Vignettes et restrictions de circulation compliquent les voyages en Europe
Search
Jeudi 18 Juillet 2019
Journal Electronique

Finies les virées en voiture à Bruxelles sur un coup de tête! Prendre le volant en Europe demande désormais une certaine préparation pour jongler entre les péages électroniques, les zones à circulation restreinte exigeant un enregistrement du véhicule et les différentes vignettes.

C'est la Suisse qui la première a imposé une vignette pour ses autoroutes, dès 1985. Quel que soit le trajet, il n'y a qu'un modèle, valable 14 mois -du 1er décembre de l'année précédente au 31 janvier de l'année suivante-, qui coûte actuellement 40 francs suisses (36 euros). D'autres pays ont suivi l'exemple, qui font payer une somme forfaitaire aux automobilistes, avec généralement plusieurs durées de validité au choix: l'Autriche, la Bulgarie, la Hongrie, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie, la République tchèque... Il faut comme en Suisse coller un macaron sur son pare-brise. L'achat peut se faire en ligne à l'avance -notamment via des revendeurs spécialisés-, à la frontière ou dans une station-service. La Hongrie et la Slovénie ont une variante électronique, tandis que l'Autriche laisse le choix entre la vignette physique et l'enregistrement de l'immatriculation.

Le parcours devient un peu plus compliqué quand il n'y pas de barrière de péage sur certaines (auto)routes payantes: pour passer la Tamise an aval de Londres sur le périphérique M25, il faut par exemple payer 2,50 livres (2,80 euros) le jour-même ou le lendemain, en ligne ou dans une boutique agréée. Faute de quoi l'amende peut monter jusqu'à 105 livres (117 euros). Le principe est le même pour de nombreux péages électroniques en Europe, sur des axes routiers au Portugal, en Italie, en Irlande, en Norvège, en Suède, et bientôt en France... et aussi pour pénétrer en voiture dans des villes telles que Londres, Milan, Bologne, Stockholm, Göteborg ou Oslo.

                                                   Pas d'harmonisation

L'éclosion récente de "zones à faible émission" (LEZ) sur le continent oblige également à préparer son voyage. Pour rouler dans le centre d'Anvers, en Belgique, avec une voiture française, il faut ainsi enregistrer son véhicule dans les 24 heures. C'est gratuit, mais la démarche impose notamment d'envoyer un scan de sa carte grise. Et au cas où ledit véhicule serait trop polluant, il faut payer.

Bruxelles a suivi le même modèle, mais il faut désormais y montrer patte blanche à l'avance, ce qui peut être problématique avec une voiture de location... L'amende de 150 euros a déjà frappé des touristes étourdis. Si les villes belges n'ont pas coordonné leurs efforts, l'Allemagne a inventé une "écopastille" qui est exigée par 58 agglomérations. Pour entrer dans 57 d'entre elles, il faut une vignette verte, que l'on achète par correspondance, dans des garages ou des stations-service. Evidemment, l'équivalent français Crit'Air n'est pas accepté, et l'amende coûte 80 euros.

Cerise sur le gâteau en Allemagne, des décisions de justice ont imposé des limitations de circulation aux véhicules les plus polluants, mais celles-ci sont pour l'instant limitées à Stuttgart et à quelques rues de Darmstadt et Hambourg. L'autoroute A40, qui traverse la Ruhr de part en part, pourrait aussi être interdite aux diesels. Mais les Allemands doivent aussi se mettre d'accord entre eux pour différencier les véhicules diesel, qui n'ont pour l'instant pas de vignette particulière...

Cette totale absence d'harmonisation, alors que la France, l'Espagne, les Pays-Bas ou d'autres villes belges préparent des LEZ qui vont aussi concerner les voitures étrangères, "pose de nouveaux défis pour les transports dans l'UE", reconnaît-on à la Commission européenne.

"Il n'y a actuellement aucun projet d'introduire une vignette européenne commune", y explique-t-on pourtant, l'affaire étant du ressort des autorités locales. Quant aux loueurs de voitures, ceux que l'AFP a interrogés ne voient aucun inconvénient à ce qu'on colle des vignettes sur leurs pare-brise.

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère du Travail
Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam, présidera  le 18 juillet  à 8h30, à l’hôtel El Djazaïr, Alger, en présence de la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Ghania Eddalia, la cérémonie d’ouverture du séminaire national sur l’économie sociale et la solidarité.

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, présidera, le 21 juillet à 8h30 à l’Institut national de santé publique, une rencontre d’évaluation nationale sur le bilan des opérations de jumelage inter-établissements publics de santé.

Ministère du Commerce
Le ministre du Commerce, Saïd Djellab, effectuera,  le 18 juillet , à 8h, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Oran.

Ministère de la Culture
Sous le patronage du ministère de la Culture et dans le cadre de son programme d’activités culturelles, l’Opéra d’Alger  Boualem-Bessaïeh organisera, le 17 juillet  à 19h30, un spectacle intitulé «Mon étoile». 

Ministère de la Formation professionnelle 

Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels organise une campagne d’information et de sensibilisation pour les inscriptions de septembre 2019 et informe :
         - Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 septembre sur le site web  et au niveau de tous les établissements de formation professionnelle.
         - Les journées de sélection et d’orientation : les 22, 23 et 24 septembre.
         - La proclamation des résultats :  le 26 septembre.
         - Rentrée officielle : le 29 septembre.

 

Musée national du moudjahid    

Le Musée national du moudjahid organise, le  18 juillet à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, respectivement les 379e et 380e rencontres  avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

  

AARC

L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (AARC), en partenariat avec le CNCA, le CADC et l’EPTV, organise, du 8 au 25 juillet courant, à Tizi Ouzou, Constantine et Ain Defla,la 2e édition de «Ciné Ville».

  ONCI
Dans le cadre de son programme estival de l’année 2019, l’Office national de la culture et de l’information organise une série de spectacles artistiques sous le thème «Vivez l’été avec l’ONCI», avec la participation de stars algériennes et étrangères de la chanson.

Université de Boumerdès
L’université M’hamed-Bougara de Boumerdès  organise, jusqu’au 23 juillet, des portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers au titre de l’année universitaire 2019-2020.

 

 Musée national du moudjahid

Le Musée national du moudjahid organisera,  le 18 juillet , à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 380e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

Radio DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale diffusée sur les ondes de la Radio Chaîne I à 16h sera,  le 18 juillet , consacrée aux questions et préoccupations des auditeurs sur la sécurité routière.

 TNA
Le directeur général du TNA, Mohamed Yahiaoui, animera, le 21 juillet à 10h, une conférence de presse dans le cadre de la 9e édition du théâtre du Sud.

CAN 2019

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept