Search
Après un succès fulgurant: la messagerie Telegram dans le viseur
Vendredi 19 Octobre 2018
Journal Electronique

Même avec une décision de justice ordonnant la fermeture de la messagerie Telegram, les autorités russes peinent à faire tarir le fonctionnement de cette application, dont la réputation s’est faite sur la préservation de l’anonymat. Elle serait aussi, soufflent ses détracteurs, le terrain de prédilection de tous les mésusages, incluant le terrorisme et les trafics en tous genres. Un petit tour d’horizon de cette affaire.

Par Rachid MOUSSA

L’affaire fait les choux gras de la presse internationale spécialisée qui n’a d’yeux que pour ce bras de fer engagé par Moscou contre une messagerie créée par deux jeunes citoyens russes, opposés à Poutine. La messagerie Telegram donne en effet le tournis aux responsables des services spéciaux russes, le FSB, mal à l’aise avec l’application qui servirait, considère-t-il, de canal de transit de messages de sources terroristes et extrémistes. La justice russe a donc été saisie par l'agence de régulation russe Roskomnadzor après que les responsables de Telegram aient refusé de donner les clés de chiffrement de la messagerie. « Telegram Messenger est une application de messagerie sécurisée hébergée sur le cloud, peut-on lire sur Wikipedia qui ajoute qu’elle est « gratuite est disponible sur Android, IOS ainsi que sur ordinateur (Windows et Linux) », et que ses usagers « peuvent échanger des messages, photos, vidéos et documents sans limite de taille. Il est aussi possible d'envoyer des messages chiffrés de bout en bout qui ne sont pas stockés sur les serveurs de Telegram. » Lancée en 2013 par les frères Nikolaï et Pavel Dourov, l’application est sous statut d’organisation à but non lucratif avec siège à Berlin (Allemagne). Elle s’est rapidement fait connaitre au point d’annoncer, il y a quelques jours, par la voix de son fondateur, avoir atteint les 200 millions d’utilisateurs. Son succès est du à une conjonction de facteurs qui lui ont permis de se hisser en quelques années au rang des plus grosses machines de messagerie. L’image de son fondateur, Pavel Dourov a été pour beaucoup dans la         construction de la notoriété de Telegram ; fraîchement diplômé de l’université d Saint Petersbourg en 2006, il lance un réseau social VKontakte, qui lui vaudra le surnom de Zukerberg le russe. Après quelques déboires avec ses actionnaires et aussi avec les renseignements russes, il quitte le pays. « Après avoir développé Telegram en voyageant de pays en pays afin d'éviter les entraves, il s'installe à Dubaï et obtient la citoyenneté de l'île caribéenne Saint-Kitts et-Nevis », rapporte l’AFP.

                                                 «Loin des pressions des milieux financiers»

Comme point fort, Telegram est tenu loin des pressions des milieux financiers et des lobbies souvent tentés d’en savoir un peu plus sur les usagers. « Contrairement à d'autres applications populaires, Telegram n'a pas d'actionnaires ou d'annonceurs auxquels rendre de comptes », avance fièrement, Pavel Dourov, qui jure que son entreprise n’a jamais délivré « un seul octet des données personnelles de nos utilisateurs à des tiers ».

Son mode de fonctionnement est simple, et permet à tout utilisateur d’échanger, par message, photo ou vidéo, avec un ou plusieurs points de réception, tout comme elle offre aussi l’option de passer en mode discret par l’entremise de ‘’chats secrets’’ qui détruisent systématiquement les messages une fois lus. « Comme sur WhatsApp, l’utilisateur peut ajouter ses contacts en entrant leurs numéros de téléphone et créer des groupes rassemblant jusqu’à 5.000 personnes. De même qu’il peut, comme sur YouTube, créer sa propre chaîne, sur laquelle d’autres utilisateurs peuvent intervenir », explique le site français lci.fr.

La messagerie se fait vite connaitre par son système de cryptage bien compliqué qui lui permet de se faire l’image d’une application   reine de la confidentialité de usagers et de la liberté sur internet. Bien avisé des outils du marketing, le fondateur de la messagerie fait un autre coup d’éclat : « La messagerie a notamment enregistré un succès fulgurant dans le contexte des révélations de surveillance à grande échelle de l'ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden, réfugié en Russie... et que Pavel Dourov a proposé d'embaucher lors de son arrivée à Moscou en 2013 », ajoute l’agence française AFP. Pour sa part, le site de la télévision française lci.fr voit dans ce meilleur facteur clé de succès, «le système de cryptage très perfectionné du service (...) un véritable souci pour les services antiterroristes qui n'arrivent pas à le casser pour surveiller des suspects. Mais aussi pour des Etats. »

Certains experts ont cependant développé un argument pour critiquer la sécurité de Telgram, en avançant l’idée « que seuls les messages des conversations "flash" étaient chiffrés, contrairement à WhatsApp qui chiffre l’intégralité des échanges », relève lci.fr ajoutant que le système de chiffrement a été conçu, non pas par des spécialistes reconnus, mais par des compétences maison.

De fil en aiguille, Telegram s’installe comme la messagerie la plus sécurisée et devient ainsi l’outil de communication préféré de nombreux responsables politiques, de patrons et de diverses personnalités qui en feront la promotion. Dans un papier intitulé ‘’ Comment la messagerie cryptée Telegram s'est imposée dans les échanges au sein du gouvernement ‘’, consacré à l’utilisation de la messagerie par les responsables politiques français, le site 20minutes.fr met en ligne le 29 mars dernier un papier qui nous apprend que, « Ministres, députés et sénateurs privilégieraient ainsi la messagerie cryptée pour discuter des décisions politiques aux dépens des traditionnels mails et SMS… »

                                                 Des politiques accros au site

Le site donne des indications sur l’usage systématique qu’en fait l’actuel président de la République dont la campagne électorale aurait été gérée à travers cette messagerie. Des ministres et autres responsables politiques de la majorité présidentielle auraient également déclaré être ‘’accros’’ à Telegram au point, comme le reconnait un ministre de la consulter ‘’ des centaines de fois par jour’’.

De son côté le site lci.fr, dans un papier daté du 11 octobre 2017, reprend une information du journal   L'Express selon laquelle, « Jean-Luc Mélenchon serait "un utilisateur intensif" de l’application, de même que Christian Estrosi, "trois conseillers de Marion Maréchal Le Pen", ainsi qu'Emmanuel Macron, qui, ébranlé par la fuite de sa déclaration d’impôts dans la presse, ne jurerait désormais que par elle. »

Même en Iran, l’application est largement utilisée y compris par des organismes officiels et personnalités politiques : « L'application Telegram, qui aurait environ 40 millions d'utilisateurs dans la République islamique, est très prisée des médias officiels, des entreprises et des politiciens iraniens, croit savoir l’agence britannique Reuters ajoutant , selon une source judiciaire iranienne « que les services de messagerie étrangers comme Telegram, créé par un entrepreneur russe et classé neuvième application de messagerie mobile au monde, pourraient seulement opérer en Iran avec la permission du gouvernement et à condition de conserver les données des utilisateurs à l'intérieur du pays. »

Néanmoins, les capacités de communication offertes par Telegram n’ont pas attiré que les amateurs de bons échanges, puisque même les organisations prônant un discours haineux et extrémistes se sont vite intéressées à ce canal pour en faire un véhicule de leur propagande. D’après le site de la chaîne de télévision d’information continue française lci.fr, l’organisation de l’Etat Islamique a bien pris le chemin de cette messagerie, après « avoir tenté de rallier à sa cause les utilisateurs de WhatsApp ou Viber en envoyant aléatoirement des messages », écrit-il, expliquant que cette organisation « avait notamment profité de la fonctionnalité "chaîne" qui permet de s'adresser à un nombre illimité d'utilisateurs. Amaq, l’agence de presse de l’organisation terroriste, y possède même une chaîne sur laquelle elle diffuse sa propagande et entretient le contact avec ses combattants.»

Que ce soit pour a liberté offerte aux utilisateurs communiquer en toute liberté, sans aucune possibilité de contrôle des flux de fichiers en circulation, ou pour les soupçons de servir de base de propagande pour les organisations terroristes, c’est un tir groupé qui est lancé contre Telegram, en bute à une série d’action de nombreux Etats soucieux den réduire le débit. « L'Iran a interdit mercredi aux organes de l'Etat d'utiliser l'application de messagerie Telegram et le bureau du guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a annoncé que son compte serait fermé afin de préserver la sécurité nationale, rapporte sans plus de détail l'agence de presse Isna », peut-on lire dans un papier de l’agence Reuters daté du 13 avril dernier.

                                             «Un tapis de bombes » sur la messagerie

En France l’attrait suscité par l’application auprès des responsables politiques devra connaitre un assèchement dans les prochains jours, avec le lancement d’une messagerie sécurisée par l’Etat français. « Le gouvernement français a développé sa propre application de messagerie instantanée cryptée, rapporte Reuters. D’après une porte-parole du secrétaire d’Etat chargé du numérique, Mounir Mahjoubi, il s’agit d’abord d’une disposition visant à protéger les conversations privées des dirigeants français, WhatsApp ou Telegram n’étant plus considérés comme fiables », rapporte le site www.phonandroid.com dans un article mis en ligne le 17 avril 2018.

La version russe du feuilleton Telegram prend néanmoins une nouvelle tournure. En dépit d’une décision de justice, les autorités de Moscou ne parviennent toujours pas à faire cesser le fonctionnement de la messagerie. Le site du quotidien français lefiagro.fr fait en effet remarquer que cela fait une semaine, « les autorités se révèlent incapables de faire appliquer la décision de justice. Appliquant les grands moyens, Roskomnadzor a bloqué - sans résultats - jusqu'à 19,4 millions d'adresses IP, ainsi que 18 services VPN susceptibles de contourner ces mêmes interdictions», ajoutant comme commentaire que « le pouvoir a manqué sa cible, se contentant d'infliger des dommages collatéraux. » La presse spécialisée a en effet noté des perturbations des services web en Russie ayant touché de nombreux secteurs d’activité. Outre des services bancaires devenus inaccessibles, la perturbation également affecté le moteur de recherche Google ou le commerçant en ligne Amazon. « Le réseau social Odnoklassniki, la messagerie Viber, le site de Volvo, les jeux en ligne de X Box et Play Station ont été momentanément paralysés, a relevé lefigaro.fr, ajoutant que les « musées du Kremlin ont dû interrompre plusieurs heures, la vente de leurs billets. » Cet armada numérique contre Telegram donne de la voix aux responsables de la messagerie, fiers d’avoir résisté à ‘’ce tapis de bombes’’, comme l’a qualifié un journaliste indépendant russe. La messagerie a réussi à passer entre les mailles du filet, en changeant constamment d’adresse et en recourant à la technique du domain fronting qui « consiste à se cacher dans le trafic d'acteurs massifs comme Amazon ou Google, que la Russie n'est pas censée pouvoir bloquer sans faire tomber d'autres sites ou applications importants », selon le site www.nextinpact.com

L’affaire est toujours pendante, en attendant de voir son évolution future pour savoir si cette ‘’résistance numérique’’ paiera   et mettra à l’abri Telegram ou au contraire, ce sera toujours le pouvoir des Etats qui primera sur les territoires libres de l’internet.

R.M

Santé

Environnement

Société

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

Conseil  de la nation
Le Conseil de la nation reprendra, le 18 Octobre   à 10h, en séance plénière, ses travaux consacrés aux questions orales.

Ministère de l’Environnement
La ministre de l’Environnement et des Energies renouvelables, Fatima-Zohra Zerouati, présidera, le 18 octobre  à 10h, au siège du ministère, l’ouverture de la journée d’étude sur «la numérisation de la gestion des projets».

Ministère du Travail
Un séminaire de lancement officiel du projet de jumelage entre l’Agence nationale de l’emploi et Pôle emploi (France) sera organisé, le 18 octobre à 13h30, à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale, sous le thème «Appui à la modernisation du service public de l’emploi».

Ministère de la Jeunesse et des Sports

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Hattab, effectuera, le 18 octobre, une visite de travail dans la wilaya d’Oran.

Ministère de la Communication

Le ministre de la Communication, Djamel Kaouane, procédera, le 22 octobre au CIC Abdellatif-Rahal (Alger), à la remise du Prix du président de la République du journaliste professionnel. Il sera procédé aussi à la baptisation de plusieurs structures sportives de noms de journalistes sportifs décédés. Par ailleurs, Kaouane présidera, aujourd’hui et demain, à Mostaganem, l’ouverture des travaux d’un séminaire international sur «le rôle du journalisme dans la consécration des valeurs du vivre-ensemble en paix».

Ministère de la Santé
Le Centre hospitalo-universitaire de Tizi Ouzou organise les 24es journées médico-chirurgicales, les 14 et 15 novembre prochain, au niveau de l’auditorium de la structure hospitalière.

HIISE
La Haute instance indépendante de surveillance des élections organise  la 2e  session de formation au profit des membres du HIISE comme suit :
Le 11 octobre à Bejaïa à l’hôtel Sifax
Le 15 octobre à Ghardaïa à l’hôtel El Djenoub
Le 18 octobre à Tlemcen à l’hôtel les Zianides

 Ambassade d’Italie
Dans le cadre du programme culturel «Italia, Culture, Mediterraneo», l’ambassade d’Italie en Algérie organise, le 6 octobre à 15h, le vernissage de l’exposition de Mimmo Jodice au palais du raïs d’Alger qui aura lieu du 7 au 27 octobre.  

HCI
Sous le haut patronage du Haut-Conseil islamique et avec la collaboration de l’association Saafi spécialisée dans la finance islamique, un colloque international sera organisé les 24 et 25 novembre au palais de la culture à Alger, sur le thème «L’assurance takâfoul et son rôle dans le développement économique global».


CHU de Tizi Ouzou
Le centre hospitalo-universitaire de Tizi Ouzou organisera, les 14 et 15 novembre en son auditorium, les 24es Journées médico-chirurgicales.

 Institut culturel italien
L’ambassade d’Italie et l’Institut culturel italien organisent, du 14 au 18 octobre, à l’Université de Blida et l’Université Alger 2, «la 18e semaine de la langue italienne dans le monde» dédiée à la langue italienne et les réseaux sociaux.

 Musée du moudjahid    
Le Musée national du moudjahid organise, le 18 octobreà 10h, au niveau de la kasma des moudjahidine de La Casbah (Alger) et simultanément au niveau des musées du moudjahid à travers le pays, la 304e rencontre avec les moudjahidine et moudjahidate pour l’enregistrement de leurs témoignages sur la guerre de Libération.

 

Opéra d’Alger
L’Opéra Boualem-Bessaieh d’Alger accueillera, du 13 au 19 octobre, la 10e édition du Festival international de musique symphonique d’Alger. Ce grand rendez-vous annuel des symphonies universelles verra la participation de plusieurs pays dont l’Afrique du Sud, le Japon, l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Tunisie et l’Italie. La cérémonie d’ouverture se fera avec l’orchestre de l’Opéra d’Alger.

 

Bati-Est-Expo
Le Salon international du bâtiment et travaux publics de l’est algérien se tiendra du 21 au 25 octobre au Palais de la culture Malek-Haddad de Constantine.

 Office national de la lutte contre la drogue
L’Office national de la lutte contre la drogue et la toxicomanie organisera, les 21 et 22 octobre, à l’hôtel Oasis, Hussein Dey (Alger), un séminaire de formation sur «les nouvelles approches en matière de prévention».

SILA 2018
A l’occasion de la tenue du 23e Salon international du livre d’Alger, le commissaire du salon animera le 22 octobre, à 10h30, à la Bibliothèque nationale, une conférence de presse.

CHU de Tizi Ouzou
Le centre hospitalo-universitaire de Tizi Ouzou organise, 17 et 18 octobre , à l’auditorium du CHU, les 7es journées nationales de pharmacie sous le thème «La pharmacie hospitalière face aux nouvelles thérapies innovantes».

Union européenne
Le bureau régional de la région de l’Afrique du Nord et du Sahel accueillera, 17 et 18 octobre, un atelier de formation sur la communication en situation de crise NRPC à Alger.   
BATI-EST-EXPO
Le Salon international du bâtiment et des travaux publics de l’est algérien se tiendra du 21 au 25 octobre au palais de la culture Malek-Haddad de Constantine.

Institut culturel italien
L’ambassade d’Italie et l’Institut culturel italien organisent jusqu’au 18 octobre, à l’Université de Blida et l’Université d’Alger 2, la 18e Semaine de la langue italienne dans le monde.

 

DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale, émise sur les ondes de la radio Chaîne I, de 16h à 17h, sera consacrée, le 18 octobre , aux infractions conduisant au retrait du permis de conduire.


HIISE
La Haute-Instance indépendante de surveillance des élections organise, aujourd’hui à l’hôtel les Zianides, Tlemcen, la 2e session de formation au profit des membres de l’Istance.

SMA
Les Scouts musulmans algériens procéderont, le 20 octobre à 9h30, au camp des scouts Gherbi-Kamraoui, wilaya de Bouira, à l’ouverture officielle de l’année des scouts 2018-2019.

Union européenne
Le bureau régional de la région de l’Afrique du Nord et du Sahel poursuit son atelier de formation sur la communication en situation de crise à Alger, 18 et 19 octobre  , au sein du bureau sis à Hussein Dey.

Entretien

    • Ali Mahmoudi, directeur général des forêts «L’économie forestière est un outil de développement»

      Entretien réalisé par Karima Dehiles 


      Le directeur général des forêts est revenu longuement dans cet entretien sur l’état des lieux du secteur. Ali Mahmoudi a égélement salué l’implication des populations dans la préservation du patrimoine sylvestre. Sur un autre plan, il a mis en exergue la contribution de l’exploitation des ressources forestières dans le développement local et national. Un segment à valoriser.

Photo news
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • ligne maritime  Alger-Tamentfoust
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  •  Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • Exercice démonstratif combiné avec munitions réelles «Assifa 2018» à In Aménas
  • École El Melah
  • École El Melah

Football

Sports Divers

Enquête

Conception/Kader Hamidi . Hebergement/Kdhosting : kdconcept