Imprimer

Plusieurs études récentes montrent que les enfants peuvent être touchés par l’ostéoporose ou la fragilité des os, a indiqué, hier, à l’institut national de la santé publique ,  Manel El Rakaawi, rhumatologue au CHU de Douéra.

Elle  s’exprimait lors de la une journée de sensibilisation sur une  maladie   méconnue qui a été  organisée   par la  société algérienne du rhumatisme (SAR). «Les enfants victimes de fractures et qui ont une  densité minérale abaissée sont plus soumis aux risques d'ostéoporose et de fractures à l'âge adulte », a expliqué El Rakaawi. La prise en charge urgente de ces enfants appelés «les enfants aux os de verre »   est importante.

Les praticiens ont rappelé que l'action du calcium et les exercices physiques  favorisent la croissance osseuse. L’enfant doit avoir aussi un ratio important en vitamine D  par une exposition  au soleil une demi-heure par jour trois fois par semaine au minimum. « Les parent ont tendance à surprotéger leurs enfants du soleil  qui est un facteur important dans la croissance osseuse», a expliqué la professeure. Elle a exhorté les parents à être plus vigilants et à respecter un certain nombre de conseils quand  l’enfant suit un traitement  en corticoïde qui favorise la fragilité osseuse.  

Le traitement de la maladie nécessite une prise en charge psychologique des enfants et parents. « Celle-ci  est très importante pour que l’enfant accepte sa maladie et soit mieux intégré dans la société». Le président de la SAR, Pr Hachemi Djoudi a affirmé  que plus d’une femme sur trois souffre d’une ostéoporose. Selon lui, «  l’ostéoporose post- ménopausique  touche également  plus de 36% d’entre elles ». «  Près de 90% des femmes souffrent d’une carence en vitamine D », a-t-il ajouté.  En l’absence d’étude au niveau national et de journées de sensibilisation, l’ostéoporose est une maladie insuffisamment connue et trop peu diagnostiquée.  Elle  passe souvent inaperçue car elle ne provoque parfois aucune manifestation ni aucune douleur et  n'est découverte qu'à l'occasion d'une fracture.

 L'ostéoporose un problème de santé publique. Les femmes sont plus fréquemment affectées que les hommes. Près d’une femme sur trois présentent une ostéoporose à partir de la cinquantaine, alors que seuls 8 à 10% des hommes sont concernés. 

Pour  Chafika Haouichat du  CHU de Douéra, à l’échelle mondiale 200 millions de personnes sont touchées. En Algérie, selon une étude menée par le service de rhumatologie de cet établissement   41,7% des femmes ayant plus  45 ans sont concernées par la maladie. « Annuellement  près de 25.000 fractures ostéoporotique sont enregistrées au   CHU de Douéra», a-t-elle affirmé. La prévention primaire de l’ostéoporose  passe principalement par une alimentation équilibrée,  le maintien d’un indice de masse corporelle dans les normes et une  activité physique.

Samira Belabed