Imprimer

Les agences de voyages sont actuellement dans une situation bien difficile en raison des marches et manifestations populaires à travers le pays. «Manifester est un droit légitime et on ne le conteste pas. N’empêche que l’impact des marches sur nos affaires est loin d’être positif. Depuis que les rues sont investies, la demande en matière de voyages et de billetterie est en chute libre au point où on a dû annuler des produits et des séjours», confie la gérante de l’agence de voyage, «Voyage du cœur», Nacéra Moumen. La saison saharienne et les vacances de printemps sur lesquelles les voyagistes ont fondé tous leurs espoirs en attendant l’été, risquent d’être moroses. «Nous avons baissé nos prix au maximum. La plupart des agences sont en train de vendre à moitié prix les billets d’avion acquis pour des séjours au Sahara», rapporte-t-elle. Idem pour le gérant de l’agence de voyages Algeria traveleisure, Sadek Zerrouk, qui affirme carrément avoir mis la clé sous le paillasson. «J’ai fermé mon agence par solidarité avec les manifestants. Mais il est vrai que les affaires ne marchent pas bien. J’avais prévu plusieurs produits pour les mois de mars et avril, à Ghardaïa et à Timimoun notamment. J’ai tout annulé», dit-il, espérant pouvoir se rattraper durant la saison estivale. La demande sur les produits touristiques a considérablement diminué non seulement, relève-t-il, de la part des touristes locaux mais aussi des étrangers. «J’avais programmé un séjour à Ghardaïa au mois de mars au profit de la diaspora. Nous avons lancé ce projet et nous avions noté un intérêt de la part de la communauté algérienne installée en Europe notamment. Toutefois, depuis que les rues du pays sont investies par les manifestants, cet intérêt s’est estompé et nous avons dû annuler ce produit», lâche-t-il. Craignant que la situation actuelle ne perdure jusqu’à la saison estivale, il confie avoir pris des dispositions pour se tenir prêt pour la prochaine saison saharienne 2019-2020. «Je prépare actuellement un séjour à Djanet à partir du mois de septembre. Espérons que les choses vont se calmer d’ici là. Avec ce qui passe, on comprend parfaitement que les Algériens n’aient pas le cœur d’aller en vacances», dit-il, notant que même la compagnie aérienne Air Algérie a baissé les prix de ses vols en direction de l’étranger. «Jusqu’à 30.000 DA vers la Turquie et moins de 20.000 DA vers Paris», précise-t-il. Pour le syndicat national des agences de voyages (SNAV), les marches et les manifestations n’ont pas juste impacté les agences de voyages. «La situation affecte toute l’économie nationale. Ce qui est tout à fait normal», estime son vice-président.

Farida Belkhiri