La Une
Search
Mercredi 03 Juin 2020
Journal Electronique

Le chef d’Etat-major de l’Armée nationale populaire (ANP) par intérim, le général-major Saïd Chanegriha, a affirmé hier à Alger que l’ANP s’est tenue aux côtés du peuple algérien en honorant l’appel du devoir et en engageant toutes ses ressources humaines et matérielles pour faire face à la pandémie du coronavirus (Covid-19), a indiqué un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN).

Le général-major Chanegriha, qui a présidé les travaux d’un colloque scientifique intitulé «Résilience face à la pandémie du Covid-19», a affirmé que «l’ANP s’est tenue aux côtés de notre digne peuple et, fidèle à ses habitudes, a honoré l’appel du devoir et a engagé toutes ses ressources humaines et matérielles pour faire face à cette dangereuse pandémie», soulignant «la nécessité de saisir cette crise et d’en faire une véritable opportunité, en réévaluant bon nombre de questions dans les différents domaines». «Ainsi, en sus de prendre les mesures nécessaires afin d’empêcher la propagation du virus dans ses rangs, l’ANP a mis à disposition des avions cargos militaires pour acheminer des équipements médicaux depuis la République populaire de Chine», a-t-il ajouté dans son allocution d’ouverture de ce colloque organisé par l’Institut militaire de Documentation, d’Evaluation et de Prospective du MDN au niveau de l’Ecole supérieure de guerre à Tamentfoust.

LE PROJET DE LA LOI DE FINANCES COMPLÉMENTAIRE (PLFC) 2020 a été élaboré dans un contexte qu’on pourrait qualifier d’exceptionnel et d’inédit marqué par la conjonction de deux facteurs majeurs, à savoir la stagnation économique mondiale et la crise sanitaire globale sans précédent.

C ’est qu’a souligné le ministre des Finances qui a présenté, hier, le texte devant l’APN en présence des membres du gouvernement. Pour Abderrahmane Raouya, notre économie souffre, à l’instar des autres économies, du choc pétrolier qui s’est décliné par une forte offre et une baisse de la demande en raison de la crise liée à la Covid-19. «Ce qui a conduit à une baisse des recettes et une augmentation des dépenses, notamment dans le secteur de la santé», a-t-il rappelé. Reste que l’accord de l’Opep a eu, selon lui, un impact positif sur les exportations des hydrocarbures qui ont baissé, révèle-t-il, de 10%, et ce, en raison de la baisse des prix et des quantités à exporter. «Les recettes pétrolières passeraient, ainsi, de 35,2 milliards de dollars à 17,7 milliards dollars». Au vu de tous ces éléments, Raouya prévoit une contraction de la croissance économique de moins de 2,63% contre une croissance positive de 1,88% prévue dans la loi de finances initiale, alors que la croissance hors hydrocarbures devrait être définie par une contraction de moins de 0,91% contre 1,78% prévu initialement. Le PLFC 2020 prévoit, dans ce contexte, une baisse des dépenses budgétaires à 7.372,7 milliards de dinars contre 7.823,1 milliards de dinars initialement.

Rues vides, mosquées désertes …  la Covid gâche la joie de l’Aïd

 Les Algériens ont célébré l’Aïd El-Fitr sous le spectre  de la pandémie du coronavirus qui a plongé Alger  et les autres villes du pays dans un silence insolite, jamais connu de mémoire d’Algériens.

Des images hallucinantes de mosquées et de rues désertées, vides de ces groupes de personnes allant d’un quartier à un autre pour rendre visite aux proches. Ce fut une célébration sans ferveur, ni ambiance dans des agglomérations où aucune voiture ne circulait. Le rituel ancestral a dû être bousculé mais la population a fait preuve de discipline et de solidarité en ce temps de crise sanitaire qui a fait, à ce jour, plus de 8.000 cas confirmés et 600 décès. Ces chiffres ont accentué le sentiment d’angoisse qui plane, depuis le mois de mars dernier, pour devenir pesant en ce jour de fête où la joie s’exhibe dans les placettes et les quartiers. Autre paradoxe, l’Aïd est passé sans ces nuées d’enfants aux habits flambant neuf. Ils ont dû s’adapter à la nouvelle donne sans trop exiger des parents déjà laminés par cette période de confinement. Ils ont dû contenir leur exubérance. Et une fois n’est pas coutume, le parfum des gâteaux de la fête qui s’exhalait des maisons n’embaumait plus les quartiers populaires. On ne s’est même pas rendu compte si le programme des permanences au premier jour de l’Aïd a été respecté. Les quelques boulangeries et magasins d’alimentation générale au centre-ville n’ont pas été plus pris d’assaut comme les années précédentes. Pour nombre de citoyens, la Covid-19 a gâché la fête.

Un véritable front interne patriotique a créé un ciment entre les gouvernants et les gouvernés

LA LUTTE CONTRE LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS (COVID-19) a permis de remporter plusieurs défis contre cette maladie, a affirmé hier le Premier ministre, Abdelaziz Djerad. Le premier de ces défis a été, selon lui, celui des tests, le deuxième celui du traitement des malades et le troisième porte sur les masques de protection.

« N ous sommes arrivés à travers cette expérience, dans les faits, à un véritable front interne patriotique qui a créé un ciment entre les Algériens, entre les gouvernants et les gouvernés», a déclaré à la presse Abdelaziz Djerad, qui a assisté au point de presse quotidien sur l’évolution de la pandémie. Le Premier ministre a indiqué que le premier défi qui a été relevé est celui des tests. «Depuis le début, nous avons lancé le défi des tests. Nous avons réussi à avoir le maximum de tests que nous avons importés. Maintenant, nous sommes en train de les fabriquer sur place. Nous sommes en train de tester parce que le test permet réellement d’arriver à comprendre l’échantillon réel des gens contaminés», a précisé Djerad, ajoutant que «nous sommes arrivés à un chiffre au-delà de 7.000 tests et nous avons aujourd’hui beaucoup de capacités en matière de dépistage». 

Le Premier ministre a indiqué que le deuxième défi que «nous avons gagné très tôt, avant beaucoup de pays est celui du médicament: l’hydroxy-chloroquine». «Nous l’avons utilisée, elle a donné de très bons résultats et elle continue de donner de très bons résultats», a-t-il assuré. Le troisième défi porte sur les masques de protection, a poursuivi le Premier ministre, soulignant que les pouvoirs publics «ont commencé à exiger leur utilisation il y a déjà deux mois, contrairement à ce que prétendent certains». «Aujourd’hui, nous voulons que le masque soit obligatoire et que tous les citoyens l’utilise. Nous avons distribué 9 millions de masques et nous allons continuer», a-t-il assuré.

Djerad a indiqué ensuite que l’autre défi est celui de la prise de conscience du citoyen. «Je pense que les citoyens sont en train, petit à petit, de comprendre l’importance et l’exigence de l’utilisation du masque», s’est-il félicité, relevant qu’il s’agit d’un «problème de responsabilité individuelle et collective». «Les Algériens sont en train de comprendre que leur rôle est essentiel et que tout ce qui se fait est dans l’intérêt du citoyen», a-t-il souligné. Le Premier ministre a appelé à avoir confiance dans les compétences médicales algériennes, rendant hommage aux «médecins algériens pour le rôle extraordinaire et fabuleux qu’ils assument sur le terrain», rappelant que certains d’entre eux ont payé de leur vie leur engagement, alors que d’autre sont, jour et nuit, dans les hôpitaux sans voir leurs familles.

Le risque d’une contamination à grande échelle est réel

A quelques jours de l’Aïd El Fitr, les autorités algériennes craignent une propagation massive de la Covid-19. Les visites familiales et amicales, le recueillement sur les tombes des proches sont des  traditions qui peuvent y contribuer.

Les rassemblements propres à l’Aïd sont un climat propice pour la propagation du virus. Le président de la République a d’ailleurs instruit, lundi dernier, lors de sa rencontre avec le comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie de coronavirus, le Premier ministre de renforcer les mesures de prévention durant l’Aïd. Pour le Pr Tahar Rayane, chef du service néphrologie au CHU Nefissa-Hammoud à Hussein Dey, à défaut d’aller vers un confinement total, des mesures supplémentaires ou renforcées doivent être mises en place. «Le confinement total est impossible à mettre en place. Cette démarche exige d’énormes moyens financiers, matériels, logistiques et humains», reconnaît le Pr Rayane, qui propose néanmoins quelques dispositions à prendre à la veille de l’Aïd. «La célébration de l’Aïd El Fitr se fait à travers des pratiques sociales dont nous pouvons nous passer. Nos concitoyens peuvent faire un effort pour la sécurité de la population», ajoute-t-il. Le spécialiste plaide pour le rétrécissement des horaires du confinement partiel et l’obligation du port du masque. «Le port du masque doit être un réflexe, surtout après le déconfinement. Sinon la pandémie repartira de plus belle», prévient-il.

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

Ministère de l’Environnement
La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Mme Nacéra Benharath, présidera, le  04 juin , dans la wilaya de Ghardaïa et la wilaya déléguée d’El Ménéa, la célébration de la Journée mondiale de l’environnement.

Radio DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale diffusée sur les ondes de la Radio Chaîne I à 16h, sera le  03 juin , consacrée à la sensibilisation sur le danger de laisser les enfants seuls dans un véhicule.

Radio algérienne
L’Etablissement public de radiodiffusion sonore organise, le  04 juin à 9h, à l’auditorium du centre culturel Aïssa-Messaoudi, une cérémonie en l’honneur du personnel de la Radio algérienne mobilisé depuis le début de la crise sanitaire.

 

Assurance et finance islamique 

Sous le patronage du Haut-Conseil islamique, la 2e édition du Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Salon Impex2020
Le Salon Import-export inter-africain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal d’Alger.

Djazagro
Le Salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins Maritimes d’Alger.

Culture
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou annonce le report à des dates ultérieures du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. La date limite de dépôt des candidatures à ces deux manifestations à été donc prorogée.

Algérie Télécom
Algérie Télécom a lancé le 27 mars dernier le service de demande de lignes téléphoniques et celui de la signalisation des dérangements via son site web www.algérietelecom.dz .Les nouveaux demandeurs de lignes pourront suivre via le courrier électronique les étapes de l’étude de réalisation et les abonnés professionnels pourront signaler leurs dérangements sur le site web sans déplacement.

 

 

 

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Football

Hebergement/Kdhosting : kdconcept