Search
L'éditorial
Lundi 21 Mai 2018
Journal Electronique

Le droit et le devoir de sécurité

Le phénomène de l’immigration clandestine s’enracine en Algérie devenue un pays destinataire. Elle enregistre chaque jour près de 500 tentatives d’entrée illégale à partir des frontières Sud, a indiqué, le 29 mars dernier, le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui. Face à la déferlante migratoire (400.000 personnes en 5 ans), on «n’est plus dans une situation de flux migratoire, mais de déplacements massifs de populations», assure le directeur chargé de la migration au ministère de l'Intérieur, Hacène Kacimi, qui s’est interrogé légitimement s’il y a un pays qui peut accepter «un tel afflux de clandestins sur son territoire». L’Europe des bunkers et les Etats-Unis érigeant un mur de séparation constituent des exemples édifiants du traitement de cette question sensible qui ne semble pas trop inquiéter la conscience de certaines organisations humanitaires pointant du doigt  de prétendus «rapatriements arbitraires» des migrants illégaux effectués par l’Algérie. Tout en regrettant l’exploitation des souffrances humaines «à des fins politiques et partisanes», la présidente du Croissant-Rouge algérien, Saïda Benhabilès, a affirmé qu’«au lieu de dénigrer l'Algérie, qui a toujours travaillé conformément au droit humanitaire international, ces ONG devraient plutôt chercher qui a provoqué ce désastre humanitaire et qui est derrière ces flux de migrants». Face à la bombe migratoire, héritée du pillage colonial et néocolonial des richesses africaines, l’Algérie a le droit et le devoir de se défendre pour assurer la sécurité dans la poudrière sahélienne, minée par les aléas de l’intervention militaire étrangère et menacée par le redéploiement de Daech, comptant près de 5.000 combattants africains. Dans l’urgence, des   rapatriements sont menés dans le strict respect des droits de l’homme, en étroite collaboration avec les pays d’origine. L’engagement de l’Algérie se traduit concrètement par un appui financier consenti à plusieurs pays africains. Une enveloppe de 100 millions de dollars a été consentie. «Je signalerais à titre comparatif, sans polémique aucune, que l’UE avait annoncé une aide de 50 millions de dollars pour la force G5 Afrique qui compte 28 pays, mais on se demande toujours s’ils sont débloqués», a souligné le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, en marge du 5e sommet Union européenne-Union africaine. Cette approche solidaire et humanitaire, qui ne cède rien à la volonté de démantèlement des réseaux de passeurs et de la criminalité régnant sur le marché de la drogue, du trafic des armes, repose sur la politique de régularisation des migrants et leur prise en charge de manière non discriminatoire dans les centres de soins,  les écoles et le marché de l’emploi. Tout le reste n’est que littérature.
Horizons

L’arme du savoir 

Il y a 62 ans, la Révolution algérienne a vécu une date phare marquée par le «sursaut historique» de l’élite et de la jeunesse algériennes, abandonnant les privilèges des bancs de l’université et les ambitions personnelles pour rejoindre en masse la Révolution. Plus que jamais convaincues qu’avec de «bons diplômes, on ne fera pas de meilleurs cadavres» et qu’«une vie de dignité et de fierté était incompatible avec la soumission et l’asservissement», comme le précisera, fort opportunément, le président de la République dans son message lu en son nom au Centre universitaire de Tipasa par le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi. Le devoir patriotique a primé sur toute autre considération. «Cette communion signe un engagement indéfectible de la génération des martyrs, à l’image du diplômé en chimie Abderrahmane Taleb et des étudiants Amara Rachid et Zoulikha Bekkadou, pour la libération de la patrie de l’oppression coloniale», a souligné le président Bouteflika, et traduit un modèle de mobilisation et de sacrifice qui a contribué à la renaissance de l’Algérie sociale et démocratique soucieuse aujourd’hui de préserver les acquis de liberté, de progrès et de justice sociale durement arrachés. «Cette date est pour la nation algérienne l’occasion de témoigner toute sa reconnaissance et sa gratitude à ces étudiants et lycéens qui, mus par un nationalisme plus fort que leur soif du savoir, ont fait prévaloir la dignité et la liberté de l’Algérie, en décidant le 19 mai 1956 de quitter les bancs de l’université et du lycée pour rejoindre, en moudjahidine, les rangs de la Révolution à travers les quatre coins du pays, pour la libération de la patrie de l’oppression coloniale.» Cet héritage est porteur de valeurs qui interpellent la génération des bâtisseurs formés à l’Université algérienne et dotés de compétences scientifiques et techniques pour relever le défi du développement socioéconomique. De quelque 500 étudiants, la communauté universitaire est aujourd’hui de 2 millions, répartis dans toutes les wilayas du pays et encadrés par près de 100.000 enseignants et assistants. «Les étudiants d’aujourd’hui savent, tout autant que ceux d’hier, comment puiser de ces valeurs auxquelles leurs prédécesseurs ont cru pour concrétiser les espoirs fondés sur eux et bâtir un présent et un avenir de prospérité et de stabilité», a relevé le président Bouteflika. A l’heure du défi technologique, l’arme du savoir continue le long combat pour la consolidation de l’Etat et la préservation de la souveraineté nationale. 
Horizons

Casser toute forme de monopole

Le subterfuge est éventé depuis des lustres, mais les spéculateurs n'ont aucune honte, à l'approche de chaque Ramadhan, à dérouler leur sempiternel scénario pour mettre le feu aux prix des produits alimentaires et empocher un pactole facile. L'intrigue est toujours la même, il s'agit de retirer les quantités nécessaires pour chauffer le marché, en attendant le début du Ramadhan pour danser la farandole autour de l'incendie. Pas de quoi décrocher un oscar, mais bien qu'éventé depuis des lustres, le subterfuge reste efficace face à la masse informe des consommateurs qui n'en peuvent plus mais qui finissent toujours par mettre la main à la poche. Néanmoins, aujourd’hui, les consommateurs disposent d'associations pour défendre leurs intérêts et usent aussi de la redoutable efficacité des réseaux sociaux pour faire reculer les atteintes à leur pouvoir d'achat. En outre, il faut noter les efforts des pouvoirs publics qui encouragent la production pour faire reculer la rareté des produits alimentaires et organisent la distribution pour casser toute forme de monopole et rendre disponibles ces produits en tous lieux et circonstances. Les résultats son probants. Les prix des produits alimentaires, notamment des fruits et légumes, ont connu, selon le ministre du Commerce, une baisse significative de 20 à 30% dans les marchés de proximité, comparativement aux marchés traditionnels. 159 marchés de proximité et de solidarité à l'échelle nationale, Grand-Sud y compris, en sus de 9 marchés de proximité au niveau de la wilaya d'Alger, ont été mis en place à cet effet. Saïd Djellab estime qu’avec la contribution du citoyen, à travers la rationalisation de ses dépenses, les prix des produits de large consommation se dirigeront nécessairement à la baisse dans les tout prochains jours. C’est d’ailleurs, outre la promotion des produits locaux, l’objectif de ces marchés de proximité, à savoir garantir des produits à bas prix en permettant aux producteurs d’écouler directement leur production sans passer par les intermédiaires. Le ministère prévoit, d’ailleurs, de généraliser cette formule à tout le pays et de façon permanente. Voilà de quoi éclairer d’un sourire le visage des Algériens… Cela leur laissera le temps de changer de préoccupation, car il faut bien aussi penser aux dépenses de la fête de l’Aïd.
Horizons

Tolérance et solidarité

Le Ramadhan, mois de tolérance et de solidarité, est par excellence l’expression du vivre- ensemble dans la paix célébré hier à travers le monde à l’initiative de l’Algérie. Dans la capitale mondiale du vivre-ensemble, le Ramadhan a une saveur particulière qui scelle la victoire sur l’obscurantisme et l’exclusion. Au cœur de la démarche algérienne, basée sur le socle de la réconciliation nationale, la défense de l’Islam de la modernité et de la modération a contribué à réhabiliter l’image pervertie par le terrorisme et l’idéologie extrémiste instrumentalisés à des fins géostratégiques. «Cette proclamation traduit la reconnaissance par la communauté internationale des efforts consentis patiemment et avec succès par notre pays en faveur de la promotion de la culture de la paix, du dialogue, du respect mutuel et de la tolérance entre ses propres citoyens», a souligné le président Bouteflika. Une victoire en soi, pour exorciser les vieux démons de la fitna et de la haine éradiquées dans l’Algérie de la réconciliation et de la stabilité. Une victoire aussi pour soi en ces temps de déchirement du monde musulman et de la montée de l’islamophobie. Le Ramadhan tragiquement vécu à Ghaza, à El Qods confisquée par les mains criminelles d’Israël et la communauté musulmane frappée pour certains d’excommunication est une réalité qui renseigne sur la multiplication des lignes de fracture aux antipodes des valeurs de tolérance, de solidarité et d’humanisme. «Face aux théoriciens de la confrontation civilisationnelle, face aux partisans des logiques de l’exclusion, face aux promoteurs de l’extrémisme et des violences multiformes qui en découlent, dont le repli sur soi, le rejet de l’infériorisation, la discrimination sous toutes ses formes et, malheureusement, la phobie du musulman en particulier, notre pays a constamment prôné la promotion du dialogue, de l’entente et de la coopération entre les religions et les cultures, puisant pour cela ses références dans l’enseignement de notre sainte religion, l’Islam, religion qui prône la paix et la coexistence ainsi que le montrent des siècles d’histoire de l’humanité à travers les continents», a affirmé le président Bouteflika. Le vivre-ensemble en paix donne au Ramadhan ses véritables vertus civilisationnelles.
Horizons

Les fondamentaux du vivre-ensemble à l’algérienne

La capitale du vivre-ensemble se prépare à célébrer, comme il se doit, la fête mondiale de la tolérance érigée en modèle dans l’Algérie de la paix et de la stabilité. Dans un monde en perte de valeurs, le combat fondateur contre le terrorisme constitue le socle d’une riche expérience qui a consacré la fin de la fitna destructive et organisé la marche en avant d’un pays en refondation pour un avenir meilleur. Sur les cendres d’un terrorisme terrassé et aujourd’hui combattu avec une extrême vigilance par l’Armée nationale populaire jusqu’à son éradication totale, la dimension historique s’inscrit dans la réconciliation nationale plébiscitée autant par les familles des terroristes que des victimes du terrorisme et portée à bout de bras par la société algérienne engagée dans le processus de réappropriation de ses valeurs politiques, culturelles et identitaires empreintes d’humanisme, de fraternité et d’unité qui caractérisent la Révolution de Novembre. Le vivre-ensemble à l’algérienne est une formidable leçon civilisationnelle. «Au moment où les idéologues de l’apocalypse s’employaient à faire accréditer la thèse d’un choc imminent entre la civilisation occidentale et la civilisation musulmane et prédisaient la fin de l’histoire, le président de la République préférait, lui, voir un monde en marche vers le bonheur, sachant que ce bonheur, notre rêve à tous, dépend de notre capacité à comprendre l’autre, à l’accepter dans toute sa diversité, une diversité qui, loin de constituer un handicap, peut être, si elle est intelligemment mise à contribution au service du genre humain, une source de progrès pour l’humanité», se plaisait à rappeler le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, dans une communication sur la Journée internationale du vivre-ensemble en paix prononcée devant la 204e session du Conseil exécutif de l’Unesco. Le bond en avant de l’Algérie de la modernité et de la construction démocratique, en rupture totale avec l’obscurantisme et l’extrémisme, est une réalité vivace traduite par la mobilisation de toutes les forces politiques, sociales et religieuses à la pointe de la lutte contre la radicalisation perçue par la communauté internationale comme une référence incontournable.

Santé

Environnement

Société

Destination Algérie

    • Tipasa : la Corne d’Or et le CET livrés avant le 1er juillet

      Abdelkader Benmessaoud, ministre du tourisme et de l’artisanat a instruit, jeudi dernier, les entreprises en charge de la rénovation et de la modernisation des complexes CET et de la Corne d’Or, à Tipasa, relevant de l’EGTT (entreprise de la gestion touristique de Tipasa) de procéder à la livraison des travaux avant le début du mois de juillet, et ce pour que la réouverture de ces deux joyaux touristiques, entrés en fonction en 1969, coïncide avec l’entame effective de la haute saison.

Culture

Sciences et Technologies

Medias

    • Audiovisuel : Kaouane parle de « bataille de contenu »

      Le ministre de la communication a souligné jeudi que la véritable bataille à engager actuellement doit s’articuler autour du contenu audiovisuel. Il répondait à une question d'un membre du conseil de la nation qui, lors d'une session consacrée aux questions orales,  l'avait sollicité à initier le lancement d’une nouvelle chaine internationale dont le but serait de vendre la véritable image de l’Algérie.

L'agenda

Ministère de la communication

Le Ministre de la communication M. Djamel Kaouane Assistera Lundi au centre téléport de Bouchaoui pour assister à la signature d'un accord cadre entre (TDA) et l'Agence spatiale Algérienne ASAL Pour l'utilisation optimal du système satellitaire ALCOMSAT-1 dans le domaine de la radio et la télévision.

 

Radio Algérienne

Le forum de la radio Algérienne invite lundi de 12h à 13h au siège de la radio régionale de Boumerdes le Wali de la wilaya de Boumerdes, des questions seront aborder sur le sujet de la prise en charge des victimes du séisme du 21 mai 2003 ainsi que d'autres questions sur le développement de la wilaya.

 

 

Ministère de l'Environnement

La Ministre de l'Environnement et des Energies Renouvelables, M. Fatma Zohra Zerouati effectuera lundi une visite du travail et de prospection dans la Wilaya de Guelma.

 

Ministère de l’Agriculture

La direction générale des forêts organise le 22 mai à partir de 9h, au niveau de l’institut National de la Recherche forestière INRF, à Bainem, une journée  « Portes ouvertes » sur le thème de la biodiversité.et notamment sur celui relatif à l’accès aux ressources génétiques et savoirs traditionnels associés et au partage des avantages liés à leur utilisation APA.

 

UGTA

A l’occasion du mois sacré du Ramadhan, l’union générale des travailleurs algériens, organise durant ce mois sacré des marchés de solidarité à travers tout le territoire national,

 

Musée national du moudjahid

Le Musée national de moudjahid organise lundi à11h à la kisma de Oued Koreiche et simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 262ème rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

Opéra d’Alger

L’opéra d’alger Boualem Bessaih présente du 21Mai au 11juin a partir de 22h, les nuits de Ramadhan 2018.

 

Musée national du moudjahid

Le Musée national de moudjahid organise lundi    à11h à la kisma de Oued Koreiche et simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 262ème rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

COA

l’assemblée générale odinaire du comité olympique et sportif algérien se tiendra le 2 juin à 22h30, au siège de la COA .

 

Photo news
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Tremblement exercice de terre
  • Tremblement exercice de terre
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Simulation d’un séisme à Bouira
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Crash d'un Illiouchine de transport militaire près de Boufarik, 257 morts
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia
  • Conférence de presse Ouyahia

Reportage

PATRIMOINE

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept