Imprimer

Le moudjahid et historien, Belkacem Babaci est décédé, mardi à Alger, à l'âge de 80 ans. Né en 1939 à Alger, le défunt a rejoint les rangs du Front de Libération nationale (FLN) alors qu'il avait 20 ans avant d'occuper après l'indépendance, plusieurs postes dans des institutions étatiques. Feu Belkacem Babaci a occupé, durant plusieurs années, le poste du président de la "Fondation Casbah" créée en 1991, dans le but de protéger et préserver cette ancienne médina classée en 1992, patrimoine de l'humanité de l'Unesco.

Auteur de plusieurs livres sur l’épopée coloniale Babaci a écrit notamment « l’Histoire fabuleuse de Raïs Hamidou » et « l’invasion d’Alger », et surtout son dernier livre «L’épopée de Baba Merzoug, le canon d’Alger», dont Babaci a toujours revendiqué dans ses interventions sa restitution par la France ainsi que tous les biens algériens qu’elle a spoliés .

Grand défenseur du patrimoine national, Babaci a également travaillé en tant que conseiller de nombreux gouvernements. Une époque où il s’était fait connaître du grand public en animant des émissions dédiées à l’Histoire sur la Radio à travers des programmes comme Mazghena puis Tahouissa fi Tarikh (Ballade à travers l’histoire), diffusées chaque matin sur les ondes de la radio Algéroise El Bahdja.

En tant qu’enfant de la Casbah, il a milité toute sa vie pour la réhabilitation de ce joyau du patrimoine national. Un combat qui l’a poussé à créer la Fondation Casbah, qui lutte depuis pour la restauration du vieux bâti d’Alger et la sauvegarde du patrimoine de la Casbah. Depuis cinq ans, Babaci contribuait régulièrement dans la revue Babzman, créée par sa belle-fille.

 

Avec sa disparition, c’est toute la mémoire de la Casbah et du patrimoine algérien qui s’en va. L’enterrement au eu lieu, hier, après la prière du Dhor au cimetière de Draria.