Marché de l’immobilier: Les transactions se font rares
Search
Lundi 24 Juin 2019
Journal Electronique

Le marché de l’immobilier s’installe progressivement dans une léthargie complète. Notaires et promoteurs rapportent que les transactions se font désormais au compte-gouttes.

Le marché locatif n’est pas en reste avec des prix jugés inabordables.«Calme plat dans le segment moyen et haut de gamme», estime Mme Samira Zebentoute, chef du bureau d’Alger de la Fédération nationale des agences immobilières (FNAI) et gérante de l’agence «La Résidence Hydra». «La situation est critique et les gens ont peur d’investir», confie-t-elle. La plupart des agences traversent une phase difficile. «Nous essayons, tant bien que mal, de survivre». Sur le marché locatif, les tarifs plombent, particulièrement deux produits : studios et deux pièces, très demandées par les jeunes couples.«Sur ces produits, la demande est très forte mais l’offre réduite bute sur des prix dissuasifs», affirme Abdelhakim Aouidat. Le consultant dans le marché de l’immobilier et ex-directeur de la FNAI impute cette situation à un déficit enregistré sur les logements d’habitation, en raison du retard cumulé dans la réalisation des programmes de logement toutes formules confondues.« Les souscripteurs au programme AADL, qui n’ont pas encore réceptionné leurs biens, se rabattent automatiquement sur le marché locatif, qui est à la peine, si bien que les besoins ne peuvent pas être satisfaits», explique-t-il. Il estime que le marché a besoin de 10 millions de logements pour combler le vide.

«Les logements réceptionnés, en matière de programme public (3 millions de logements réceptionnés) a réussi à absorber la demande, mais le déficit est énorme, face à une population jeune, en croissance permanente. Alors qu’aujourd’hui, nous comptons 8 millions de logements, dont la moitié est vétuste et l’autre moitié est utilisée à des fins commerciales, alors que d’autres sont fermés, inexploitables», renchérit-il. «La demande ne cesse de s’accroître, ce qui favorise la hausse des prix, sans oublier la chute du dinar aussi», estime-t-il, signalant que ces tarifs sont imposés par les intermédiaires, parasites qui profitent d’un marché anarchique, dépourvu de baromètres et évaluation de biens.                               Mme Zebentoute avoue qu’il est très difficile de convaincre les bailleurs de baisser leurs tarifs, ou carrément accepter de louer pour des durées n’excédant pas les 6 mois. «Cela reste encore restreint à une minorité de propriétaires qui sont éventuellement dans le besoin de vendre en urgence», regrette-t-elle. Aouidat rappelle que la FNAI a toujours œuvré pour assainir le marché, mais hélas 90% des agents immobiliers travaillent dans l’informel.

Il y a lieu de rappeler que l’Algérie compte 3.000 agences immobilières (dont les dossiers sont en cours de validation). Selon Mme Zebentoute, elles sont dans leur majorité déficitaires, au bord de la faillite.Une situation déplorable due à la cherté des prix induite par le phénomène de «la majoration», mais aussi par l’absence d’une réglementation qui régit le secteur. Les logements socio-participatifs fixés à 2,8 millions de dinars sont revendus à 1,4 milliard DA, voire 1,8 milliard DA. C’est pratiquement cinq fois leurs prix initial. «Les logements dont les finitions ont été très mal faites, pour la plupart, sont vendus à 1,2 milliard DA, tandis que ceux qui sont retapés sont proposés à plus de 1,4 milliard DA », témoigne un agent immobilier, établi à Draria.«Le propriétaire nous confie le produit après avoir fait son estimation. Il ne réapparaît qu’une fois le client prêt à signer. Il refuse toute négociation. Pour lui, rien ne presse, puisque le marché ne fléchit jamais». Une situation inédite engendrée par l’abus de pouvoir et l’absence de contrôle, sans oublier le rôle des spéculateurs ».

La capitale est un cas à part

La tendance haussière dans la capitale est maintenue. L’offre de logements à la location se réduit comme peau de chagrin alors que la demande reste omniprésente. Le loyer dépasse le salaire moyen, à savoir 25.000 DA, voire 35.000 DA. Les intermédiaires imposent des prix exorbitants variant de 35.000 DA à 62.000 DA pour un appartement de type F3 d’une surface de 50 m2 jusqu’à 39.000 DA à 150.000 DA pour le même logement d’une surface de 100 m3 dans les quartiers résidentiels. De tous ces paramètres qui font augmenter la demande et par là même les prix de la location, il y a lieu de tenir compte aussi des 2 millions de biens immobiliers restés toujours vacants. L’évaluation codifiée ou la référence officielle du prix d’un bien, afin d’éviter les écarts en termes de tarification enregistrée d’une région à une autre, d’un quartier à un autre est une priorité. «Si les agents immobiliers adhérents de la Fédé-ration nationale des agences immobilières (FNAI) sont installés et détiennent un agrément qui leur donne la possibilité d’exercer légalement ce métier, d’autres intermédiaires, se disant courtiers, s’incrustent de manière illégale dans la corporation», conclut Mme Zebentoute, qui veut mettre en place avec ses confrères un baromètre à respecter.

Un travail de réévaluation des biens à leur juste valeur est en train d’être mené par la FNAI. Elle compte organiser une journée de sensibilisation au mois de novembre. Ce travail permettra d’imposer des prix fixes en fonction du   mètre carré et certains critères.

Samira Azzegag

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Conseil de la nation

Le Conseil de la nation poursuit, ses travaux en séance plénière consacrée à la présentation et au débat du projet de loi relatif aux règles générales de l’aviation civile ainsi qu’aux réponses du ministre des Travaux publics et des Transports aux questions des sénateurs.

 

 Protection civile
Dans le cadre du Programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne (P3A), la Direction générale de la Protection civile organise, le 24 juin  à 8h30 au niveau de l’Unité nationale d’instruction et d’intervention de Dar El Beïda (Alger), un séminaire de clôture de ce jumelage institutionnel en présence des directeurs généraux de la Protection civile algérien, français et espagnol.

 HCLA
Le Haut-Conseil de la langue arabe organisera, les 26 et 27 juin à 9h à la Bibliothèque nationale d’El Hamma (Alger), une rencontre nationale autour de «la citoyenneté linguistique et son rôle dans le vivre-ensemble entre les langues nationales en Algérie», et le 1er et 2 juillet de 9h à 13h au siège du HCLA, la dernière session de formation pour cette saison au profit des journalistes.

Forum d’El Moudjahid
A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la drogue, célébrée chaque 26 juin, le forum d’El Moudjahid recevra, le 25juin  à 10h, le Pr Mustapha Khiati, président de la Forem.

Musée du moudjahid    
Le Musée national du moudjahid organisera, le 27 juin à 10h à la kasma de Gué-de-Constantine (Alger), simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 374e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

 Institut français d’Oran

L’Institut français d’Oran organise chaque samedi, jusqu’au 27 juillet, des ateliers de slam.  

Vente-dédicace
Les éditions Média Index organisent, le 22 juin  à 14h, à la librairie «La Renaissance» de Riadh El Feth, à Alger, et le 29 juin à la librairie Chihab, à Constantine, une vente-dédicace avec l’auteur Abdelmadjid Sana, de son ouvrage «Les Cris de douleur des profondeurs du Rhumel».

 Salon des équipements des sports nautiques et la gestion des plages
Le 1er Salon des équipements des sports nautiques et la gestion des plages aura lieu du 25 au 29 juin de 10h à18h au port d’El Djamila la Madrague (Alger).

 Institut français d’Oran
L’Institut français d’Oran organise chaque samedi jusqu’au 27 juillet des ateliers de slam.

Editions Média Index
Les Editions Média Index organiseront le 29 juin à la librairie Chihab de Constantine, une vente-dédicace avec Abdelmadjid Sana de son ouvrage «Les cris de douleur des profondeurs du Rhumel».

 ONCI
Dans le cadre de son action de soutien aux jeunes talents, l’ONCI et la maison Hafsa Couture  organiseront, le 29 juin à 15h30 à la salle Atlas (Alger), un concours de jeunes stylistes et mannequins.

Théâtre de verdure d’Alger
Le Théâtre de verdure d’Alger accueillera, le 27 juin à 20h30 pour la première fois en Algérie, le concert du célèbre chanteur français Kendji Girac.

CNMA
La Caisse nationale de mutualité agricole (CNMA) organise, le 29 juin à 8h30, à l’hôtel El Aurassi, Alger, la rencontre nationale avec les conseils interprofessionnels des différentes filières agricoles.

 

Photo news
  • croisière_2019
  • croisière_2019
  • croisière_2019
  • croisière_2019
  • croisière_2019
  • croisière 2019
  • croisière 2019
  • croisière 2019
  • croisière-2019
  • croisière 2019
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo
  • 29ième promo

CAN 2019

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept