Chute des ventes de l’iPhone d’Apple: simple panne ou fin d’une époque?
Search
Mardi 23 Avril 2019
Journal Electronique

Après avoir atteint un record de capitalisation boursière il y a à peine quelques mois, voilà qu’Apple, sous l’effet du tassement des ventes de ses iPhone, publie un avertissement sur résultats et annonce une baisse de 5% à 10% de son chiffre d’affaires sur le dernier trimestre 2018. Suffisant pour enflammer le débat sur le modèle économique du géant américain et interroger son avenir.

L’annonce n’est pas passée inaperçue, tant les observateurs ont depuis un certain temps les yeux rivés sur la conduite managériale de la firme à la pomme, notamment depuis la disparition de son patron mythique, Steve Jobs, et s’interrogent souvent sur la viabilité du modèle économique centré sur un produit phare, l’iPhone, lancé en 2007.  «Apple a lancé mercredi son premier avertissement sur résultats depuis 2002, puis a perdu près de 10% à Wall Street jeudi. Sa pire séance depuis 2013 », écrit le site du quotidien économique français lesechos.fr dans un papier mis en ligne le 3 janvier dernier, avec en titre : «Apple et l’iPhone : accident de parcours ou fin d’une ère glorieuse ?». Une question qui revient chez de nombreux analystes tant la chute des ventes d’iPhone était prévisible et la stratégie de la firme toujours timorée devant les redéploiements marketing rendus nécessaires par une série de facteurs liés aux environnements interne et externe d’Apple ainsi qu’au contexte de l’économie politique internationale. Après avoir atteint en octobre 2018 un niveau de capitalisation historique de plus de 1.120 milliards de dollars, Apple est confrontée à une nouvelle situation qui lui impose au moins quelques explications.  

                                                     L’iPhone, un maillon faible?

Le produit vedette de la firme, son iPhone, se porte pourtant toujours bien et fait de bons scores sur l’ensemble du chiffre d’affaires d’Apple, y compris pour l’exercice 2018. Jusqu’à fin septembre 2018, il s’en est vendu plus de 217 millions d’unités, un chiffre historique qui rivalise avec celui réalisé en 2015. Avec des rentrées estimées à plus de 166 milliards de dollars pour l’année 2018, l’iPhone constitue plus de 60% des revenus de la firme. C’est certes un résultat record, c’est une source de puissance financière pour la firme mais c’est en même temps un point faible largement souligné par les observateurs. La politique de commercialisation de son iPhone a été un levier stratégique sur lequel Apple a toujours joué, en mettant en exergue par exemple les ventes unitaires comme argument de communication sur son succès. La disparition des chiffres de ventes unitaires de sa communication publique depuis quelque temps avait déjà été relevée par des analystes comme un signe annonciateur de cette baisse des ventes. Les justificatifs avancés par les dirigeants de la firme pour explique ce ralentissement reposent fondamentalement sur un facteur endogène au marché chinois, à savoir un ralentissement de sa croissance et un autre lié aux tensions commerciales actuelles entre la Chine et Washington. Interrogé par le site de la radiotélévision belge www.rtbf.be, en date du 4 janvier dernier, l’économiste Nicolas Van Zeebroeck, enseignant universitaire belge spécialisé en innovation technologique et économie numérique, admet un probable impact de la guerre commerciale déclenchée par Trump, mais émet un doute sur un effet direct induit par le marché chinois : «Mais quand on regarde ce qui s’est passé, on se rend compte qu’ils ont perdu beaucoup de parts de marché, ils étaient premiers il y a quelques années, ils ne sont plus que cinquièmes en termes de volume de smartphones écoulés en Chine. Ils ont compensé ça par une hausse des prix qui fait que même s’ils vendent moins d’unités que leurs concurrents, en valeur, ils continuent de faire un chiffre d’affaires qui a progressé encore depuis deux-trois ans» déclare-t-il, orientant le débat, à l’instar de nombreux autres analystes, vers la conduite managériale de l’entreprise. Dans ce développement, il confirme, également, comme beaucoup d’autres, des choix marketing discutables, notamment au niveau de la communication : «La seule erreur qui me paraît vraiment manifeste est une erreur de communication : c’est de ne pas avoir préparé davantage le marché au fait que la situation en Chine est beaucoup plus tendue et difficile pour eux que ce qu’ils laissaient entendre. Je pense qu’ils auraient dû préparer beaucoup plus le marché à cet effet et préparer leurs contre-mesures, qui restent encore très timides telles qu’elles ont été annoncées il y a un jour ou deux», ajoute-t-il.

                                                                       Que faire?

A coup sûr, les résultats en baisse des ventes de l’iPhone produiront, si ce n’est déjà fait, une profonde réflexion sur les pistes éventuelles à emprunter pour redonner à la marque son lustre et lui permettre de garder sa «couronne». D’aucuns poussent vers une orientation plus accentuée vers les services. Dans sa lettre aux actionnaires, suite à l’annonce de la baisse des résultats, Tom Cook, patron d’Apple, a, en effet, focalisé sur les résultats réalisés dans le domaine des services, et rappelé les objectifs de promotion de cette branche d’activité. «Les services ont généré 10,8 milliards de dollars (+27 % sur un an, NDLR) de revenus durant le trimestre (...). Nous sommes en bonne voie pour atteindre notre objectif de doubler la taille de ce business entre 2016 et 2020», écrit-il, repris par le site du quotidien français lesechos.fr qui juge ce niveau de résultat en concordance avec les objectifs fixés de 50 milliards de dollars, même si, actuellement, les services ne comptent que pour 20% du total des revenus d’Apple. Intervenant sur un plateau de télévision quelques jours après la publication des résultats décevants de sa firme, Tim Cook a axé la vision d’avenir sur un renforcement de l’offre de service. «Vous nous verrez annoncer de nouveaux services cette année. Il y aura d’autres choses à venir», a-t-il indiqué, repris par cnetfrance.fr avant de préciser sa pensée : «Lorsqu’à l’avenir, vous regarderez en arrière en vous posant la question : quelle a été la plus grande contribution d’Apple à l’humanité ? Il s’agira de la santé», affirme-t-il pour donner de l’écho aux investissements d’Apple dans l’industrie de la santé et du fitness grâce à ses offres iPhone et Apple Watch

Seulement, l’option d’un développement consistant de la partie services de la marque Apple devra, de l’avis de nombreux analystes, surmonter un certain nombre de difficultés et non des moindres. «Pour vendre un maximum de services, le groupe est aussi contraint d’écouler ses propres appareils puisqu’il repose sur un écosystème essentiellement fermé, explique le site lesechos.fr ajoutant que c’est «une équation qui se corse forcément dès lors que les ventes de son produit phare reculent...» Quoi qu’il en soit, la firme a déjà entamé de gros efforts pour sortir de son statut d’entreprise vivant de son écosystème fermé, notamment en enrichissant ses offres de service. A la surprise de beaucoup d’observateurs, Apple qui n’était pas présent au dernier Consumer Electronic Show de La      s Vegas, du 8 au 11 janvier, a tout fait pour faire connaître son nouveau partenariat avec l’un de ses meilleurs ennemis, en l’occurrence Samsung, le géant sud-coréen de l’électronique grand public. «Après les composants de smartphones, les deux meilleurs ennemis du monde des technologies vont maintenant faire cause commune dans la télévision connectée, écrit lesechos.fr dans un papier du 4 janvier dernier en précisant que les «téléviseurs du fabricant sud-coréen intégreront prochainement une grande partie des services et fonctions vidéo du groupe californien».

La seconde piste envisageable, plausible aux yeux   de nombreux analystes, est de faire jouer son solide matelas financier pour s’élargir par des acquisitions structurantes. «Dans ses caisses, la société californienne possède actuellement une trésorerie plantureuse de 237 milliards de dollars. Un niveau sans équivalent dans le monde», fait remarquer le site lesechos.fr qui s’interrogeait, dans son article mis en ligne le 18 janvier dernier sur les possibilités de sa mobilisation dans le cadre d’un plan d’acquisitions. D’après lui, un «gros point d’interrogation porte surtout sur les rachats majeurs que le groupe pourrait effectuer aux Etats-Unis. Ces derniers mois, les bruits de couloir ont proliféré outre-Atlantique».

De nombreuses sociétés multinationales de l’électronique et du divertissement sont en effet citées comme possibles «cibles» de la firme à la pomme qui n’entend pas se faire croquer. «Tesla, Electronic Arts, Activision, Netflix, Time Warner, et même Disney pourraient être dans le viseur d’Apple qui a fait savoir qu’il comptait se déployer dans les contenus pour diversifier ses lignes de revenus», ajoute ce même site qui, se référant aux conclusions de deux analystes, avance que «Netflix serait la cible allant le plus de soi pour Apple. Le leader mondial du streaming vidéo a aujourd’hui une capitalisation boursière de 94 milliards de dollars.»

Dans la foulée des questionnements suscités par l’avertissement sur résultats d’Apple, il y en a qui ont également interrogé la capacité du patron actuel de la firme Tim Cook à donner un souffle nouveau à la marque. «Une fois que la poussière se sera dissipée, il est probable que les investisseurs commenceront à pointer du doigt les coupables, et Tim Cook pourrait se retrouver en première ligne, affirme le site zdnet.fr dans son papier mis en ligne le 5 janvier ; son auteur voit «en Tim Cook un PDG intérimaire», expliquant en effet qu’au lieu «de prendre des risques, il a fait preuve de prudence, choisissant avant tout de tirer le maximum de l’héritage que le regretté Steve Jobs lui a laissé. Et en cela, il a fait du bon boulot».

                                                                  Tout n’est pas perdu

Bien sûr que la question était sur les lèvres de beaucoup d’observateurs curieux de voir si Apple allait vivre des moments difficiles et, dans un autre terme si la firme allait était condamnée et sujette à une descente aux enfers. Tous pratiquement s’accordent à dire que la société californienne a les reins solides et de quoi surmonter ses difficultés. L’analyse de la situation actuelle de son portefeuille de produits laisse pointer de nombreux doutes sur sa puissance marketing et notamment sur son image auprès des consommateurs. Le fait d’avoir misé en grande partie sur la vente de ses iPhone et d’avoir consacré le marché chinois comme un levier important de sa croissance relève d’une appréciation que le temps et l’évolution du marché mondial du Smartphone requièrent de réviser. La marque Apple étant vue comme de haut standing, voire de luxe, le déclassement de ses téléphones sur le marché chinois est devenu inévitable devant l’inexorable montée des nouveaux géants locaux et le changement de comportement des consommateurs qui, n’étant plus disposés à payer le prix cher pour un produit facilement remplaçable, ont nettement freiné le taux de renouvellement de la gamme des iPhone d’Apple. Egalement, la politique de l’écrémage des marchés de ses produits iPhone devient de plus en moins tenable devant les offres de prix concurrentes pour des produits et des services de qualité égale. Mais, avec tout cela, très rares sont les analystes à s‘aventurer pour assombrir l’avenir de la marque Apple. « Alors, passons à la question que tout le monde se pose. Apple est-il condamné ?, s’interroge le rédacteur du site zdnet.fr, avant de poursuivre que « la réponse est bien entendu non. L’entreprise roule sur l’or, et l’iPhone continuera à générer des revenus au-delà de l’imaginable. »

Dans un autre analyse faite par le site www.macg.co, mise en ligne le 7 janvier, le propos est sur le même ton : « Les pistes existent, Apple n’est pas aux abois et l’entreprise a les moyens d’emprunter le bon chemin… sans oublier les utilisateurs sur le bord de la route », avise-t-il, rejoignant le lot des analystes, fort nombreux, qui soulignent la nécessité pour Apple de retrouver ce qui a toujours fait l’essentiel de son âme : l’innovation.

Rachid Moussa

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

 Ministère du Commerce
Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, effectuera, le 23 avril, à 10h, une visite de travail au laboratoire national des essais à Sidi Abdellah Errahmania.

Ministère du Tourisme
Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud, présidera,  le 23 avril , à partir de 8h30 à l’hôtel Azul Palm-Beach (Alger), une journée d’étude sur le financement des projets touristiques.

Radio algérienne

Le café littéraire «Sidjilet oua maâna» de Radio Culture aura lieu  le 23 avril à 10h30, au centre culturel Aïssa-Messaoudi et recevra Rachid Boutheldja, sous-directeur du patrimoine au ministère de la Culture .

Don  de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang   appelle l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

 

Ecole supérieure algérienne des affaires

L’école supérieure algérienne des affaires organisera  le 23 avril à 14h, l’Art day, une journée qui consiste en une exposition d’œuvres d’art et un spectacle de danses et de chants.

Semaine de la langue espagnole

Dans le cadre de la Semaine de la langue espagnole en Algérie, les ambassades d’Espagne, d’Argentine, du Chili, de Colombie, de Cuba, du Mexique, du Pérou et du Venezuela et l’institut Cervantès d’Alger organisent, du 23 au 28 avril, un riche programme culturel.

 

 

USTO

Un workshop international dédié à la cryptologie et ses applications est prévue les 22 et 23 avril à l’université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf d’Oran à l’initiative du laboratoire de codage et de la sécurité de l’information relevant de l’université indiquée.

 

 MDN
La 1re Région militaire organise jusqu’au 24 avril   le championnat national militaire d’athlétisme au complexe sportif de Blida, la Chiffa. Par ailleurs, la base navale principale de Mers El Kébir de la 2e Région militaire abrite jusqu’à demain le 22e championnat national militaire du pentathlon naval de la saison sportive 2018-2019.

Galerie Espaco
L’artiste peintre Denis Martinez présentera  jusqu’au 4 mai sa nouvelle exposition de peinture intitulée «Bahaz Khouya Gnaoui Blidi, Hkayet 3chra (histoire d’une complicité)», à la galerie Espaco (Alger).

Musée du moudjahid
Dans le cadre de l’émission «Rendez-vous avec l’histoire», le Musée national du moudjahid organisera le 24 avril , à 14h, la 206e émission spéciale intitulée «comment lire l’histoire : temps et lieu».
gétablissement arts et culture
L’Etablissement arts et culture de la wilaya d’Alger organise le 23 avril , à 14h, à la galerie Mohamed-Racim, une exposition du peintre Mohamed Smara.

Institut français d’Alger
L’institut français d’Alger procèdera le 24 avril, à 18h, à la projection du film «Delphine et Carole insoumises» en présence de la réalisatrice Callisto Mc Nult.

Institut français d’Oran
L’Institut français d’Oran organise tous les samedis jusqu’au 27 juillet, de 14h à 16h, des ateliers de slam.

SAOM
Les nouvelles thérapies dans le traitement du cancer du sein sera le thème principal d’une rencontre organisée par la Société algérienne d’oncologie médicale jeudi prochain à Oran.

Photo news
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  •  Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • École El Melah
  • École El Melah

Football

Sports Divers

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept