L'éditorial
Search
Mercredi 22 Janvier 2020
Journal Electronique

La communication à l’épreuve des réformes

Le secteur de la communication et de l’information, au sortir d’une expérience forgée dans la douleur et confronté à la chape de plomb d’un despotisme anachronique, est assurément à la croisée des chemins. Il faudra bien en convenir que les acquis immenses de la liberté d’expression sont sérieusement menacés par la propagation de fake news, le dévoiement des réseaux sociaux et les pratiques immorales attentatoires à la dignité des personnes, incompatibles avec le professionnalisme, la quête de la véracité des faits et le droit du citoyen à une information complète et objective. En revendication majeure du hirak, le changement est indéniable dans un secteur-clé, interpellé également par le poids de la révolution numérique. En mouvement, la nouvelle République entend concrétiser l’espoir du renouveau partagé dans le cadre d’un dialogue global avec l’ensemble des acteurs de la communication et de l’information. Pour la première fois, une rencontre entre le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, et une délégation de responsables de médias publics et privés aura lieu aujourd’hui pour débattre du devenir et du rôle important de la presse «à la hauteur des attentes de la nation». Après le cycle des rencontres avec des personnalités politiques, le président de la République s’attaque au chantier de la communication, débarrassée des scories du passé et engagée dans un processus de remise en ordre salutaire pour le renforcement du professionnalisme «loin de toute désinformation, propagande ou diffamation contre quiconque». Au regard des dérives unanimement dénoncées, il s’agit de mettre sur orbite une presse libre assurée du soutien total, y compris la manne publicitaire publique conçue comme un levier important de consolidation de la liberté d’expression immuable. Mais, dira le Président dans son discours d’investiture, une presse libre qui n’aura pour seule limite que la loi. Elle est appelée à jouer pleinement son «rôle d’éclaireur» pour réhabiliter le professionnalisme et s’écarter des pratiques de l’invective, des insultes et de la diffamation. Cette remise en ordre postule nécessairement à une réforme globale, défendue par le ministre de la Communication, Ammar Belhimer, acquis à un dialogue participatif. «La liberté et la responsabilité sont étroitement liées pour garantir une pratique paisible des libertés.» Le chantier est ouvert.
Horizons

 

L’Algérie aux côtés de la Libye

La nouvelle République reprend ses droits pour apporter sa contribution au retour de la paix dans la Libye sœur et voisine, victime de l’intervention étrangère et d’une militarisation accrue par le fait de la présence de combattants étrangers et de l’interférence d’acteurs étrangers coupables d’un afflux considérable d’armes lourdes et légères dans la poudrière libyenne. En pivot reconnu par la communauté internationale, la participation à la conférence de paix de Berlin, qui est la première destination du président de la République depuis son investiture, marque un attachement viscéral à l’option de la paix menacée par les tentatives portant atteinte à l’unité et la souveraineté libyennes et à la stabilité régionale. Dans son intervention, le président Tebboune a dénoncé fermement «la politique du fait accompli», aggravée par les afflux d’armements, l’implication de combattants étrangers et la présence de groupes terroristes. «Nul n’ignore, en outre, que les luttes d’influence régionales et internationales et la multiplicité d’agendas contradictoires jouent en faveur du statu quo, ce qui est de nature à mettre en échec les efforts onusiens et régionaux pour parvenir à une solution politique», a souligné le président de la République, appelant la communauté internationale à «assumer ses responsabilités». A équidistance avec tous les protagonistes, l’Algérie, totalement engagée dans la recherche d’une solution pacifique de la crise compromise par la multiplication des agendas étrangers, se déclare «prête à accueillir le dialogue attendu entre les Libyens» pour remettre sur les rails le processus de l’ONU et faire face à «cette grave et inédite escalade de la crise libyenne». L’urgence d’une feuille de route «aux contours clairs et contraignante, destinée à faire respecter la trêve et inviter les parties en conflit à la table des négociations, s’impose dans la conférence de Berlin appelée à stopper l’approvisionnement des parties en armes et stabiliser la trêve pour laquelle l’Algérie a multiplié les initiatives. «Je suis confiant en la capacité du peuple libyen à surmonter seul cette épreuve, si l’occasion lui est donnée», a indiqué le président de la République. Il n’y a pas d’autre alternative au retour à la table du dialogue.
 Horizons

Devoir de solidarité et de fraternité

La Libye de l’Algérie un engagement sans réserve pour briser le cycle infernal de la violence générée par l’intervention illégale de l’Otan et exacerbée par le déploiement des troupes étrangères dans un pays éclaté, hanté par la prolifération des milices, possédant l’un des stocks d’armes le plus important en Afrique et institué en paradis de trafic d’armes. La poudrière libyenne impose la responsabilité totale et entière de l’Occident, coupable d’une opposition au règlement pacifique initié par l’Union africaine dès le déclenchement de la crise, et de la communauté internationale impuissante à faire respecter le processus de négociation mené sous l’égide de l’ONU. Le drame libyen se nourrit des rivalités libyennes alimentées par le jeu de massacres des puissances régionales et internationales qui convoitent le marché pétrolier. La dérive, aux conséquences dramatiques pour le peuple libyen, prend des proportions inquiétantes pour la paix, la stabilité et la sécurité de toute la région sahélienne et méditerranéenne. Aux côtés de la Libye dont elle partage le devoir de solidarité traditionnelle, les liens de fraternité et les relations de bon voisinage, l’Algérie a été de fait confortée dans sa constante préservation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de la Libye, privilégiant le dialogue inclusif et le règlement pacifique de la crise par les Libyens, loin de toute ingérence étrangère. En pivot de la paix et de la stabilité régionale, l’Algérie reste aux yeux du président du Haut-Conseil de l’Etat libyen, Khaled El-Machri, «la seule puissance arabe capable de rétablir les équilibres», forte de sa position de non-ingérence dans les affaires internes des Etats. Le retour en force de l’Algérie, multipliant les initiatives, légitime une approche validée par les visites à Alger du président du Conseil présidentiel du Gouvernement d’union nationale libyen, Fayez El Serraj, des ministres des Affaires étrangères de la Turquie et de l’Egypte et du président du Conseil italien. Mue par la volonté de créer les conditions idoines pour la relance du processus de dialogue inter-Libyens, la présence du président de la République Abdelmadjid Tebboune à la conférence de Berlin, organisée sous l’égide de l’ONU, participe de cette volonté de donner toutes les chances à l’option de la paix et la conclusion d’un cessez-le-feu auquel l’Algérie a consacré tous ses efforts. Il s’agit effectivement d’une avancée indéniable cautionnée par les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, de l’Union européenne, de l’Union africaine et des 6 pays (Algérie, Egypte Emirats arabes unis, Italie, Turquie et Congo) présents au rendez-vous de Berlin de la dernière chance de la paix.
 Horizons

Changement profond et global 

Le temps des réformes globales et profondes a sonné pour tourner définitivement la page sombre de la mal gouvernance et satisfaire aux exigences de changement revendiqué par les citoyens. Inscrit dans le programme du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, le socle institutionnel, politique et socioéconomique de la nouvelle République annonce le passage à une nouvelle ère porteuse de renouveau «à tous les niveaux». Dans cette «Algérie démocratique et prospère», le nouveau départ est étroitement lié aux droits des citoyens au logement érigé en priorité absolue et aux soins de qualité dans un secteur rénové, débarrassé du fléau du chômage notamment des jeunes et des femmes, et assuré du soutien de l’Etat particulièrement pour les couches vulnérables de la société. Il faut juste relever qu’une importante opération de relogement sera lancée la semaine prochaine dans la wilaya d’Alger. Dans le cadre de la 25e opération de relogement, quelque 3.000 logements seront distribués. Ce sont là les engagements du Président, attaché à garantir une vie décente, à défendre le pouvoir d’achat des citoyens et à promouvoir une croissance génératrice d’emplois. Parmi les 54 engagements, figurent en bonne place la révision à la hausse du salaire minimum garanti et l’annulation de l’imposition des catégories à faible revenu. Toute cette panoplie de mesures traduit l’exigence de renouveau dans tous les domaines. Au menu du Conseil des ministres, tenu hier en raison de la participation du président Tebboune à la conférence de Berlin sur la Libye, les dossiers de la santé, l’industrie, l’agriculture, l’habitat, le commerce et le commerce extérieur, les petites entreprises et les start-up ont été ainsi abordés pour permettre la redynamisation sectorielle. «Nous comptons bâtir une économie nationale forte, diversifiée, génératrice de richesse, créatrice d’emplois et vecteur de bien-être social à même de renforcer notre sécurité alimentaire et de mettre le pays à l’abri de la funeste dépendance aux hydrocarbures et vis-à-vis de l’étranger», a souligné le président de la République lors de son discours d’investiture. L’Algérie du «changement profond et global» est assurément en route.
Horizons

Remarquable constance

Le gros pic de tension qui a jeté l’alerte et risqué d’embraser la région est passé, semble-t-il, au regard de l’intensification des initiatives appelant à l’apaisement. Tripoli avait failli tomber, mais le coup de poker du maréchal Khalifa Haftar, poussé par ses alliés et encouragé par le retrait d’une Algérie momentanément occupée par ses soucis internes, a non seulement échoué mais a, de plus, davantage compliqué les choses. En effet, la situation en Libye avait pris une dangereuse tournure avec l’intrusion d’une Turquie décidée à utiliser les grands moyens pour étendre son influence sur une scène méditerranéenne où elle veut projeter son ambition et ses intérêts après avoir vainement tenté de s’imposer sur une arrière-cour moyen- orientale mouvante, traditionnel terrain de jeu des grandes puissances. Désormais, la crise libyenne s’est enrichie de plusieurs autres outsiders. Dans ce jeu trouble qui sent fortement le pétrole et le gaz, l’Algérie n’est pas restée les bras croisés. Aussitôt son Président élu, elle a fermement fixé les «lignes rouges» à ne pas dépasser et réitéré l’impératif d’un règlement par les voies pacifiques de la crise libyenne. Même si les armes ne se sont pas totalement tues, cela a eu pour effet de «geler» les positions sur le terrain et de reconfigurer le jeu des forces qui s’y appliquent, ouvrant chemin large au travail diplomatique. Puissance incontournable dans la région nord-africaine, disposant d’une influence indiscutable dans ce pays voisin qu’est la Libye, l’Algérie est vite redevenue cette voix consultée dans toute initiative de règlement politique. Alger a privilégié, avec une remarquable constance, le dialogue entre les parties en conflit, loin de toute ingérence militaire étrangère, pour dénouer la crise. C’est cette démarche saine que, en dépit des manœuvres douteuses, elle continue de défendre et de faire avancer. C’est aussi la seule option pour ramener la paix et la stabilité dans la région sahélo-saharienne et qui peut les préserver dans la zone méditerranéenne en écartant les menaces du terrorisme, de la contrebande et de l’immigration clandestine.
Horizons

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Ministère des Ressources en eau
Le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, effectuera le 23 janvier une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj.

Musée du moudjahid
Le Musée national du moudjahid organise, le 23 janvier à 10h, simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 434e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération nationale.

Machaâl Echahid
L’association Machaâl Echahid, en collaboration avec le quotidien El Moudjahid, organise le 22 janvier à 10h, à l’occasion du 60e anniversaire de la création de l’état-major de l’Armée de libération nationale, une conférence en hommage à ses membres.

 

HCI

Le Haut-Conseil islamique organisera, les 25 et 26 février, en coopération avec la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, le colloque international Mohamed El Arabi Ben Etebani intitulé «La connaissance nodale et son impact sur l’unité et la stabilité de la nation».

DGF
La Direction générale des forêts organise, le 22 janvier  , à partir de 14h30, à l’hôtel Golden Tulipe d’Alger, un atelier consacré à la valorisation des produits forestiers à travers la validation du rapport juridique établi par un expert de la FAO.

 Salon national du recrutement

Le 14e Salon national du recrutement «Carrefour, emploi et formation» se tiendra, du 28 au 30 janvier, au Centre international des conférences Abdellatif-Rahal (Alger).

 

Université Oran 1

L’Université Oran 1 Ahmed-Ben-Bella organisera, à la fin du mois de janvier, des journées scientifiques dédiées à l’agriculture intelligente.

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans, en bonne santé, à faire un don de son sang.

DGSN

La Direction générale de la Sûreté nationale organise,  le 22 janvier  à 9h30, à l’Ecole nationale supérieure de police Ali-Tounsi (Châteauneuf, Alger), une conférence de presse pour présenter le bilan des activités de la direction de la police des frontières et des unités aériennes de la Sûreté nationale de l’année 2019.

 

 

Opéra d’Alger
Sous l’égide du ministère de la Culture, l’opéra d’Alger Boualem-Bessaïh présente, du 21 au 24 janvier à 19h, le spectacle «la Belle au bois dormant», du ballet de Saint-Pétersbourg.

Ligue algérienne de la pensée et de la culture
La Ligue algérienne de la pensée et de la culture organisera sa 9e conférence, le 25 janvier, à 13h, au palais de la culture Moufdi-Zakaria (Alger).


Sûreté nationale

L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale, émise sur les ondes de la radio Chaîne I à 16h, sera consacrée le 22 janvier  aux préoccupations et questions des auditeurs autour de la sécurité routière.
Éditions Chihab
Les éditions Chihab organiseront, le 25 janvier à 14h, à la librairie Chihab, à Alger, une rencontre-débat avec Abdelkader Kara à l’occasion de la parution de son ouvrage Mémoire d’un combattant de la base de l’Est.

 

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept