Imprimer

Le ministre de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a déclaré jeudi 10 Janvier à Constantine que « les premiers lots de vaccins contre la peste des petits ruminants seront disponibles d'ici à la fin du mois de janvier ». S'exprimant lors d'une conférence de presse, en marge d'une visite de travail dans cette wilaya, le ministre a indiqué que « des mesures d'urgence ont été prises par le gouvernement pour l'acquisition de grandes quantités de vaccin afin de les mettre à la disposition des éleveurs en vue de contenir la propagation de l'épidémie ». En ce sens, le ministre de l'Agriculture a précisé que « les mesures administratives relatives à l'acquisition de ces vaccins ont été finalisées", soulignant que son ministère œuvre à lutter contre cette maladie en mettant à la disposition des services vétérinaires, à travers le territoire national, des quantités suffisantes de doses de vaccins. L'opération de vaccination contre la fièvre aphteuse a déjà été lancée sur tout le territoire national, a indiqué le ministre. De même pour les mesures préventives ont été lancés dès l'apparition des premiers cas de cette maladie qui peut toucher n'importe quel pays au monde.

De notre correspondant à Constantine: Nasser Hannachi

Le ministre a présidé à Constantine , l’ouverture d’un séminaire national sur le développement de la filière des céréales .il a déclaré que « Nous restons convaincus qu’avec le développement de la filière des céréales nous aurons ajouté une pierre précieuse pour une agriculture développée contribuant au développement   économique de l’Algérie », a émis Abdelkader Bouazghi , La rencontre a vu la participation des acteurs de 25 wilayas impliquées dans ce segment de production   : responsables de l’office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC), du conseil interprofessionnel de la filière (CNIF), de la Banque Nationale de l’agriculture et du développement rural (BABR) , ainsi que les instituts scientifiques et cadres du secteur et les fellahs. Bouazghi est convaincu que l’Algérie pourra accroitre le taux de la production céréalière d’ici le moyen terme. « C'est   le but principal consigné dans la stratégie globale du ministère de l’Agriculture et des pouvoirs publics », a- t-il confié à Horizons avant de renchérir : « En 2017 le pays a enregistré une production de 34 millions de quintaux. Ce volume est passé à 61 millions de quintaux en 2019. Cela dénote que l’on peut accroître la production et la qualité du produit étant donné les moyens mis à la disposition du secteur et des partenaires ». Il a soutenu   que ce pourcentage reste susceptible d’être revu à la hausse pour la présente saison en prenant en compte tous   les indicateurs inhérents au rendement. « Ces quantités engrangées en 2019 ont allégé un tant soit peu de la facture des importations. Et nous comptons maintenir la cadence avec l’interaction de tous les artisans en vue de conforter davantage le pourcentage et amorcer un équilibre dans les caisses nationales ». A une condition sine qua non   alerte le même responsable : « Il faudra respecter l’itinéraire technique étape par étape. Constantine en est un exemple à suivre ». En plus soutiendra-t-il : « Nous suivons cette opération de labours semailles dans chaque wilaya. Et des cycles de vulgarisation et d’orientations au profit des agriculteurs seront assurés le long de l’année par des spécialistes. Le ministre n’omettra pas de mettre en relief les mesures du président de la République concernant la sécurité alimentaire et la souveraineté nationale. « Ce sont deux chapitres complémentaires indispensables pour se détacher progressivement de la dépendance aux hydrocarbures », rappellera-t-il. “Cette rencontre nationale s’articule sur les céréales qui restent des productions principales dans tous les pays à travers leurs importances dans l’alimentation en générale, et en Algérie avec leur implication directe dans la sécurité alimentaire ». Bouazghi a exhorté les participants à la rencontre de sortir avec une feuille de route et des recommandations aptes à éclairer leur action aux fellahs dans la filière en question