Le PLFC 2020 en débat à l'APN Une baisse de plus de 2% de la croissance économique
Search
Mardi 14 Juillet 2020
Journal Electronique

LE PROJET DE LA LOI DE FINANCES COMPLÉMENTAIRE (PLFC) 2020 a été élaboré dans un contexte qu’on pourrait qualifier d’exceptionnel et d’inédit marqué par la conjonction de deux facteurs majeurs, à savoir la stagnation économique mondiale et la crise sanitaire globale sans précédent.

C ’est qu’a souligné le ministre des Finances qui a présenté, hier, le texte devant l’APN en présence des membres du gouvernement. Pour Abderrahmane Raouya, notre économie souffre, à l’instar des autres économies, du choc pétrolier qui s’est décliné par une forte offre et une baisse de la demande en raison de la crise liée à la Covid-19. «Ce qui a conduit à une baisse des recettes et une augmentation des dépenses, notamment dans le secteur de la santé», a-t-il rappelé. Reste que l’accord de l’Opep a eu, selon lui, un impact positif sur les exportations des hydrocarbures qui ont baissé, révèle-t-il, de 10%, et ce, en raison de la baisse des prix et des quantités à exporter. «Les recettes pétrolières passeraient, ainsi, de 35,2 milliards de dollars à 17,7 milliards dollars». Au vu de tous ces éléments, Raouya prévoit une contraction de la croissance économique de moins de 2,63% contre une croissance positive de 1,88% prévue dans la loi de finances initiale, alors que la croissance hors hydrocarbures devrait être définie par une contraction de moins de 0,91% contre 1,78% prévu initialement. Le PLFC 2020 prévoit, dans ce contexte, une baisse des dépenses budgétaires à 7.372,7 milliards de dinars contre 7.823,1 milliards de dinars initialement.

«Les recettes fiscales devraient elles aussi connaître une baisse au regard de la régression qu’a connue l’économie nationale pendant les quatre derniers mois», prévient Raouya qui évoque des ajustements dans les dépenses publiques qui seront revues à la baisse, soit 450 milliards de dinars. Le déficit budgétaire devrait, quant à lui, atteindre 1.976,9 milliards de dinars (10,4% du PIB) compte tenu de la chute drastique des cours du pétrole ces derniers mois. «Le prix de référence du baril de pétrole a été revu à la baisse de 50 à 30 dollars et le prix de marché est passé de 60 à 35 dollars dans le PLFC 2020», précise le ministre, soulignant que « les dépenses de gestion, hors salaires et transferts sociaux, s’élèvent à 141 milliards de dinars, soit moins de 3% par rapport à la première loi fiscale prévue pour 2020». Les importations de marchandise-FOB (hors services non facteurs) baisseraient en valeur courante de 4,7 milliards de dollars pour atteindre 33,5 milliards de dollars, alors que les importations de services baisseraient en valeur courante de 2,3 milliards de dollars. Cette réduction intervient, fait-il remarquer, suite à une baisse de 150 milliards de dinars des dépenses courantes, contre une augmentation de 9 milliards de dinars destiné à couvrir l’augmentation du salaire minimum national garanti. A cela vient s’ajouter l’enveloppe de 70 milliards de dinars allouée pour la lutte contre la pandémie du coronavirus dans divers secteurs. Outre les 106 milliards de dinars dégagée pour l’acquisition des médicaments, 3,7 milliards de dinars ont été attribués pour les dispositifs médicaux et les réactifs d’analyses du virus et 16,5 milliards de dinars pour couvrir les indemnités exceptionnelles décidées à la faveur du corps médical. Le ministre a également évoqué les 11,5 milliards de dinars alloués pour couvrir la subvention de 10.000 DA versée à 2,2 millions de familles nécessiteuses, en plus des 20 milliards de dinars destinés à soutenir les familles sans revenus en raison de la suspension de leurs activités suite aux mesures de confinement.

QUE PRÉVOIT LA LFC 2020 ?

L’une des nouvelles mesures les plus importantes proposées par le projet de loi est d’augmenter le prix des produits pétroliers de 3 DA/litre pour les trois catégories d’essence et de 5 DA/litre pour le gaz et d’augmenter la taxe liée à l’importation des véhicules de tourisme neufs, en attendant l’émergence d’une véritable industrie locale. Le projet de loi propose, par ailleurs, de remplacer la taxe foncière par la taxe sur la fortune tout en élargissant son champ d’application à ceux qui y sont soumis et en augmentant sa valeur selon une échelle ascendante. Mais aussi en réorganisant le régime fiscal unique (IFU), l’exonération totale de la taxe sur le revenu global qui ne dépasse pas 30.000 DA par mois avec une révision du seuil du salaire minimum national garanti qui passe de 18.000 DA à 20.000 DA à partir du 1er juin prochain. Dans le domaine de l’investissement, le texte propose de supprimer la règle 49-51 à l’exception des secteurs stratégiques et d’abroger le droit de préemption lors de l’attribution d’actions ou d’actions sociales réalisées par des étrangers. Le PLFC propose aussi un nouveau système préférentiel au profit des industries mécaniques, électroniques et électriques par le biais d’exonérations douanières et fiscales. Le nouveau texte prévoit, enfin, l’introduction de nouvelles incitations au profit des start-up et le transfert de la propriété des locaux réalisés, à titre gracieux, dans le cadre de l’Agence national de soutien à l’emploi des jeunes vers le patrimoine privé des communes en vue de leur exploitation et la garantie de leur attractivité économique. Le débat sur ce projet de loi, qui s’annonce houleux en raison des augmentations annoncées pour notamment les carburants, devrait se poursuivre aujourd’hui avant de céder la parole au représentant du gouvernement et le vote prévue pour dimanche prochain.

Assia Boucetta

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de l’Energie
Le Pdg du groupe Sonelgaz, Chaher Boulekhras, présidera, le 15juillet , à 9h, à l’Institut de formation de l’électricité et du gaz de Ben Aknoun (Alger), en présence du ministre de l’Energie, Abdelmadjid Attar, la cérémonie d’installation du comité d’éthique de la Sonelgaz.

Ministère des Ressources en eau
Le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, est depuis lundi  en visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Saïda.

Ministère de la Solidarité

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Kirikou Kaouthar, va présider, le  14 juillet , à 10h, à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale de Ben Aknoun (Alger), une cérémonie à l’occasion de la Journée nationale de l’enfance.

 

 

Exposition  virtuelle
Sous l’égide du ministère de la Culture, l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC) organise une exposition virtuelle animée par l’artiste plasticien Younès Kouider sur la page facebook

 

Assurance et finance islamique
Sous le patronage du Haut-  Conseil islamique, le 2e Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.


Salon Import-export

Le salon import-export  interafricain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif Rahal d’Alger. 

Djazagro
Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins  Maritimes 

 

Direction de la culture de Tizi Ouzou
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou fait part du report du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours du Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. Le délai de dépôt des candidatures à ces deux manifestations est donc prorogé.

Don  de sang
La Fédération   algérienne des  donneurs de sang  lance un appel à  l’ensemble de la  population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire un don de sang

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept