000), "Diwan" 1998, "Un, deux, trois soleil" (1998) ou encore "Zoom" (2013). Rachid Taha avait également composé plusieurs musiques de films dont "Morituri" de Okacha Touita, "Beur sur la ville" de Djamel Bensalah, "Cheba Louisa" de Françoise Charpiat dans lequel il a joué en plus d'avoir campé des rôles dans les séries télévisées "Ecrire pour un chanteur" et "Le Lyonnais". Il s'était engagé, à travers ses chansons notamment, dans le combat contre le racisme et la violence. Il disait croire en une "génération de maghrébins talentueuse " qui avait besoin de musique pour lutter contre la violence.

APS

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

APN

L’Assemblée populaire nationale organise, le 22 Janvier à 10h, la cérémonie de mise en place du groupe parlementaire Algérie-Mozambique, et à 14h, celle du groupe Algérie-Cuba.

 Ministère de l’Industrie  
Le ministre de l’Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, effectue le 22 Janvier  une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Sétif.

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé de la Population et de la Réforme hospitalière, Mokhtar Hasbellaoui, effectue, le 22 Janvier, une visite de travail dans la wilaya de Chlef.

Ministère de la Jeunesse et des Sports   
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, effectue, le 22 Janvier, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Relizane.

Ministère des Moudjahidine
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, effectuera, le 24 janvier, une visite de travail dans la wilaya de Bouira.

 Ministère de l’Energie
Le ministre de l’Energie et des Mines, Mustapha Guitouni, présidera le 22 Janvier à 8h30, à la salle des conférences du ministère, la présentation des programmes indicatifs d’approvisionnement du marché national en gaz naturel et des besoins en moyens de production d’électricité pour la période 2019-2028. 

HIISE
La Haute-Instance indépendante de surveillance des élections organisera, le 23 Janvier à 9h à l’hôtel El Aurassi (Alger), la cérémonie d’ouverture de la réunion de conseil de la Haute-Instance.

 Ministère de la Formation professionnelle
Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels organisera, du 6 au 16 février, au niveau des établissements de la formation professionnelle, les inscriptions pour la prochaine rentrée.

 

ANR
Le secrétaire général de l’ANR, Belkacem Sahli, présidera, le 26 janvier à 9h30, au siège du parti, la 2e session ordinaire du conseil national.

Forum d’El Moudjahid
Le forum d’El Moudjahid reçoit, le 22 Janvier  à 10h, Abdelkader Zergh Errras, conseiller du ministre de l’Intérieur chargé des études et de synthèse, pour débattre du phénomène de l’émigration clandestine.

 

Radio algérienne
La nouvelle édition du café littéraire de Radio Culture, «Sijilat wa Maâna», recevra, le 22 Janvier  à 16h, le directeur du musée
de la Cinémathèque d’Algérie, Salim Aggar.

 

  Riadh El Feth
Le compositeur et interprète espagnol Amancio Prada sera en concert, à la salle Ibn Zeydoun (Riadh El Feth, Alger), le 24 janvier, à 19h30. Il sera accompagné à l’accordéon par Cuco Perez.

   Galerie Ezzou’Art

La galerie Ezzou’Art accueille, du 12 au 31 janvier, l’exposition «Spiritualité» de Samia Boumerdassi et Narimane Sadat Che.

  Institut culturel italien
L’Institut culturel italien d’Alger organise, depuis le 17 janvier dernier et jusqu’au 17 février, une exposition consacrée aux œuvres de l’artiste italien Claudio Burei intitulée «Niente Di Personale» (Rien de personnel).

 Galerie Le Paon
La galerie le Paon du Centre des arts de Riadh El Feth (Alger) abritera, à partir du 26 janvier à 14h, une exposition collective, Alwan 2019, des artistes peintres Djahida Houadef, Yasmina Saâdoun, Abderahmane Khelfane, Slimane Bouchetta et Abderahmane Azougli.

 

Photo news
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  •  Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • École El Melah
  • École El Melah

Football

Sports Divers

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept