L'éditorial
Search
Jeudi 21 Novembre 2019
Journal Electronique

L’appel de la patrie

Avec l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, l’Algérie prend un tournant décisif de son histoire. Cette solution constitutionnelle est certainement la voie la plus courte et politiquement la moins risquée pour dégoupiller la profonde crise politique qui s’en est suivie dans la foulée du mouvement du 22 février ayant mis un terme au système de dépeçage de la ressource nationale érigé durant les deux dernières décennies par la îssaba . Malgré les féroces efforts des opposants à cette option, le processus électoral a progressivement déroulé ses différentes phases. Les candidats à la magistrature suprême mènent campagne sur le terrain pour capter les suffrages des citoyens, bien convaincus qu’en dépit des appels à la démobilisation, les Algériens se rendront aux urnes le jour J. L’institution militaire, qui s’était engagée à se tenir aux côtés du peuple et à garantir une élection loyale dans un climat de totale sécurité, n’en a pas moins la certitude. Lors de sa visite en 4e Région militaire à Ouargla, le vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’ANP, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, a affirmé que l’Algérie est «capable de choisir celui qui la dirigera durant la prochaine étape» et que les Algériens sauront répondre à l’appel de la patrie dans ces moments décisifs pour son avenir. Cette conviction tient, explique-t-il, des «qualités singulières qui distinguent le peuple algérien des autres», qui sont celles de la solidarité avec la patrie, notamment dans les circonstances particulières. Mais aussi ardues soit-elles, relève Gaïd-Salah, l’Algérie saura les dépasser grâce à ses plus fidèles enfants, qui sont nombreux, et auxquels il fait appel pour répondre présent à ce devoir de fidélité et relever le défi que leur pose la situation actuelle. «Le peuple algérien a prouvé que c’est un peuple des grands défis, un seul peuple uni, dont le parcours national ne saura être impacté par les entraves qui se trouvent sur son chemin (...). Un peuple qui a surpris le monde entier par son comportement civilisationnel qu’il est tenu à imprégner à ses marches pacifiques, car le peuple algérien, grâce à son sens patriotique sincère et fédérateur, a conscience des dessous des événements et de la nature des défis et est fermement déterminé à mener l’Algérie à bon port, quelles que soient les circonstances, car il met l’intérêt de sa patrie au-dessus de toute considération». L’histoire du pays a, dans ce sens, démontré que le peuple a toujours répondu à l’appel de la patrie. Nul doute que le 12 décembre prochain, il sera de nouveau au rendez-vous de l’Histoire.
 Horizons

Cohésion et solidarité

Le credo du changement démocratique est le ciment de l’Algérie en marche vers un destin à hauteur des promesses de Novembre violentées par la bande et ses acolytes chassés sentencieusement de l’Histoire par le peuple du 22 février. Sous le règne de l’autocratie, le peuple a été privé de ses droits à une vie digne et prospère gravement confisqués par une poignée d’oligarques qui ont fait main basse sur les richesses nationales et plongé l’Etat nation dans les fonds abyssaux des pires ignominies et du déclin civilisationnel. Le redressement de la trajectoire historique est de la plus haute importance pour conforter «le creuset novembrien» fondé sur un attachement aux principes d’unité, de solidarité et de l’identité nationale. Ce sont ces valeurs fondamentales qui sont aujourd’hui au cœur de la communion «indissociable et intimement soudée» entre le peuple et son armée, concrètement traduite dès les premiers vendredis des manifestations pacifiques et confortée par un «élan populaire» tendu vers la réussite du rendez-vous historique du 12 décembre. Il s’agit, dira le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major de l’ANP, lors de sa visite d’inspection aux secteurs et unités de la 4e Région militaire à Ouargla, d’une réponse «adéquate et appropriée aux parties haineuses» désarmées par la cohésion entre le peuple et son armée engagée par devoir patriotique à ramener l’Algérie à bon port. Il a déclaré toute son admiration et sa fierté «lorsque toutes les franges de notre peuple, toutes catégories confondues, hommes, femmes, jeunes, étudiants et vieux, sont sorties dans une des plus belles images de la cohésion, la solidarité et l’adhésion du peuple autour de son armée, scandant, d’une seule et même voix, des slogans patriotiques exprimant dans leur ensemble la volonté de se diriger massivement vers les urnes le 12 décembre prochain». Les marches de soutien organisées dans les différentes villes du territoire l’attestent amplement, elles traduisent la prise de conscience populaire de l’importance de ce lien indéfectible. Aux côtés du peuple, l’armée a contribué à l’enracinent du processus démocratique par des actes concrets sans autre ambition que servir, avec un sens des responsabilités et de perspicacité, le pays en danger de conspiration. Il appartient dès lors au peuple algérien de faire front et de s’acquitter, main dans la main, du devoir électoral en toute liberté et en toute transparence pour préserver le destin national. Au soir du 12 décembre, le verdict des urnes constituera indéniablement un pas en avant pour un avenir meilleur.
 Horizons

Le devoir patriotique et démocratique

A portée de l’urne de la renaissance démocratique, la fête nationale tend les bras à la nouvelle Algérie chevillée à une campagne prometteuse en termes de visions plurielles et de programmes alternatifs destinés à favoriser une issue pacifique et consensuelle à une crise qui n’a que trop duré. La démarche vaut son pesant de sursaut citoyen et de mobilisation de la classe politique, qu’une poignée de perturbateurs tente de contester en totale opposition avec les valeurs fondatrices du hirak, acquis à une expression libre et pacifique et au respect de la volonté populaire. Au premier jour de la campagne électorale, des cas d’empêchement de meetings ont été enregistrés qui, étrangement, n’ont soulevé aucune réaction du camp pseudo-démocrate. D’habitude prompt à dénoncer l’autoritarisme et les violations des droits politiques, il a maintenant recours aux mêmes pratiques du régime despotique dont les résidus s’activent à perpétuer les agissements criminels et liberticides. Face aux soubresauts d’une minorité aux abois, la démocratie constitutionnelle s’impose en vérité immuable pour concrétiser les attentes citoyennes en matière de liberté d’expression et de manifestation. La mise en garde du général de corps d’armée, Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense et chef d’état-major, adressée en octobre dernier à «toute personne qui tente d’entraver le processus électoral» ou «d’influencer, désespérément, la conscience du peuple algérien et son empressement à participer massivement et avec détermination à la prochaine présidentielle», est sans équivoque. Toutes les «dispositions sécuritaires nécessaires» et les «amples orientations» données aux forces de sécurité contribuent à garantir le déroulement de la campagne dans un climat de sérénité et d’apaisement et la participation des citoyens au scrutin «en toute liberté et transparence». Sous l’impulsion de l’Armée nationale populaire, le devoir patriotique et démocratique traduit un engagement résolu pour sauver l’Etat nation par le sauvetage de l’urne de la rupture avec l’ère de l’autocratie et de l’oligarchie et des tentations d’ingérence extérieure avérées. De fait, de grandes avancées ont jalonné le processus électoral, a indiqué le général de corps d’armée en visite au commandement des forces de défense aérienne du territoire pour réaliser «l’objectif du peuple algérien, soutenu par son armée» qui vise à asseoir «les bases d’un nouvel Etat nation» dirigé par un Président doté de la légitimité populaire. Sous l’impulsion de l’ANP, en vertu de ses missions constitutionnelles de défense de la stabilité et de la sécurité, à l’intérieur et à l’extérieur de nos frontières, le changement profond s’enracine dans le processus électoral aux avancées notables qui permettent d’entrevoir les premières lueurs d’un avenir meilleur.
 Horizons

 

L’urne immunitaire

La voie du Sud se fera entendre avec force dans l’Algérie en campagne pour consacrer la nouvelle ère démocratique. Le choix majoritaire des candidats en lice rend justice à une région longtemps frappée d’ostracisme incompréhensible et néanmoins présente lors de tous les rendez-vous historiques. L’esprit de sagesse, de résilience et de pondération est une vertu essentielle du Sud algérien, déterminé à laisser s’exprimer librement le choix des urnes en précurseur des manifestations populaires essaimant, de Tébessa à Tlemcen et d’Alger à Tamanrasset, les contrées de l’Algérie profonde en communion avec les composantes de la société algérienne et de la classe politique majoritairement acquise au scrutin de la nouvelle Algérie en marche. A voix forte, les représentants de la société civile, structurés notamment dans la famille universitaire et les organisations patronales, décrètent la mobilisation tous azimuts pour la réussite du rendez-vous historique du 12 décembre. La destination du Sud bat donc en brèche la vision réductrice de l’Algérie outrageusement assimilée au magma de la capitale, bien en deçà des fondements unitaires et pluriels de l’Algérie unie dans sa diversité. Le message d’Adrar vaut la réhabilitation de ces valeurs fondamentales héritées de la grande révolution nationale et ancrées dans l’Algérie indépendante confrontée, il y a près de 3 décennies, aux défis de l’intolérance et des divisions fatales. L’urne immunitaire se distingue par le caractère inédit de la campagne et, notons-le, la matrice consensuelle du processus électoral. Un consensus forgé à l’aune de l’Autorité nationale indépendante des élections et d’un partenariat rassemblant les candidats et les médias mobilisés pour une contribution efficiente à la consolidation des bases de la démocratie constitutionnelle, en rempart aux dérives sectaires et aux tentations aventurières d’une minorité tournant le dos au verdict des urnes. Toutes les conditions sont réunies pour assurer le bon déroulement du processus électoral conforté par les assurances de l’Armée nationale populaire, qui a indiqué que toutes les dispositions ont été prises pour la sécurisation des urnes et le déroulement dans «un climat de quiétude et de sécurité» de la campagne à travers tout le territoire national. D’«amples instructions» et des «orientations nécessaires» ont été données par le haut commandement de l’ANP à tous les services de sécurité concernés pour garantir les conditions adéquates et permettre au peuple algérien de «participer massivement à la campagne électorale et au prochain scrutin présidentiel en toute liberté et transparence». Le devoir d’accompagnement et d’engagement de l’ANP est la clé de sauvetage de l’Etat nation, menacé par les agissements criminels des affidés de la bande et des nostalgiques de l’éden perdu.
 Horizons

 

Transparence,équité et éthique 

A la veille du lancement de la campagne électorale, les 5 candidats ont signé la charte d’éthique proposée par l’Autorité nationale indépendante des élections (Anie). Il s’agit d’une première dans l’histoire de l’Algérie engagée dans le défi de la refondation démocratique qui impose une nouvelle gouvernance politique et économique. Autour de l’Anie, en véritable précurseur du changement radical perceptible dans l’enracinement des valeurs de transparence, de neutralité et d’égalité des chances des candidats en course, les signes avant-coureurs se manifestent également dans le basculement dans une nouvelle ère qui privilégie une compétition saine dans un climat apaisé. Une nouvelle culture démocratique caractérise la charte de l’éthique, bannissant le recours à «tous propos diffamatoires, insultes ou invectives», aux moyens et autres avantages liés à leur fonction, et lançant la chasse à l’argent sale. Placés sur un pied d’égalité, les cinq candidats sont tenus de respecter le programme des réunions, des meetings et des espaces publicitaires validés par l’Anie, en s’abstenant de «toute déclaration erronée concernant les résultats officiels du scrutin». Le basculement dans l’Algérie nouvelle interpelle les acteurs tout aussi comptables de la réussite du processus électoral. La signature de la charte par les médias, appelés par l’Autorité de régulation de l’audiovisuel à un traitement équitable, transparent et objectif, a valeur d’exemple dans un secteur stratégique. Et c’est assurément dans le nerf de la campagne électorale que le changement se fait sentir. «L’ère de la corruption est révolue et la justice a prouvé qu’elle est à l’affût de tous les corrompus», a déclaré le ministre de la Communication, Hacène Rabehi. La lutte contre le financement occulte, qui a fait par le passé des dégâts, passe nécessairement et impérativement par le contrôle de l’argent de la campagne par des commissaires aux comptes, la déclaration des sources de financement, l’interdiction des dons sous quelque forme que ce soit, toute contribution de quelque origine que ce soit. Il est institué un plafonnement des dépenses au premier et, éventuellement, au second tour pour les candidats auxquels il est également exigé d’établir un compte de campagne présenté par un commissaire aux comptes ou un expert comptable et adressé à l’Anie, déterminée à garantir un scrutin «démocratique, transparent et propre». Le socle d’une compétition intègre et propre est posé.
Horizons

Santé

    • Stériliser les moustiques pour combattre des maladies

      L'ONU a indiqué jeudi qu'elle allait examiner s'il était possible de combattre des maladies comme la dengue ou Zika en réduisant le nombre de moustiques dans le monde, en traquant et stérilisant les mâles. Le constat de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) est sans appel: les moustiques font partie des animaux les plus dangereux par le nombre de décès qu'ils provoquent dans le monde. L'infection à virus Zika, la dengue, le chikungunya et la fièvre jaune sont ainsi quatre maladies transmises à l'homme par la même espèce de moustique, appelé Aedes aegypti.

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 Conseil de la nation

Le Conseil de la nation reprendra ses travaux en séance plénière à partir de dimanche prochain par la présentation du projet de loi de finances 2020 (PLF 2020), suivie, le lendemain, du débat du projet de loi, puis de la présentation et du débat du projet de loi organique modifiant et complétant la loi organique relative aux lois de finances.

Ministère des Transports
Le 4e Salon international du transport et de la logistique, qu’organise la CACI en partenariat avec la Safex au Palais des expositions (Alger), prendra fin le 21 novembre.

Ministère de la Santé
Le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière lancera la campagne de dépistage du diabète et de l’HTA et leurs complications du 21 au 23 novembre à la place de la Liberté, wilaya de Khenchela.

Ministère des Sports
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf Salim Bernaoui, présidera, le 21 novembre, à 18h30, au CCI Abdellatif-Rahal, une cérémonie en l’honneur de l’équipe nationale handisport d’athlétisme.

Ministère de l’Education nationale
Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, prendra part aux travaux de la 40e session de la Conférence générale de l’Unesco, qui aura lieu du 12 au 27 novembre à Paris (France).

 Ministère du Travail 

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Tidjani Hassan Haddam, en présence du ministre de la Santé, Mohamed Miraoui, et de l’Enseignement supérieur, Tayeb Bouzid, présidera le 21 novembre à partir de 9h au siège du ministère, la rencontre d’évaluation des travaux du comité de concertation intersectoriel.

 

Musée du moudjahid

Le Musée national du moudjahid organisera, le 21 novembre , à 10h, la 416e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

CNAS

La caisse nationale de sécurité sociale, agence d’Alger lance jusqu’au 21 novembre au niveau des universités d’Alger une campagne d’information et de sensibilisation au profit des étudiants.

 

FCE
Le Forum des chefs d’entreprise, en partenariat avec l’Université des sciences et de la technologie Houari-Boumediène et Massachusetts Institute of Technology, organisera, samedi prochain, à 9h, au village universitaire de l’USTHB, une rencontre sous le thème «La recherche & développement et l’innovation en Algérie».

Don de sang

La fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire don de sang.

Société algérienne de cardiologie
La Société algérienne de cardiologie organisera du 21 au 23 novembre à l’hôtel El Aurassi (Alger), son congrès international qui aura pour thème «les facteurs de risques cardiovasculaires et leurs impacts». 

 

Musée des beaux-arts
A l’initiative de l’ambassade d’Espagne à Alger, de la Royale Académie des beaux-arts de San Fernando et de l’Institut Cervantès d’Alger une exposition «Goya physionomiste», en hommage au peintre et sculpteur espagnol Goya, se tiendra du 21 novembre au 15 décembre prochain au Musée des beaux-arts d’Alger.

 

 Salle Ibn Zeydoun 

A l’occasion de la sortie de son nouvel album «Wlidy», le chanteur Youss donnera, le 21 novembre à la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riadh El Feth, à Alger, un concert de musique.

 

Park Mall de Sétif
Le groupe Babylone sera en concert le 30 novembre à 14h à la salle The Dôme Park Mall, Sétif. La première partie sera assurée par Dj. Souhil.

Coupole Mohamed-Boudiaf
Le rappeur franco-algérien Anas se produira pour la première fois en Algérie avec un concert prévu le 21 novembre prochain à partir de 18h à la Coupole du complexe Mohamed-Boudiaf d’Alger. La première partie du spectacle sera assurée par Dj Randall et Zedk.

 

Roche Algérie
Le groupe pharmaceutique Roche Algérie organisera, les 22 et 23 novembre, à 14h30, au Sheraton Alger, le Sommet international de l’oncologie et hématologie.

 

Musée des beaux-arts
A l’initiative de l’ambassade d’Espagne à Alger, de la Royale Académie des beaux-arts de San Fernando et de l’Institut Cervantès d’Alger une exposition «Goya physionomiste», en hommage au peintre et sculpteur espagnol Goya, se tiendra du 21 novembre au 15 décembre prochain au Musée des beaux-arts d’Alger.

Institut français d’Alger

Robert Solé, essayiste et journaliste au journal Le Monde, animera, lundi prochain à 18h, à l’Institut français d’Alger, une conférence sous le titre «Ils ont fait l’Egypte moderne»

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept