Imprimer

La secrétaire générale du Parti des travailleurs a appelé à l’élection d’une Assemblée constituante pour décider du système politique qui convient à notre au pays et sortir de l’impasse politique actuelle.

«Depuis des années que notre parti appelle à une Constituante. Voilà donc le temps venu de penser à cette solution de sortie de crise», a-t-elle suggéré, hier, à Alger, lors d’une conférence de presse. Evoquant les manifestants qui revendiquent une nouvelle ère politique, la SG du PT a estimé que les décideurs sont dans l’obligation d’écouter le pouls de la rue pour éviter les dérives. «Les Algériens, toutes catégories confondues, ont marché dans le calme. Le 22 février s’ajoutera aux différentes dates qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays. Le caractère pacifique des manifestations populaires a impressionné plus d’un à l’intérieur comme à l’extérieur du pays», a-t-elle affirmé. Louisa Hanoune a, à ce propos, mis l’accent sur la maturité politique de la jeunesse longtemps marginalisée. «Nos concitoyens sont conscients des enjeux du contexte que vit notre pays. L’appel à des marches pacifiques exprime le souci majeur de tous, celui de préserver la sécurité de la nation et du peuple», a-t-elle ajouté. Selon elle, la recomposition et les décantations sont en cours, citant les marches des étudiants, avocats et journalistes. A l’occasion, elle a critiqué les «oligarques» propriétaires de titres de journaux et des chaînes TV qui ont empêché les journalistes de couvrir les manifestations. «Restreindre le travail du journaliste, qui est d’informer dans le respect de l’éthique et de la déontologie, est une forme de tyrannie», a lancé Mme Hanoune à l’adresse des journalistes. Pour la conférencière, la classe politique au pouvoir et l’oligarchie tentent de maintenir leurs privilèges et leur influence.

«Le comité central tranchera samedi, en toute souveraineté et sans aucune pression, la participation du PT ou non à la prochaine présidentielle après examen des développements de la situation», a, par ailleurs, indiqué Mme Hanoune. La SG du PT a proposé aux membres du comité central de «laisser les travaux ouverts pour que nous puissions rejoindre en tant que citoyens et non en tant que parti les marches pacifiques organisées aujourd’hui». Le PT «a réuni toutes les conditions juridiques requises pour le dossier de candidature dans le cas où le parti déciderait de participer à l’élection Présidentielle», a-t-elle ajouté, soulignant que «l’opération de collecte des signatures était très difficile» en raison de certaines pratiques.

Karima Dehiles