Mustapha Bekkouche : le fusil et la plume pour une Algérie libre
Search
Dimanche 21 Juillet 2019
Journal Electronique

Mustapha Bekkouche est un martyre de l’Algérie, condamné à mort et exécuté à Jijel le 2 novembre 1960, jour de son 30e anniversaire. Militant au sein du PPA à 14 ans et membre fondateur de l’OS à 17 ans, au déclenchement de la Révolution, il est arrêté et incarcéré trois années à Koudiate, ensuite à Serkadji puis à Berouaguia.

Dès sa sortie de prison il rejoint le maquis. Blessé il sera arrêté à nouveau et condamné à mort. Mustapha Bekkouche, était de ces gens qui ne se sont pas contentés de prendre les armes pour la libération de leur patrie, mais aussi la plume. Il alliait les deux pour faire face au colonialisme français tant militairement qu’idéologiquement. Ses ouvrages, publiés à titre posthume (Journal d’un oublié, Message d’outre tombe et Passeur de rêves) montrent qu’il était épris de liberté, de justice et à quel degré il était outré par l’oppression, pas uniquement de son peuple, mais où qu’elle soit.

« Le passeur de rêves » du Chahid, est publié à titre posthume par l’éditeur ANEP en 2017. A travers ce recueil, d’une quarantaine de poèmes, on découvre un homme tourmenté par sa condition de détenu mais qui ne laisse pas pour autant son état prendre le dessus sur son moral ni sur son esprit libre et révolté : « Si j’ai oublié ma maison/ une femme, des enfants et un toi/ Liberté c’est pour toi ».

Comme tout révolutionnaire, l’amour premier de Bekkouche est sa patrie, l’Algérie, il la loue et lui rend grâce, il la glorifie et la vénère « Ô nôtre Algérie, nôtre reine ». Mais malgré sa condition malgré la colonisation, l’esprit du poète est porté sur d’autres questions, des questions existentialistes, telles la vie et la mort, la foi, le créateur : « Moi ! Ombre mystérieuse me suivant pas à pas/ Que peut-il bien être ? Quelle en est l’essence ?/ D’où vient-il ? Où va-t-il ? que fait-il ici bas ? ». Où encore « Toi qui doute ! Que tu le veuilles ou non, il est un Dieu ». Le poète transcende la mort qui, armé de son désir de liberté, lui semble plus belle que la vie « Je ne t’écoutais pas lorsque tu me disais contre la raison, quand le cœur se rebelle ; beaucoup plus que la vie, que la mort parait belle ».

Dans un long poème de plus de 400 vers, intitulé « Un bon singe », tantôt sarcastique, tantôt accusateur et tantôt interrogateur,   Mustapha Bekkouche dissèque legenre humain, ses tares, son manque d’humanisme, sa soif du gain, son hypocrisie « Il est né au bon moment/ ses bons parents et leur bon magot/ firent de lui un bon bourgeois/ Il parlait en bon chrétien, mais agissait en bon comédien », « Lesbons patrons et leurs bon ouvriers/ qu’ils trouvent bon d’exploiter/ un sourire au coin de la bouche/ le fouet dans la bonne main ».Les inégalités, la famine n’échappent pas à l’esprit du poète révolté « et les chômeurs, ces bons à rien/ chercherons quelque chose de bon/ dans les poubelles des bon bourgeois ». Il fustige le colonialisme « Les bons sujets des colonies/que les bons pionniers ont conquis/ pour le bonheur des autochtones/ les bons pousse-pousse d’Indochine/ les bons esclaves de Haïti/ Les bons nègres du Sénégal/ Ses bons arabes aux grands turbans/ ne sont pas bons à la gestion ».

Dans ce long poème, Mustapha Bekkouche aborde aussi la destruction de la planète par l’homme : « Ce bon vingtième siècle/ avec ses armes de jour en jour plus puissantes/ quand nôtre bonne planète aura sauté/ c’est le bon nettoyage par le vide ».

Mais dans toute cette tourmente, dans toute cette révolte intérieure, le cœur du poète ne cesse d’aimer, de rêver d’amour et de chanter l’amour. Des poèmes dédiés à l’amour pleins d’émotions, de sincérité et de sensualité sont à découvrir dans « Le passeur de rêves ». L’amour pour sa femme, ses enfants, ses congénères, un cœur qui ne sait qu’aimer meme du fond d’un cachot : « Celle que jamais je ne revis/ en partant me donne un dernier baiser/ longtemps j’ai pleure dans le profond silence/ Une lueur soudain a mes yeux apparu/ Le sombre cachot en fut illuminé ». « Ses cheveux sont noirs comme l’ombre de la nuit/ son front aussi pur que l’étoile qui luit ». « Mon cœur à la dérive sur l’océan de l’amour/ Ô belle pour qi me submerge la passion ».

« Le passeur de rêves » est plus qu’un recueil de poésie, c’est l’heritage intellectuel d’un martyr de la liberté. Un véritable hymne à la vie à l’amour et la dignité humaine.

 

Hakim Metref

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Ministère de la Culture

Sous le patronage du ministère de la Culture et dans le cadre de son programme d’activités culturelles, l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïeh organise,  le 20 juillet  à 19h30, un spectacle intitulé «Rythmes et couleurs d’Algérie».

Ministère de la Santé
Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Mohamed Miraoui, présidera, le 21 juillet à 8h30 à l’Institut national de santé publique, une rencontre d’évaluation nationale sur le bilan des opérations de jumelage inter-établissements publics de santé.

 

Ministère de la Formation professionnelle 

Le ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels organise une campagne d’information et de sensibilisation pour les inscriptions de septembre 2019 et informe :
         - Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 21 septembre sur le site web  et au niveau de tous les établissements de formation professionnelle.
         - Les journées de sélection et d’orientation : les 22, 23 et 24 septembre.
         - La proclamation des résultats :  le 26 septembre.
         - Rentrée officielle : le 29 septembre.

 

 

AARC

L’Agence algérienne pour le rayonnement culturel organisera, à Aïn Defla du 22 au 25 juillet avec la collaboration de la direction de la culture de la wilaya, la 2e édition de «Ciné Ville», en partenariat avec le Centre national du cinéma et de l’audiovisuel, le Centre algérien de développement du cinéma et l’Entreprise publique de télévision.

ONCI

L’Office national de la culture et de l’information organisera, le 20 juillet à 22h au théâtre de verdure Laâdi-Flici (Alger), en partenariat avec l’Etablissement arts et culture, et demain à 22h à l’auditorium de l’hôtel Méridien (Oran), des soirées artistiques animées par «L’Algérino».

CRAAG

Dans le cadre de la célébration d’IAU100, le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique, et l’association Sirius d’astronomie organisent, le 20 juillet  au Palais de la culture Moufdi-Zakaria (Alger), une manifestation scientifique célébrant le 50e anniversaire de l’alunissage d’Appolo 11.

 

Université de Boumerdès
L’université M’hamed-Bougara de Boumerdès  organise, jusqu’au 23 juillet, des portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers au titre de l’année universitaire 2019-2020.

 

Association SOS Hépatites

A l’occasion de la Journée mondiale des hépatites, l’association SOS Hépatites, l’association Asepa et l’élite nationale des sciences médicales animeront,  le 20 juillet  à 9h30, une conférence au centre culturel Larbi-Ben-M’hidi (Alger).

 

 TNA
Le directeur général du TNA, Mohamed Yahiaoui, animera, le 21 juillet à 10h, une conférence de presse dans le cadre de la 9e édition du théâtre du Sud.

 Musée national du moudjahi
Le Musée national du moudjahid organisera, les 22 et 25 juillet à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, les 381e et 382e rencontres avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

 RND
Le Rassemblement national républicain organise,  le 20 juillet  à 9h au Club des Pins (Alger), une session extraordinaire du conseil national du parti pour le vote d’un secrétaire général par intérim.

 

 

CAN 2019

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept