Imprimer

Des partis politiques ont réagi, Samedi, à la déclaration du président de l’Autorité Nationale Indépendante des Elections (ANIE), Mohamed Charfi qui avait rassuré l’opinion publique sur la régularité et la transparence du scrutin du 12 Décembre.

« Tous les moyens matériels et humains seront mis en place pour que le rendez-vous électoral ne soit pas entaché de fraude », a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse. Pour le Sénateur du FLN, Abdelouahab Benzaim, « les élections se dérouleront sans fraude avec une autorité composée de compétence et dotée des prérogatives de l’administration dans gestion des élections ». « Cette autorité a le droit de recourir à la justice pour tout acte de fraude », rappelle Benzaim qui prévoit une campagne électorale très dynamique. Pour lui , «  le peuple va sortir massivement pour accomplir son devoir électoral  ». Belkacem Sahli, président de l’ANR) ne doute pas des capacités de l’ANIE. « Ses prérogatives et le mécanisme mis en place par l’ANIE devront empêcher toute tentative de fraude ».Toutefois, il fera remrquer que les réalités du terrain sont différentes. «  Nos militants se heurtent déjà à un problème sérieux d’ordre administratif pour collecter les signatures de candidature auprès des citoyens », confie t-il. « Les SG des APC surtout qui ont le pouvoir d’attester la signature  entravent le processus  à cause du manque d’encadrement qui devra être mis en place spécialement pour cette opération», ajoute t-il. Il déplore également l’indisponibilité des notaires pour notifier les signatures. « Je reçois des rapports des bureaux de wilayas m’informant des difficultés. Je ne vais pas me taire sur ces dépassements », menace Sahli avant de douter du choix de certains coordinateurs de wilayas relevant de l’ANIE.

Le porte-parole du FJD), Lakhdar Benkhellaf doute fort que l’ANIE puisse mettre un terme à la fraude électorale. Il estime que 50 membres de l’Autorité et 48 coordinateurs de wilayas et ceux des communes ne suffiront pas pour contrer la fraude. « Nous avons souffert durant toute notre vie de la fraude et voila que l’ANIE annonce « la disparition magique » de la fraude électorale. « Nous espérons que ça arrive », renchérit avec un tantinet d’ironie   Benkhellaf. Ce dernier, doute fort d’autant que l’ANIE fait il remarquer « est déjà en retard pour déployer ses représentants à travers les wilayas et communes ». Le chargé de la communication de Jil Jadid, Habib Brahmia qualifie la déclaration du président de l’ANIE est « farfelue ». Pour lui, « elle relève de la politique du pouvoir qui a décidé d’aller à l’élection présidentielle contre vents et marées ». « Nous, on a demandé plus de garantie sur le déroulement du scrutin, mais sans résultat », rappelle t-il. « C’est pour cette raison qu’on se trouve en dehors de tout le processus », enchaine t-il. «  Il ne s’agit pas de refus, mais de confiance », tient il à préciser.

M. Benkeddada