Imprimer

La qualification quantitative aux jeux olympiques 2020 fixée comme objectif par la fédération algérienne de judo demande encore des efforts. En effet, l’édition la plus récente du ranking mondial établi par la fédération internationale (FIJ), montre à quel point la mission se complique pour plusieurs athlètes des équipes nationales filles et garçons. Chez les garçons, Nourine Fethi est actuellement le meilleur algérien.

Dans sa catégorie de -73 kg, le champion d’Afrique 2018 et 2019 a totalisé 1735 points. Cela dit, il est encore loin de l’actuel 18e, l’iranien Mohammadi Mohammad avec ses 2514 points. Pour rattraper le train du top 18 qualifiés aux olympiades, Nourine doit impérativement conserver son titre africain pour espérer faire un bond dans le classement. Lyes Bouyacoub continue quant à lui d’avancer lentement, sans pour autant figurer parmi les 18 de sa catégorie -100 kg. Avec une 31e place, le champion d’Afrique 2019 a récolté 1648, se positionnant encore loin du 18e de sa catégorie, en l’occurrence l’azerbaidjanais Kotsoiev Zelym. Ce dernier a pris option pour la qualification aux JO 2020 avec ses 2611 points. Abderrahmane Benamadi qui a été autrefois vice champion du monde en 2005, n’est que 33e dans sa catégorie de -90 kg avec 1564 points. Vice-champion d’Afrique 2019 en Afrique du Sud, il a encore beaucoup de points à récolter, notamment durant l’année prochaine. Une année durant laquelle les points décrochés seront comptabilisés à 100%. C’est le Mongolien Gantulga Altanbagana qui occupe la 18e place avec 2542. Hormis ce trio, les autres hommes de la sélection nationale sont encore plus loin du compte, à savoir Salim Rebahi 58e dans la catégorie de -60 kg, Houd Zordani 100e dans la catégorie de -66 kg ainsi que Belakraa Mohamed Amine 57e dans la catégorie de +100 kg. Chez les filles, il s’agit d’une copie-conforme. Aucune judokate n’est parvenue à se hisser jusqu’au top 16. Kaoutar Ouallal est actuellement la meilleure Algérienne avec sa 33e place dans la catégorie de -78 kg. La championne d’Afrique en titre n’a récolté que 1293 points avec 1452 points de moins de la 18e de la catégorie, la Polonaise Pacut Beata et ses 2745 points. Longtemps en réclamation d’une bourse olympique pour se préparer à l’étranger, Ouallal la n1 sur le plan africain, est en pole position pour terminer en beauté la phase qualificative pour les JO. Néanmoins, elle doit faire plusieurs podiums notamment durant l’année 2020 pour espérer composter son billet pour l’évenement olympique. Amina Belkadi qui a brillé lors du championnat d’Afrique 2019 avec une médaille d’or, s’est positionnée à la 37e place dans la catégorie de -63 kg. Avec 1314 points, elle a encore du chemin à faire pour gravir des marches jusqu’à la 16e place. Un rang qui sera synonyme de qualification directe pour les JO sans passer par la qualification par quota. Le même cas est valable pour l’une des chevronnées de l’équipe nationale, en l’occurrence Sonia Asselah. En baisse de forme notamment avec une 3e place durant le dernier championnat d’Afrique, elle a gagné une place dans sa catégorie de +78 kg pour se classer 35e avec 915 points. Toutefois, elle a encore des efforts titanesques à faire pour détrôner l’actuelle 16e mondiale, à savoir la Britannique Adlington Sarah avec ses 2603 points.En somme, la qualification d’un nombre important d’athlètes passe par plusieurs sursauts d’orgueil de nos judokas. Au pire des cas, l’Algérie peut décrocher deux billets dans la cadre de la qualification par quota. Pour le moment, seul Nourine Fethi est bien parti pour décrocher un ticket pour Tokyo 2020.                        Adel K.