Imprimer

Les pluies diluviennes enregistrées dans l'Est du pays ont été à l’origine de six morts parmi eux, deux femmes et deux enfants et des dégâts matériels suite aux inondations affectant de nombreux quartiers et commerces et endommageant des infrastructures et des routes. A Mila, le corps d'une femme âgée de 28 ans, emportée par des eaux en furie depuis quatre jours, a été retrouvé hier dans la commune   de Oued Athmania, ont indiqué les services de la protection civile de la wilaya. La même source a rappelé que cette femme avait été emportée par les eaux suite à un orage de lundi dernier, alors qu'elle se trouvait dans un véhicule de tourisme en compagnie d’une autre personne, morte le jour même   au moment de son transfert aux services de santé d’Oued Athmania. Afin de faire face à ces intempéries, la Protection civile a mobilisé   plus de 500 agents de divers grades auxquels se sont joints des agents de   la protection civile de six wilayas voisines, ainsi que des équipes de plongeurs, la brigade canine de Mila et celle de Dar El Beida (Alger), relevant de l’unité nationale d’instruction et d’intervention.Dans la wilaya de Guelma, le corps d'une personne emportée par les fortes pluies a été retrouvé, dans la matinée de la journée d’hier dans la région de « Ain Arko », dans la commune de Tamlouka, tandis qu’une famille de trois membres,   piégée par la montée des eaux, a été secourue dans cette même région. La commune de Tamlouka et celle d’Ain Makhlouf ont enregistré, de fortes averses accompagnées de grêle dans la nuit de mercredi à jeudi, inondant les routes, les habitations, les commerces et l’entrée des immeubles.Dans la wilaya de Souk Ahras un homme de 40 ans a été également emporté par les eaux dans la nuit de mercredi à jeudi alors qu'il se trouvait à bord d'un véhicule de tourisme dans la mechta « Dek Nessouf », dans la commune de Zouabi.

La wilaya d’Oum el Bouaghi n'a pas été épargnée par les   dernières intempéries et les pluies torrentielles enregistrées mercredi. 50   mm, selon la station météorologique, se sont abattues sur la région inondant le centre pour personnes âgées, l'hôpital Mohamed Boudiaf, le CEM Bentebibel et le siège de la BADR. La mosquée Abou Dhar El   Ghafari et l'ancienne mosquée du chef-lieu de wilaya ont connue la même situation. En outre, les eaux pluviales se sont infiltrées dans plusieurs demeures situées dans les communes de Ain Babouche (village de Ferhati, mechta El Maleh et la nouvelle cité), Ain Fakroun (quartier El Malha, celle des anciens   moudjahidine et Chouabinia) ainsi que les fermes agricoles dans la commune de Ksar Sbihi.

A Bouira, plusieurs dégâts ont été causés par les intempéries, et des dizaines de familles sinistrées ont été recensées. Au chef lieu de la wilaya, plusieurs quartiers et cités ont été envahis par les eaux pluviales. Des infiltrations d’eaux dans les maisons et locaux commerciaux ont causé d’importants dégâts. Au quartier de la Cadat, un arbre s’est abattu écrasant un véhicule stationné sur le parking mitoyen. A Sour El Ghouzlane (Sud de Bouira), les habitants de la cité El Aifaoui ont passé une nuit difficile en raison des infiltrations des eaux à l’intérieur de leurs habitations, ce qui a nécessité l’intervention des unités de la Protection civile pour les aider à évacuer les eaux pluviales.

La route nationale N 8 reliant la ville de Sour El Ghouzlane à Dirah (Sud de Bouira) a été fermée durant toute la nuit de jeudi à vendredi en raison d’un pont inondé. Idem pour la route nationale N 5 inondée notamment au niveau de la localité d’Ighram. Cette situation a contraint les automobilistes ayant emprunté cet axe routier à rebrousser chemin.