bannière vote
Changement climatique: le monde de l'énergie a besoin de transformations rapides, selon l'AIE
Search
Samedi 07 Décembre 2019
Journal Electronique

Économies d'énergie, déclin du pétrole, développement de l'électricité d'origine renouvelable: le système énergétique mondial doit entreprendre des transformations "rapides" et massives pour limiter le changement climatique, met en garde l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

"Le monde a un besoin urgent de concentrer son attention, avec la précision d'un laser, sur la baisse des émissions planétaires", estime Fatih Birol, le directeur exécutif de l'agence basée à Paris, en présentation de son rapport annuel dévoilé mercredi. "Pour cela il faut une grande coalition comprenant les gouvernements, les investisseurs, les entreprises et tous ceux qui sont engagés pour s'attaquer au changement climatique", souligne-t-il. "La réponse des gouvernements et des industries est loin d'être satisfaisante", a-t-il déploré lors d'une conférence de presse à Paris.

L'an dernier, la demande énergétique a connu une hausse importante, de même que les émissions de CO2 liées à l'énergie, qui ont atteint "un plus haut historique", a souligné M. Birol. Il a pointé des tendances contradictoires, comme l'émergence des véhicules électriques occultée par le succès planétaire des SUV, ces 4x4 urbains polluants. Ces SUV sont la deuxième cause de la hausse des émissions en dix ans, derrière le secteur électrique, "et bien plus que tous les secteurs industriels mis ensemble".  

L'AIE publie comme chaque année plusieurs scénarios: l'un extrapole sur les politiques énergétiques existantes aujourd'hui, l'autre prend en compte les changements induits par les objectifs politiques affichés pour l'avenir, mais qui restent insuffisants. Seul un troisième scenario montre ce qu'il faudrait faire pour limiter les émissions en accord avec les objectifs de l'accord de Paris, pour contenir le réchauffement bien en dessous des 2 degrés, et plutôt à 1,5°, par rapport aux niveau préindustriels.

Ce dernier - le scénario de développement durable - "nécessite des changements rapides et étendus à travers l'ensemble du système énergétique", prévient l'AIE. Et "il n'y a pas de solution simple ou unique pour transformer les systèmes énergétiques mondiaux", ajoute M. Birol. Il suppose en premier lieu que la demande en énergie soit plus faible en 2040 qu'elle n'est aujourd'hui, malgré la croissance de l'économie mondiale, grâce aux efforts d'efficacité énergétique. Or celle-ci ne progresse pas assez vite, a déjà mis en garde l'AIE dans un rapport publié début novembre: elle n'a, depuis dix ans, jamais progressé aussi lentement qu'en 2018.

                                                              Problème du charbon

L'atteinte des objectifs climatiques nécessite également que l'utilisation de pétrole et de charbon atteigne immédiatement un pic avant de décliner, tandis que le gaz doit encore un peu progresser avant d'entamer son déclin. Il faudrait un marché pétrolier qui chute à 65 millions de barils par jour en 2040 (contre 97 millions l'an dernier), un niveau qui correspond à celui du début des années 1990.

En revanche, l'électricité doit croître et prendre la première place dans la consommation finale d'énergie, au détriment du pétrole, d'ici 2040. Les nouvelles capacités électriques doivent être tirées presque exclusivement par les renouvelables - éolien et solaire.

"Placer les systèmes électriques sur un chemin soutenable nécessitera plus que la simple addition de renouvelables", met toutefois en garde l'AIE. Elle souligne ainsi cette année la nécessité de s'en prendre aussi aux émissions liées au système existant, ciblant en particulier le charbon, très polluant. Les centrales à charbon sont très nombreuses et relativement récentes en Asie, elles risquent donc de continuer à émettre pendant longtemps compte tenu de leur durée de vie importante.

Le rapport publié mercredi se concentre sur ce problème et identifie plusieurs solutions. La première est de les équiper avec des capacités de captation et de séquestration du carbone - au prix exorbitant d'un milliard d'euros par gigawatt (GW) de capacité sur la base de la technologie actuelle - ou d'équipements leur permettant d'utiliser aussi de la biomasse.

La deuxième consiste à faire des centrales à charbon des moyens de production d'appoint pour assurer la flexibilité du système électrique tout en réduisent leur fonctionnement. La dernière, plus radicale, consiste à les fermer plus tôt que prévu.  

Dans le scénario durable, la plupart des 2.080 GW de capacités au charbon existantes devraient se plier à une de ces trois solutions, prévient l'AIE.

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère de l’Energie

Le ministre de l’Energie, Mohamed Arkab, procédera, le 08 décembre , à 8h30, au ministère, à l’ouverture des travaux de la rencontre entre la Creg et les opérateurs dans le domaine.

Ministère de l’Enseignement supérieur

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Pr Tayeb Bouzid, présidera, le 07 décembre , à 8h30, au siège du ministère, les travaux de la conférence nationale des universités.

Ministère des Finances

Le ministre des Finances, présidera,  le 08 décembre , à 9h30, au siège du ministère,une rencontre portant sur le plan d’action de la Direction des impôts.

Sonelgaz

La Société nationale de l’électricité et du gaz organisera,  le 07 décembre, à 8h, au centre de formation de l’IFEG de Ben Aknoun (Alger), la 24e journée de l’énergie sous thème «la révolution électrique verte, un challenge pour Sonelgaz».

Ministère de la Solidarité

La ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, présidera,  le 08 décembre, à 9h, au Centre national des études de l’information et de la documentation (Alger), l’ouverture d’une journée d’étude sur les conséquences des nouvelles technologies de l’information et de la communication sur les relations familiales.

Commission pour l’éducation, la science et la culture

La Commission nationale algérienne pour l’Unesco organisera,  le 07 décembre, à 10h, en son siège, une conférence sur le thème des valeurs éthiques de l’intelligence artificielle, animée par Ahmed Benzelikha.

APRUE

L’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie organisera, le 9 décembre, à l’hôtel Radisson Blu (Hydra, Alger), un séminaire sur l’efficacité énergétique des équipements électroménagers.

Musée du moudjahid

Le Musée national du moudjahid organisera, le 9 décembre, à 10h, la 421e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération nationale.

Musée des beaux arts

A l’initiative de l’ambassade d’Espagne à Alger, de la Royale académie des beaux arts de San Fernando et de l’Institut Cervantès d’Alger, une exposition, intitulée «Goya physionomiste», en hommage au peintre et sculpteur espagnole Goya, se tiendra jusqu’au 15 décembre prochain au Musée des beaux arts d’Alger.

Ambassade de la RASD

L’ambassade de la République arabe sahraouie démocratique organisera, du 19 au 23 décembre, les travaux du 15e congrès du Front Polisario.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

 

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept