Search
La consommation de drogue en hausse durant le Ramadhan
Lundi 26 Juin 2017
Journal Electronique

Le trafic de drogue, notamment le kif traité et les psychotropes enregistre  une hausse sensible, depuis le début du mois de ramadhan, selon les statistiques des services de sécurité.  Les soirées ramadanesques  donnent lieu à une consommation de drogue plus intense. Il ne se passe un jour sans que les services de sécurité n’annoncent des saisies de quantités de psychotropes et résine de cannabis. Les enquêtes sécuritaires font  ressortir de nouveaux consommateurs - des primo-consommateurs.  Les  usagers habituels ont augmenté leur  consommation en ce mois sacré. «Durant le mois de ramadhan, il est impossible de déterminer un profil d’un consommateur de drogue. Ce n’est pas la population classique », nous confie  un officier de la Police Judicaire.

Dispositif « anti-drogue » de la police

Face à ce constat, un dispositif « anti-drogue » a été mis en œuvre, à la veille du mois sacré, par le Haut Commandement de la police. Selon la cellule de communication de la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN), les services de police mènent des descentes, dans le cadre des efforts visant à resserrer  l’étau sur les réseaux criminels, qui menacent la sécurité du citoyen et de ses biens. « Ces descentes ciblent les quartiers populaires notamment les points noirs et les lieux suspects. Elles se sont soldées par la saisie d’importantes quantités de cannabis et de comprimés psychotropes », a indiqué la même source. Durant les deux semaines du mois sacré, une quantité  prés de 10 quintaux de kif traité a été récupérée par les différents services de sécurité ainsi que prés de 2 000 comprimés de psychotropes. Aucune étude épidémique sur la consommation de stupéfiants durant le mois sacré n’a été menée, à l’exception d’un rapport élaboré, l’année passée,  par la Ligue Algérienne des Droits de l’Homme (LADDH). Cette étude a fait ressortir une hausse de 18% de la consommation de drogue notamment le kif traité durant le ramadan. Cette augmentation est expliquée par l’orientation des consommateurs de boissons alcoolisées et les fumeurs de cigarettes vers le « hashish ». la LADDH a affirmé que l’augmentation drogues et psychotropes est  favorisée par plusieurs facteurs dont  « le  changement de l’emploi du temps des consommateurs et toxicomanes, en majorité des jeunes et des chômeurs, qui voient leurs veillés prolongées jusqu’à l’aube sous l’effet d’une ambiance générale où les « mahchachates » de quartier et autres lieux de rencontres nocturnes se multiplient ».Du point scientifique, les études en psychiatrie et en toxicologie ont mis en garde contre  la consommation de stupéfiants concentrée dans le temps associée aux grandes quantités de café et au manque d’alcool  et de stupéfiants  « qui provoque une irritabilité des comportements. Le changement de substance du jour au lendemain dans un contexte de physiologie perturbée provoque un grand énervement, notamment chez les plus jeunes ». Ce qui explique le recours à la violence durant ce mois notamment les homicides avec arme blanche. Ce constat a été confirmé par des jeunes et même des consommateurs âgés interpellés en flagrant délit  et présentés devant la justice. Sid Ali, 42 ans a été présenté devant le tribunal de Sidi M’Hamed à Alger, suite à son arrestation à El Madania, en possession d’une quantité de kif traité. Il a avoué qu’il consomme de la drogue durant le ramadhan « afin de compenser le manque d’alcool ». Les bars et les points de vente des boissons alcoolisées sont fermés durant le ramadan. « Généralement les points de ventes autorisés prennent un congé de 45 jours. Ils ferment dix jours avant le mois sacré. Certains clients s’apprivoisent à l’avance. Il y a une forte demande sur les liqueurs, qui se vendent très chers clandestinement, ce qui encourage les trafiquants à  s’adonner à cette activité durant le ramadan », a précisé un gérant d’un point de vente de boissons alcoolisées à Alger Centre. Face à cette situation, les services de sécurité mènent une lutte implacable contre la vente illicite de l’alcool. Les services de la Sûreté de Wilaya d’Alger, ont saisi durant ce week-end, 1 000 bouteilles de boissons alcoolisées de différents types, à Dar El Beida, destinées à la vente dans le marché informel.  Sid Ali est un « consommateur occasionnel ». Plusieurs consommateurs d’alcool s’adonnent à la drogue, pour assurer « leur jeûne »en raison de  l’interdiction de l’alcool dans le coran. « l'alcool ne ne doit plus être consommé 40 jours avant le mois sacré, car l'alcool reste dans le sang tout au long de cette durée. En revanche, il n’ya pas de  Hadith clair sur l’interdiction de la consommation de drogue durant le ramadhan. Ceci dit, le kif traité ou kachiets (les psychotropes) n’annulent pas le jeûne », nous ont confié des jeunes rencontrés au tribunal de Sidi M’Hamed. Ces derniers ont été  interpellés dans plusieurs quartiers de la capitale, par les services de sécurité, dans le cadre de la lutte contre la drogue. Oussama, un jeune « du milieu », nous a confié que les prix des drogues augmentent également. « Les opérations de police resserrent l’étau sur les fournisseurs. La demande est très forte en ramadhan, c’est une évidence. Cette année, il y a une demande sur les drogues dures notamment l’héroïne et une grande consommation de la « Chicha », a-t-il assuré.

Je fais le carême, la prière et je me drogue

Parmi les personnes interpellés, des jeunes arrêtés à proximité des mosquées après l’accomplissement de la prière des « Tarawihs ». Lyes, un étudiant universitaire « pratiquant » fait le carême, la prière mais interpellé en flagrant de consommation d’un « joint ».  Il a avoué qu’il consomme du kif traité la nuit « pour assurer une khlawa religieuse »et être plus proche du bon dieu en cette période, notamment durant les derniers dix jours du mois sacré. «C’est une forme de spiritualité mais puisée dans le « Haschisch » ». Noureddine lui, a été interpellé, à quelques minutes, du f’tour, par une patrouille de la police, au centre de la capitale. « J’ai pris des cuillères de chorba (soupe) et je suis sorti sous prétexte de prendre un café mais je suis tombé sur la police. « Zetla » c’est sacré pour moi durant le ramadhan, c’est un stabilisateur pour mon corps ». Tu jeûnes ? « Bien sûr et comment, non, non, je fais le carême » nous a répondu l’homme de plus de 40 ans, tout en précisant que « la drogue n’est pas haram. Après l’Icha, tu fais ce qui te plait, ce n’est pas péché », a-t-il argumenté.

La drogue annule-t-elle le jeûne ?

La drogue est-elle tolérée ?  Kamel Touati, imam de la mosquée à El Madania a précisé qu’il a relevé  une grande consommation chez des personnes âgées. « C’est là un sérieux problème » a –il dit. Concernant les gens qui font la prière sous l’effet de la drogue, il a estimé que « ce sont des « visiteurs de mosquées et pas de fideles », a –t-il répondu. A notre question sur l’absence d’un verset dans le Coran  interdisant  clairement la consommation de drogue, l’imam a évoqué le hadith du  prophète qui dit « Tout ce qui entraîne l’ivresse est interdit de consommation ».  En effet, tout ce qui rend ivre ou qui fait perdre à la personne ses moyens : comme l’alcool ou les drogues, ainsi que tout ce qui porte préjudice à la santé ou à la vie comme la cigarette, est considéré comme illicite. « Un jeûneur qui consomme  des stupéfiants la nuit est sous l’effet de ces produits la journée, c’est un grand pêché parce que le jeûneur doit être conscient de ses actes et l’intention est une condition sans laquelle  le carême est annulé », a-t-il dit.

Une crise de foi

Abdelkrim Hamzaoui, sociologue et chercheur a soutenu que les accros à la  drogue ne changent pas leurs habitudes, durant le mois sacré. « Malheureusement le jeûne est  perçu  ces dernières années, comme un mois pour cesser seulement  de  boire et de manger, pas plus ». « Pire, tous les fléaux sont autorisés après El Iftar comme la consommation de drogue, la prostitution, le vol et autres », regrette t-il. Le sociologue  déplore l’existence d’une culture négative notamment chez les jeunes. Ils  profitent des contradictions entre rites alors que notre rite malékite est clair sur la question. « Les jeunes procèdent à « l’auto-fetwa » ou exploitent les conflits rituels, pour justifier des actes contraires aux valeurs de l’islam. Ces dernières années, nous vivons une crise de foi », estime t-il.

Neila Benrahal

  • Preparatif eid seghir
  • Preparatif eid seghir
  • Preparatif eid seghir
  • Ministre de la solidarité
  • Ministre de la solidarité
  • Ministre de la solidarité
  • Algerie 1 togo 0
  • Pecherie d Alger
  • Pecherie d Alger
  • Pecherie d Alger
  • Ministre de la solidarité
  • Ministre de la solidarité
  • Ministre de la solidarité
  • Ministre de la solidarité
  • Ministre de la solidarité
  • Pecherie d Alger
  • marche de gros
  • Algerie 1 togo 0
  • Algerie 1 togo 0
  • Algerie 1 togo 0
  • Algerie 1 togo 0
  • Algerie 1 togo 0
  • Algerie 1 togo 0
  • Algerie 1 togo 0
  • Algerie 1 togo 0
  • marche de gros
Monde
Société
    • Plaisir et crainte, les parents affichent prudence devant les étals de jouets

      En ces jours de fête, parents et proches gâtent leurs enfants en leur offrant de beaux cadeaux. Vêtements et chaussures, livres, tablettes, jeux vidéo, sorties de détente et de loisirs, jouets et autres articles, tout y est pour leur bonheur et celui des vendeurs installés ou improvisés  qui garnissent les étals de tous genres de gadgets. Mais au moment de l'achat, les parents se font très prudents tant la qualité des jouets fait débat. 

Economie
Culture
    • Malouf: pour Fateh Rouana « El Mahjouz est bien apprécié par le public »

      Rencontré récemment en marge d’un récital musical qu’il a donnée à la salle El-Mouggar à Alger, dans le cadre des soirées artistiques organisées par l’Office national pour la Culture et l’Information, Fateh Rouana, interprète de Malouf s’est, volontiers, prêté à nos questions.

      Entretien réalisé par Samira Sidhoum 

Sports
Santé
    • Le bisphénol A reconnu perturbateur endocrinien par une agence européenne

      L'Agence européenne des produits chimiques, l'ECHA, a annoncé reconnaître que le bisphénol A, déjà présent sur sa liste des "substances extrêmement préoccupantes", est un perturbateur endocrinien.

      Le comité chargé de ce dossier "s'est accordé à l'unanimité sur le fait que le bisphénol A est un perturbateur endocrinien", a déclaré vendredi dans un communiqué cette agence, qui a son siège à Helsinki.

L'agenda

Ministère de la santé de la population et de la réforme hospitalière

L’ES Sétif de football procédera le 23 juin à partir de 21h à une visite aux  enfants hospitalisés au sein du CHU Nafissa Hammoud(Ex Parnet)

APN

L’Assemblé populaire national poursuit ces travaux le vendredi 23 juin  2017 à 15h et la deuxième assis a 22h.

NAFTAL

Naftal informe son aimable clientèle que durant les deux jours de l’aïd-el-fitr el moubarek et à l’instar des autres jours de l’année les carburants seront disponibles à travers tout son réseau station-service à l’échelle National 7/7 et 24/24 

Wilaya d’Alger

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et de l’aménagement du territoire  et la ministre de la solidarité nationale et le Wali d’Alger effectueront le premier jour de l’Aïd une visite de solidarité aux centres d’aide sociale.

Association Jeunesse

Dans le cadre de la journée  internationale contre l’Abus et el trafic de drogues sous le thème « La vérité sur la consommation de drogues chez nos jeunes »

L’association « la voix des jeunes » organise une rencontre, le 1er juillet à partir de 13h30.

Ambassade du Japon

L’ambassade du Japon organise en collaboration avec le musée national de l’Enluminure d’Alger le 04 juillet à 14h30 au musée national de l’Enluminure d’Alger-Dar Mustapha Pacha- une cérémonie de commémorative du 55e anniversaire de l’établissement des relations algéro-japonases.

Palais Baya

La Direction du « Palais Baya » organise durant tout le mois de ramadhan du 27Mai au 26 juin 2017 des soirées ambiance Familiale « Qaâda Fi Zeman » Avec la participation exceptionnelle de (Cheikh El Mahroussa).

Radio Algérienne

A l’occasion du mois sacré du Ramadhan   , la Radio algérienne organise un programme culturel tout au long du mois sacré au Centre culturel de la Radio Aissa Messaoudi.

Bastion 23

Le Centre des Arts et de la Culture Palais des Rais, Bastion 23 se verra accueillir Un tout nouveau concept pour le mois sacré de cette année, El Manzah. Des soirées qui promettent d'être exceptionnelles avec un tout nouveau,  Du 27 mai 2017 au 30 juin à 21:00

ICI

L’Institut culturel Italien organise une session intensive de cours d’été de langue italienne, du 2 au 23 juillet, et du 30 juillet au 20 août. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 juin du dimanche au jeudi 9h- 14h

FAF

Dans le carde de demi-finales de la Coupe d’Algérie qui oppose le MC Alger à l’ES Sétif, Le matche se aura lieu aujourd’hui à 22h30 au Stade Omar-Hamadi 

 

HORIZONS, votre journal en PDF

Reportage

    • Sur les pas des douaniers aux frontières…

      Au fin fond du désert, en suivant les pistes qui mènent tout droit vers nulle part et connues des seuls contrebandiers et fraudeurs, les hommes en gris sont là. Ces douaniers s’imposent en véritable conscience et bras forts contre les trafiquants en tous genres. La hiérarchie ne les oublie pas et notre journaliste s’est retrouvée face à ces unités héroïques et leur directeur général venu en inspection à plus de 43 degrés à l’ombre et en plein Ramadhan

      De notre envoyée spéciale : Nouria Bourihane 

      Le soleil s’est levé très tôt ce jeudi 8 juin sur Bordj Badji Mokhtar (BBM). Un calme olympien règne sur les lieux. Loin du brouhaha des grandes villes, la vie paisible des habitants de ce dernier point du sud du pays ne donne pas l’impression d’être à quelques encablures de la frontière de tous les dangers.

      Read more Sur les...

Histoire
    • Vibrant hommage aux guillotinés de la guerre d'Algérie

      Un vibrant hommage a été rendu, ce mardi 20 juin à des  martyrs dont Zabana, Boualem Rahal, Saïd Touati, Belamine Mohamed et Radi H’mida.  Ces quatre derniers  ont été  guillotinés à l’aube du 20  juin 1957.

      Selon les témoignages de quelques acteurs de la révolution, ces  condamnés à la peine capitale ont été exécutés à une minute d'intervalle. Le premier, Belamine Mohamed Ameziane a été exécuté à 3h25 mn du matin et Radi H'mida une minute après.

Conception/Kader Hamidi/Kdhosting . Hebergement/Kdhosting : kdconcept