Imprimer

Le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi, a fait part Jeudi 10 Janvier, de plus de 1000 sites historiques classés dont 07 au niveau international. "Ce nombre très important de sites classés entraine des charges financières considérables, d'entretien et de réhabilitation, que nous devons utiliser avec prudence vu le contexteactuel", a-t-ilindiqué.

C'est ce qui explique, selon lui, les retards dans la réhabilitation de Kalât des Béni Hammad. Un député du Front el Moustakbal a déploré, en effet, que l'opération de réhabilitation de ce site prend plus de 13 ans. Le ministre, à ce propos, a souligné que les deux phases d'étude du plan de réhabilitation de ce site sont achevées. "Reste la troisième phase qui consiste en la réhabilitation et l'exploitation culturelle et économique du site", dit-il, rappelant que 10 millions de dinars ont été alloués au plande réhabilitation. Il a indiqué, par ailleurs, que, dans l'avenir, les opérations de réhabilitation se feront globalement et non partiellement. Ainsi, la réhabilitation, la valorisation et l'exploitation se feront en même temps. Interpellé sur le festival de Kalât des Béni Hammad qui n'est plus animé depuis plusieurs années, il s’est dit favorable à son réorganisation.A condition, toutefois, que la tenue de ce festival ne soit pas en contradiction avec les lois nationales et internationales de protection du patrimoine. Toujours concernant ces manifestations culturelles, il a rappelé que 176 festivals ont été officialisés depuis 2003 dont 58 sont des événements littéraires. "Nous avons réorganisé certains festivals, sur le plan financier notamment. Car certains ne nécessitent pas de gros budgets pour avoir lieu. Cela dit, nous incitons la société civile à proposer des projets culturels de qualité, de la part des jeunes notamment, que nous ne manquerons pas d'encourager", conclut-il.

F.B