L'éditorial
Search
Samedi 25 Mai 2019
Journal Electronique

Une mesure pratique

La situation financière du pays doit être suffisamment grave pour pousser le gouvernement à prendre de sévères mesures dans l’objectif de préserver les réserves de change qui, le moins que l’on puisse dire, ont fondu comme neige au soleil ces dernières années, rendant de plus en plus réelle la perspective de leur assèchement prochain, dans deux ans au maximum, selon les supputations des experts. La marge de manœuvre du gouvernement sur le court terme pour repousser un tel scénario catastrophe, qui conduira inexorablement et pour la seconde fois l’Algérie devant le Fonds monétaire international, est très étroite car ne pouvant compter ni sur un prix du baril très volatile en cette conjoncture historique ni sur d’improbables niveaux de recettes en devises fortes que générerait la fameuse stratégie de développement des exportations, présentée par le régime précédent comme la panacée au problème des liquidités. L’Exécutif avait déjà annoncé la couleur des mesures qu’il comptait prendre en s’attaquant aux importations destinées à l’industrie de l’assemblage automobile, grosse consommatrice de devises fortes, sans que l’économie nationale en tire réellement profit. C’est maintenant au tour des importations des céréales et du lait de connaître des coupes. Ces deux produits représentent déjà plus de 50% de la facture alimentaire du pays, et en raison de leur tendance haussière, ils pèsent financièrement chaque année davantage, alors même que les subventions accordées par l’Etat pour soutenir les catégories sociales les plus vulnérables profitent davantage à d’indus bénéficiaires. Il s’est naturellement posé la nécessité d’une régulation des importations à travers une évaluation précise des besoins du marché. Une mesure pratique prise par le gouvernement a consisté à geler l’octroi de licences pour de nouvelles minoteries ou l’élargissement de celles existantes pour fixer les volumes de transformation, outre celle chargeant les opérateurs publics de remettre de l’ordre dans les importations des céréales et du lait, mais aussi d’autres produits alimentaires cotés en Bourse, et l’élargissement au secteur de l’agriculture de la composante de la commission multisectorielle, qui ne comprenait jusque-là que les départements des Finances, de l’Industrie et du Commerce. Mais si les importations du pays ont un besoin certain d’être toilettées, il reste que seul l’encouragement d’une économie productrice est à même de constituer une perspective sérieuse aux difficultés récurrentes en moyens de paiement extérieurs.
 Horizons

Unité et solidarité

Le temps est à l’union sacrée pour la nouvelle Algérie qui a besoin des efforts de tous ses enfants pour sortir de la crise. Face aux enjeux décisifs, la consolidation du front interne est une exigence fondamentale, motivée par le cri de ralliement invoquant la solidarité du peuple avec son armée et rendue nécessaire par la disqualification du personnel politique et de l’opposition chassés manu militari par le mouvement citoyen pacifique, suffisamment mature pour saisir les motivations des forces de la conjuration, révélées au grand jour, et des «instigateurs des plans pernicieux» travaillant à l’exacerbation de la crise à travers des «revendications irrationnelles». Dans un discours prononcé mardi dernier, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, a appelé le peuple algérien «à faire preuve d’une extrême vigilance, de s’unir avec son armée et de ne pas permettre aux instigateurs de plans pernicieux de s’infiltrer dans les rangs du peuple». Les signes palpables du démantèlement de l’ancien régime attestent d’une volonté de changement et d’accompagnement du processus constitutionnel conçu tel un moyen d’éviter un vide porteur de dangers aux conséquences «désastreuses». Des personnalités et des hommes d’affaires ont été déférés devant la justice «sur des bases solides». Mais il y a lieu de relever également l’importance accordée à la lutte contre la corruption aux «ramifications politiques, financières et médiatiques» et fondée sur «des informations précises et confirmées et sur de nombreux dossiers... aux preuves irréfutables». Cette action d’envergure se doit de susciter une «solidarité du peuple algérien avec la justice» pour concrétiser une revendication majeure du mouvement citoyen. Elle constitue, assure le chef d’état-major de l’ANP, «une autre garantie essentielle lui permettant de poursuivre son rôle et d’accomplir son devoir national dans ce processus d’assainissement et qui mérite de notre part aujourd’hui toute la considération et l’estime pour les efforts persévérants dans le traitement du nombre important de dossiers de corruption accumulés». Aux côtés du peuple, l’armée reste la colonne vertébrale de l’Etat nation ressourcé aux valeurs de la liberté, de la démocratie et de la justice.
 Horizons

Le socle de l’Algérie nouvelle

Le socle de l’Algérie nouvelle La course à la présidentielle du 4 juillet a jusque-là mobilisé un fort contingent de 75 candidats à la candidature dont trois issus des partis de l’Alliance nationale républicaine, du Front El Moustakbal et du Front algérien pour le développement, la liberté et l’équité. Cette opération de souscription, arrêtée au 19 mai, se présente sous de bons auspices, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur. Elle marque le lancement du processus électoral, soutenu par le FLN, TAJ et le MPA, acquis à la solution constitutionnelle et relevant l’engagement de l’Armée nationale populaire à accompagner la voie légale de sortie de crise et à répondre aux revendications populaires. Cette option a été au cœur de l’intervention du général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, appelant, à partir d’Ouargla, à la mise en place rapide d’une commission nationale indépendante de surveillance et de contrôle des élections, garante d’un scrutin transparent, crédible et intègre. «La tenue de l’élection présidentielle barrera la route à tous ceux qui tentent de faire perdurer la crise», a dénoncé le chef d’état-major pointant de l’index les «têtes de la discorde», démasquées et livrées à la justice, celles qui sont impliquées dans le complot contre l’autorité de l’Etat et de l’armée, et les embusqués du mouvement citoyen conçu telle une opportunité pour imposer leurs agendas et leurs ambitions politiques irréalisables par la voie démocratique. Le devoir de vigilance et de solidarité avec l’armée est de mise non seulement pour mettre hors d’état de nuire la «bande» qui a tenté de gêner les efforts de l’ANP et de la justice engagée dans la bataille de la corruption aux nombreux dossiers «lourds, voire dangereux», et aux ramifications tentaculaires présentes dans les milieux politico-financiers, médiatiques et des institutions de l’Etat. Mais il s’agit également d’«empêcher les instigateurs des plans pernicieux de s’infiltrer dans ses rangs quelles que soient les conditions et les circonstances». Fondamentalement, l’urne est le mode d’expression universellement admis pour permettre l’exercice du libre choix du peuple. Elle reste l’alternative à une impasse délibérément entretenue par des porte-parole autoproclamés du mouvement citoyen qui souffre d’une absence criante et incompréhensible d’une représentativité digne de son statut et de son rôle avant-gardiste. Qui empêche donc l’émergence d’un interlocuteur valable et légitime nécessaire à l’amorce d’un dialogue constructif et ouvert à toutes les forces politiques et aux acteurs de la société civile soucieuse d’une Algérie nouvelle et des exigences du développement social et économique ? Le temps compte énormément pour se défaire de l’inertie et poser les jalons de l’Algérie de demain rêvée par tous.

  Horizons

Légalité et transparence

Au lendemain de la fin du délai de dépôt des candidatures, l’option de l’élection présidentielle se précise pour éviter le vide institutionnel et constitutionnel programmé, et combattre les forces qui œuvrent à faire perdurer la crise. Face aux agissements criminels des «têtes de la discorde» et aux «infiltrés» du mouvement citoyen, érigé en fonds de commerce tel qu’un palliatif de l’absence de toute représentativité, la solution légale se conçoit telle qu’une issue idoine pour concrétiser le choix libre et souverain du peuple aux antipodes des velléités de certains individus aux plans douteux. Ce sont ceux-là, a déclaré, hier, lors du deuxième jour de sa visite dans la 4e Région militaire à Ouargla, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, qui «utilisent ces manifestations tel qu’un portail pour scander leurs slogans et brandir leurs bannières, et une passerelle pour transmettre certaines revendications irrationnelles, telles que l’exigence du départ collectif de tous les cadres de l’Etat, sous le prétexte qu’ils représentent les symboles du système». Si la «solution constitutionnelle appropriée» participe à parer aux conséquences économiques et sociales désastreuses d’une impasse délibérément choisie, l’installation de la commission indépendante pour l’organisation et la supervision des élections reste «une étape principale». Mais il est tout aussi impérieux de veiller à la clarification et à l’encadrement du mouvement citoyen, squatté par les forces de l’ombre. «Il devient impératif de revoir la manière d’organiser ces manifestations et la nécessité de les encadrer par des personnes ayant un esprit nationaliste responsable et qui œuvrent à transmettre les revendications populaires dans le cadre d’un dialogue sérieux et constructif avec les institutions de l’Etat», a souligné le chef de l’état-major de l’ANP. Par devoir de transparence, la structuration du mouvement citoyen est inévitable pour combattre l’anarchie et permettre l’émergence de «vrais représentants qui se distinguent par leur sincérité et intégrité». Bien loin des thèses maximalistes opposées à toutes «les solutions possibles», l’exigence du dialogue, qui fait consensus, le rend incontournable pour préserver les fondements de l’Etat-nation et œuvrer efficacement à la naissance de la nouvelle Algérie dont les prémices se font jour dans la lutte contre la corruption considérée à juste titre telle «une revendication forte parmi les revendications populaires persistantes et légitimes».
 Horizons

Le combat pour la liberté et la démocratie

Du combat libérateur des étudiants et des lycéens, incarné par la grève lancée le 19 mai 1956, à son engagement sans faille pour une Algérie nouvelle, l’élite a constitué la locomotive de la Révolution nationale et démocratique qui a mis fin au pillage et au génocide colonial, et jeté les bases du renouveau porteur des idéaux de liberté, de justice et de progrès. L’esprit de sacrifice et de résistance, magnifié par le cri de ralliement armé de certitude qu’avec «des diplômes on ne fera pas de meilleurs cadavres», est la voie patriotique irréfragable poursuivie par les héritiers de l’Algérie indépendante, attachée à la préservation de la souveraineté et fière des acquis du changement pacifique qui a émerveillé le monde. «Les étudiants de 1956 sont une fierté pour l’Algérie et un modèle pour les étudiants de 2019. La cause est différente, mais l’objectif est le même : l’indépendance et la liberté», proclame une pancarte brandie lors du rassemblement d’hier à la Grande-Poste (Alger). La Journée de l’étudiant interpelle sur les défis posés à l’Algérie nouvelle et la place des acteurs du changement. Dans la dynamique citoyenne, le rôle catalyseur de la communauté estudiantine se légitime par une volonté de contribuer à la refondation démocratique, fondée sur les valeurs du mérite, du savoir et de l’égalité. L’ère de l’injustice, de la corruption institutionnalisée et de la marginalisation est à jamais révolue. La nouvelle Algérie met le cap sur un avenir meilleur qui se décline dans une démarche solidaire et la quête incontournable d’un dialogue national constructif. Voici venu le temps de l’émergence de l’élite représentative du mouvement citoyen. Et elle est tout autant inséparable de la bataille de l’édification inconcevable sans l’apport inestimable de l’Université, «locomotive de la société», génératrice de compétences scientifiques et techniques à la hauteur des enjeux dans un monde où la compétitivité et la concurrence dictent la loi du plus fort. «Les étudiants sont appelés à répondre à l’appel de la patrie et à rester fidèles au serment des chouhada, en préservant le système scientifique universitaire, en y contribuant efficacement et avec sérieux et en veillant à consacrer des règles et des traditions constantes et ancrées pour garantir la stabilité de l’Algérie et préserver son image», a souligné le ministre de l’Enseignement supérieur.
 Horizons

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Ministère des Moudjahidine
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, présidera, le 27 mai à 10h30, au Centre national d’études et de recherche sur le Mouvement national et le 1er Novembre 1954, une conférence sous le thème «Le rôle des Scouts musulmans algériens dans le Mouvement national et la guerre de Libération».

Ministère des Affaires religieuses
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Youcef Belmehdi, présidera, le 25 mai  à 21h30, au Palais des expositions  de la Safex, l’ouverture du 15e Prix international
d’Alger de récitation, de psalmodie et d’exégèse du Saint  Coran.

 

Ministère de la Jeunesse et des Sports
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf-Salim Bernaoui, présidera, le 25 mai à 22h à l’Office du complexe olympique Mohamed-Boudiaf (Alger), une cérémonie en l’honneur des jeunes lauréats du 20e Festival national de la jeunesse 2018.

 Ministère des Moudjahidine
Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, présidera, le 27 mai à 10h30 au Centre national d’études et de recherches sur le  Mouvement national et la Révolution du 1er Novembre 1954, une conférence historique intitulée «Le rôle des Scouts musulmans algériens dans le Mouvement national et la guerre de Libération».

Gendarmerie nationale
Le commandement de la Gendarmerie nationale organise, jusqu’au 30 mai, une campagne de sensibilisation à la sécurité routière pendant le mois de Ramadhan.

Ministère de la Communication et de  l’Environnement

Dans le cadre de la convention avec le ministère de l’Environnement  et des Energies renouvelables, une première session de formation dans le domaine de l’environnement portant sur cinq thématiques : la gestion intégrée des déchets, l’éducation environnementale et le développement durable, la production propre et la consommation durable, l’économie verte et les énergies renouvelables, la conservation de la biodiversité, débutera  le 15 juin à 9h, à la maison de l’environnement de Boumerdès.

UE-Algérie
La délégation de l’Union européenne en Algérie, en coopération avec les services culturels des Etats membres, organisent jusqu’au 27 mai à Alger, Oran, Béjaïa et Tizi Ouzou, la 20e édition du Festival européen placée cette année sous le thème de la «Célébration du vivre ensemble».

 

Etablissement Arts et Culture
L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise jusqu’au 25 mai une exposition du peintre Belkacem Kefil au Centre culturel Abane Ramdane.

 Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang dans le cadre du mois sacré du Ramadhan et la célébration de la Journée mondiale des donneurs de sang lance
un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à offrir un peu de sang.

Office Riadh El Feth
Office Riadh El Feth en collaboration avec l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins organise jusqu’au 1er juin 2019 des spectacles humoristiques «Dzair ComedyUp».

DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale, diffusée sur les ondes de la radio Chaîne I, sera consacrée, le 25 mai , à 15h, à l’utilisation de la bande d’arrêt d’urgence

 Galerie Ezzou’art
La galerie Ezzou’art du centre commercial et de loisir de Bab Ezzouar abrite jusqu’au 23 mai l’exposition de l’artiste-peintre Ayachine Aziz.

 Institut français d’Alger
«Derwisha», documentaire sur la banlieue d’Alger réalisé par Leila Beratto et Camille Millerand (sorti en 2018) sera projeté, en présence des deux réalisatrices, mercredi prochain à 22h à l’Institut français d’Alger.

 ONCI
L’Office national de la culture et de l’information organise le lancement de son nouveau programme «Ciné-planète» demain    au planétarium du complexe culturel Abdelouahab-Salim à Chenoua (Tipasa).

Forum         d’El Moudjahid
Le forum d’El Moudjahid recevra, le 26 mai à 11h, Noureddine Bahbouh, ancien ministre et président de l’Union des forces démocratiques et sociales. )

Radio DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale, émise sur les ondes de la Radio Chaîne I, sera consacrée, le 23 mai à 15h, à l’utilisation de la bande d’arrêt d’urgence

Photo news
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  •  Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • École El Melah
  • École El Melah

Football

Sports Divers

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept