L’élection présidentielle déjà compromise
Search
Mardi 28 Janvier 2020
Journal Electronique

Le scepticisme des partis politiques à l’égard de l’organisation de l’élection présidentielle ne cesse de grandir à mesure que la date du 4 juillet approche. Pour certains, cette échéance tombe comme un cheveu dans la soupe au moment où le peuple la rejette.

«L’organisation de l’élection le 4 juillet prochain s’avère très difficile, d’autant que nous sommes à moins de deux mois de cette échéance», estime le professeur Chems-Eddine Chitour, relevant que le chef de l’Etat tient un langage ambivalent. «Il dit écouter le peuple mais sans entendre son message l’invitant ainsi, indirectement, à sortir chaque vendredi.» Et puis, poursuit-il, «cette élection n’aura aucune légitimité puisqu’elle sera boycottée par les électeurs». De ce fait, il soutient que le peuple ne reculera pas et continuera à réclamer le changement du système. «Il n’est, toutefois, pas trop tard si l’institution militaire décide d’accompagner ce processus, en contribuant à trouver deux ou trois personnes pour constituer un conseil d’orientation ou de direction à même de nous faire sortir rapidement de cette crise», soutient-il. Il propose, dans ce cadre, le Dr Ahmed Taleb Ibrahimi, l’ancien chef de gouvernement Ahmed Benbitour et la moudjahida Djamila Bouhired. Des personnalités qui peuvent, selon lui, être une caution acceptée par le peuple. D’après lui, sept ou huit mois suffisent pour organiser, sous la houlette de ces personnalités, une élection présidentielle qui pourra intervenir le 1er novembre, une autre date symbolique.

«Les citoyens seront engagés pour contrôler la transparence de cette élection après la révision des listes électorales», a-t-il ajouté. Chitour estime qu’à travers ce processus, nous assisterons à la naissance de la deuxième République avec un nouveau Président qui prendra en charge le chantier d’une nouvelle Constitution. Le Pr Chitour revient, par ailleurs, sur la position de l’ANP qu’il qualifie de «très cohérente», mais l’institution militaire devrait aujourd’hui, suggère t-il, «choisir entre le peuple et la Constitution». De son avis, les jeunes qui n’ont jusqu’à présent montré que la phase positive ont besoin d’espoir. «Ces derniers ne sont, toutefois, pas structurés pour gouverner», rappelle-t-il avant de faire remarquer que la situation économique du pays est très difficile. «Les caisses de l’Etat suffisent à peine à combler les besoins de 2019 et 2020, alors que nous avons besoin d’un baril de pétrole à 115 dollars pour équilibrer notre loi de finances.»

                     Partis politiques : une autre perception

Pour Houria Oulebsir, députée RND, «le délai pour l’organisation de ce scrutin est, en effet, très court, d’autant plus que la phase de préparation est à peine entamée». Oulebsir fait aussi remarquer que le hirak demande une commission électorale indépendante et une instance pour la supervision de l’élection, alors que la création de ces deux instances demande du temps. «S’il y a une volonté politique d’organiser cette élection le 4 juillet prochain, il faudrait peut-être accélérer la cadence des réformes pour arriver à un scrutin démocratique comme le réclame le mouvement citoyen», insiste-t-elle. A la question de savoir si cette échéance pouvait être reculée pour une autre option, elle dira : «Je n’ai pas cet impression. Pour l’heure, la date est maintenue et les autorités sont à pied d’œuvre pour mettre en place les mécanismes appropriés pour aboutir à une élection démocratique. En revanche, si ce dispositif n’est pas prêt dans les 15 jours qui suivent, la date du 4 juillet est compromise.» Le Parti des travailleurs a, cependant, une autre perception des choses concernant cette échéance. «C’est une confiscation de la révolution portée par des millions d’Algériens qui réclament le départ du système», estime le député Ramdane Taâzibt. A ses yeux, la décision du chef de l’Etat, «contesté par la majorité du peuple», de maintenir ce calendrier est synonyme de provocation contre des millions d’Algériens. «On ne peut pas parler d’élection tant que le système n’est pas parti et qu’il n’y a pas de nouvelles lois», estime-t-il, ajoutant qu’ il n’est pas judicieux de choisir à la place de la population. De ce fait, il juge impératif de revoir la Constitution «pour en finir avec le régime présidentiel généré par ce système». Même son de cloche chez le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali.

«La date choisie pour l’organisation de la présidentielle ne peut absolument pas correspondre à ce qu’attendent les Algériens», affirme-t-il. «Il faut savoir que la date limite pour le dépôt des dossiers de candidature est fixée au 20 mai prochain, ce qui paraît impossible pour tout candidat sérieux de se préparer et de se présenter», a-t-il indiqué sans omettre de rappeler que «les Algériens refusent d’aller vers une élection sous la direction d’un gouvernement désigné par le Président sortant. Il s’agit, abonde-t-il, «de songer à se mettre autour d’une table pour débattre de la situation du pays pour pouvoir construire un Etat de droit et aller vers un pouvoir légitime». «On ne peut pas faire ce que nous n’avons pas pu faire depuis 57 ans avec seulement l’application de l’article 102», conclut-il.

Assia Boucetta

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Ministère de Santé
La Société algérienne de rhumatologie organise, les 29, 30, 31 janvier et le 1er février, à l’hôtel El Aurassi, le 15e congrès de rhumatologie.
L’inauguration aura lieu  à le 29 janvier 18h.

DGSN
La Direction générale de la Sûreté nationale organise, le 29 janvier à 9h30, au siège de la direction de la sûreté publique sise à El Mohammadia, une conférence de presse pour présenter le bilan des activités de la direction pour l’année 2019.

Musée national du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organisera, le  30 janvier à 10h, simultanément au niveau de la kasma de Rahmania (Alger), la 436e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

Wilaya d’Alger
La cérémonie d’installation du nouveau wali d’Alger, Youcef Chorfa, aura lieu,  le 29 janvier à 9h30, à la salle de conférences de la wilaya.

Machaâl Echahid
L’association Machaâl Echahid, en collaboration avec le quotidien El Moudjahid, organise, le 29 janvier à 10h, une conférence historique à l’occasion du 8e anniversaire de la disparition du moudjahid Abdelhamid Mehri.

Salon national du recrutement

Le 14e Salon national du recrutement «Carrefour, emploi et formation» se tiendra du 28 au 30 janvier à la Safex (Alger).

Musée national du moudjahid

Le Musée national du moudjahid organisera, le 30 janvier à 10h, simultanément au niveau de la kasma de Rahmania (Alger), la 436e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de libération.

HCI

Le Haut-Conseil islamique organisera, les 25 et 26 février, en collaboration avec la wilaya de Bordj Bou Arréridj, le colloque international Mohamed-El-Arabi-Ben Etebani intitulé «La connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

Université Oran 1

L’Université Oran 1 Ahmed-Ben-Bella organisera, à la fin du mois de janvier, des journées scientifiques dédiées à l’agriculture intelligente.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans, en bonne santé, à faire un don de son sang.

 

Radio DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale émise sur les ondes de la Radio Chaîne I sera consacrée,  le 29 jkanvier à 16h, à l’importance des systèmes d’éclairage des voitures pour la sécurité routière.

MDN

La Direction régionale de l’information et de la communication de la 1re RM organise, à partir du 27 janvier , à 8h30, jusqu’au 30 janvier, le championnat national militaire de taekwondo au centre de regroupement et de préparation des équipes sportives militaires de Ben Aknoun (Alger).

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept