Imprimer

Des visites de responsables irakiens en Israël, annoncées depuis l'Etat hébreu, faisaient lundi polémique en Irak où le numéro deux du Parlement a réclamé une enquête pour identifier ces responsables ayant franchi selon lui une "ligne rouge".

L'annonce sur le compte Twitter du ministère des Affaires étrangères israélien dimanche de la visite de trois délégations irakiennes en Israël en 2018, puis les détails donnés par des médias israéliens, ont aussitôt provoqué des remous en Irak, toujours techniquement en état de guerre avec l'Etat hébreu qu'il ne reconnaît pas.

Le premier adjoint du président du Parlement irakien, Hassan Karim al-Kaabi, a réclamé lundi dans un communiqué "une enquête" de l'Assemblée pour "identifier ceux qui se seraient rendus en territoire occupé, en particulier si ce sont des députés", faisant référence à Israël.

Sur Twitter, le ministère israélien des Affaires étrangères avait assuré que les 15 visiteurs irakiens étaient des "personnalités chiites et sunnites influentes dans le pays", sans toutefois donner de noms.