Imprimer

Un groupe d'étudiants acteurs du hirak organisera samedi prochain à la Safex à Alger une conférence nationale. Cette rencontre a pour but d’unifier les rangs de la famille estudiantine autour d'une feuille de route consensuelle de sortie de crise. L’initiative est l’œuvre de plusieurs collectifs estudiantins, dont le forum des étudiants, le pôle des étudiants algériens, le pôle ouest, le forum des étudiants du Sud, et les représentants de la faculté de médecine.

Le groupe précise, dans un document explicatif, qu’il n’a pas pour ambition de représenter les étudiants, mais de proposer des solutions politiques à la situation actuelle que connait le pays. Il soutient, en outre, « que les organisations et syndicats estudiantins n'ont rien à voir avec cet événement ». Abdallah Ishak Allaouchiche, coordinateur du Forum des étudiants, indique qu’il sera question de proposer une feuille de route consensuelle et d’ouvrir par la suite un dialogue pour collecter des propositions susceptibles de l’enrichir. Il annonce que d’autres réunions seront organisées à l’effet d’étudier les mécanismes de mise à jour de la feuille de route initiale. Ce groupe coordonnera-t-il son travail avec l’instance nationale de médiation et de dialogue ? Abdallah Ishak souligne que cette question sera exposée aux collectifs estudiantins aux quels reviendra la décision d’adhérer (ou pas) au dialogue initié par cette instance. Le groupe tient à rappeler cependant que le nombre d’étudiants à travers le territoire est de 1,7 millions, et la salle Ali Maâchi de la Safex ne peut accueillir cette population. Pour permettre au maximum de suivre les débats, une retransmission en live du conclave sera diffusée sur la page de l'événement et qu’un formulaire y sera publié. La priorité en terme de participation et de présence sera donnée aux étudiants qui ont été actifs tout au long du hirak au niveau de toutes les wilayas du pays. Cet événement est financé par des étudiants, des organisateurs et des participants, et ce à travers une contribution symbolique le jour de la conférence.

Karima Alloun Kordjani