Contamination par le Coronavirus : Un sénateur, le président de l’USM Blida et le P/APC en témoignent
Search
Jeudi 28 Mai 2020
Journal Electronique

La contamination par le Coronavirus peut survenir de manière inattendue. Le manque de vigilance étant le premier facteur. Toucher de mains, d’objets, de surfaces, embrassades et postillons, et le virus s’incruste pour se développer rapidement. Lyès Achour, sénateur, Sid-Ali Bencherchali, président de l’USM Blida, et Mahmoud Benazout, actuel P/APC de Blida, sont parmi les personnes contaminées par le virus.

Même vigilant et tenu à l’écart des risques, le sénateur Lyès Achour a contracté la Covid-19. Selon lui, c’est un ami qu’il a fait monter dans sa voiture qui l’a contaminé. «Je ne sais pas comment il m’a contamin. Est-ce quand on s’est serré la main ? Est-ce le fait de la promiscuité ? On n’en sait rien tous les deux, car lui-même ne se savait pas qu’il était porteur du virus. C’est le lendemain qu’il a eu les symptômes. Il s’est avéré que c’est son épouse qui l’a contaminé», raconte le sénateur. Achour a eu la nuit même un peu de fièvre. «Cela m’a inquiété et au bout du troisième jour, comme cela persistait, j’ai commencé à soupçonner d’être contaminé. La hausse de la température s’est accompagnée d’une toux sèche. A la première consultation, le médecin diagnostique une grippe. Le lendemain, la fièvre était toujours là avec faiblesse et courbatures. C’est à ce moment-là que je me suis rendu à l’hôpital de Boufarik. Il y avait un monde fou vu que c’était la troisième semaine de la propagation du virus dans la wilaya de Blida. On m’a fait des prélèvements et je devais attendre quatre ou cinq jours pour avoir les résultats. L’hôpital me contacte et me demande de me présenter, car je suis porteur du virus», raconte-t-il. Après son admission à l’hôpital, les médecins lui prescrivent des antibiotiques et de la vitamine C pour renforcer son immunité. «J’étais très amoindri et c’est à ce moment-là que les médecins ont décidé de me prescrire de la chloroquine. Au bout de deux jours, ils ont arrêté le traitement, car j’avais de fortes palpitations, alors que je commençais à mieux me sentir», confie encore Achour. Puis les médecins lui demandent de suivre le traitement à la maison. «Je me suis isolé à la maison pour poursuivre la lutte contre le virus. Toutes les six heures, je transmettais ma température à l’hôpital. J’avais un suivi médical à distance. Je faisais aussi des prélèvements. Chaque jour, je sentais une amélioration et au bout du douzième jour, les résultats des analyses indiquaient que j’étais négatif. Quel bonheur d’avoir échappé à la mort. Après cela, j’ai quand même poursuivi l’isolement pendant une semaine et les résultats indiquaient toujours négatif. Dieu merci, aujourd’hui, je me porte très bien», raconte le sénateur.

«Je sentais mon corps se déchirer»
Sid Ali Bencherchali, président de l’USM Blida, raconte, lui aussi, son combat contre la Covid-19 qui aura duré plus de vingt jours. «Personne ne peut certifier qu’il est à l’abri d’une contamination. Moi, j’en ai fais l’expérience. J’ai été vigilant, j’appliquais strictement les consignes d’hygiène et observait le confinement. Je n’ai pas été épargné pour autant», confie Bencherchali. Il évoque deux hypothèses sur sa contamination. La première, fort probable, que cela soit intervenu au stade avec le staff technique de l’équipe dont l’entraîneur s’est avéré par la suite porteur du virus. La deuxième, lors d’une fête de mariage, à Alger. En effet, des invités ont été transférés deux jours après à l’hôpital El Kettar, car contaminés. «Le plus malheureux dans tout cela, c’est que j’ai contaminé mon père, âgé de 83 ans», raconte Bencherchali. Tous les deux seront pris en charge à l’hôpital d’El-Affroun, les hôpitaux de Boufarik et de Blida affichant complet. «J’ai souffert. Je sentais mon corps se déchirer à cause des courbatures et de la fièvre. Mais là où j’ai perdu espoir, c’est lorsque je faisais de fortes diarrhées. Ce qui m’a affaibli davantage. Je ne pensais pas que j’allais en sortir vivant», raconte président de l’USM Blida. Il explique que les médecins ont préféré ne pas leur prescrire de traitement à base de chloroquine, car lui et son père avaient la forme la plus sévère. «Au bout de la deuxième semaine d’hospitalisation, notre état de santé était en nette amélioration. Nous prenions de la vitamine C et des antibiotiques pour renforcer notre système immunitaire. C’est grâce à la bénédiction de Dieu que mon père et moi sommes sortis indemnes de cette maladie contagieuse. Nous considérons tous les deux que nous avons une seconde vie», a déclaré Sid-Ali Bencherchali.

Mahmoud Benazout, P/APC de Blida :  «J’ai frôlé la mort»
Mahmoud Benazout, actuel P/APC de la commune de Blida, garde, lui aussi, un très mauvais souvenir de sa contamination. Il se rappelle de la date du 16 mars alors qu’il pensait souffrir de la grippe. Trois jours après, son état de santé s’aggrave et il se présente en urgence à l’hôpital Brahim-Tirichine de Blida. Après consultation,  les médecins conclurent qu’il s’agit d’une simple grippe et non de la Covid-19. Trois jours après, Mahmoud Benazout est encore une fois évacué vers le même hôpital, car il avait  développé tous les symptômes de la maladie. «J’ai fais le test mais les résultats étaient négatifs. Cela m’a rassuré, mais j’avais quand même un doute. A cette période du début de la pandémie, les médias n’avaient pas cessé d’énumérer et d’expliquer les symptômes de la maladie. Courbatures, difficultés respiratoires et fièvre.
J’avais tous ces symptômes et deux jours après, soit le 24 mars, j’ai refais le test et un scanner qui a montré  que j’étaias effectivement porteur du virus. Je suis alors admis à l’hôpital dans un état critique», raconte le P/APC de Blida. Il explique qu’il est parmi les premiers malades à, avoir suivi le traitement à base de chloroquine et d’antibiotiques. «Je n’ai souffert d’aucun effet secondaire. Mon rythme cardiaque s’en est trouvé perturbé au début, mais tout est rentré dans l’ordre. Par contre, j’avais des difficultés respiratoires qui ont été atténuées par un respirateur artificiel», raconte Mahmoud Benazout qui reconnaît être revenu de loin. Il explique qu’il a été contaminé par Rabah Taibi, l’ex-P/APW, qu’il a reçu dans son bureau avec accolades. Il faut savoir que Rabah Taïbi est décédé de la Covid-19.  «Lui même ne savait pas qu’il était porteur du virus. D’ailleurs, lors de  notre rencontre, il m’a dit qu’il avait la grippe», confie le P/APC de la commune de Blida. «Ce n’est pas facile de vivre ces moments de douleur. Chaque jour, je disais que c’était le dernier», ajoute Benazout.
 M. Benkeddada

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

    • Google ouvre son application de conférences vidéo au grand public

      Google a annoncé mercredi la mise à disposition gratuite de la plateforme de conférences vidéo, Google Meet, destinée au grand public.

      L'application va être progressivement étendue au grand public dans les prochaines semaines, à condition de disposer d'un compte Google (Gmail) ou d'une "identité Google", que l'on peut créer avec n'importe quel email personnel ou professionnel.

      Google Meet était jusqu'à présent réservé aux clients professionnels, soit 6 millions d'entreprises et organisations qui utilisent G-Suite, la gamme de logiciels de Google (avec les emails, le calendrier, le partage de documents, etc).

L'agenda

Radio DGSN

L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale, émise sur les ondes de la radio Chaîne I, sera consacrée, le 27 mai à partir de 16h, aux préoccupations et questions des auditeurs dans le domaine de la sécurité routière.

 RND

Le Rassemblement national démocratique (RND) organise,  le 28 mai à 8h, au Centre international des conférences AbdelatifRahal à Alger, son congrès extraordinaire.

 

Assurance et finance islamique 

Sous le patronage du Haut-Conseil islamique, la 2e édition du Symposium algérien de l’assurance et de la finance islamique aura lieu les 22 et 23 novembre 2020 à Alger.

 

Salon Impex2020
Le Salon Import-export inter-africain Impex2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal d’Alger.

Djazagro
Le Salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais des expositions des Pins Maritimes d’Alger.

Culture
La Direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou annonce le report à des dates ultérieures du Festival culturel national annuel du film amazigh et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturge en tamazight. La date limite de dépôt des candidatures à ces deux manifestations à été donc prorogée.

Algérie Télécom
Algérie Télécom a lancé le 27 mars dernier le service de demande de lignes téléphoniques et celui de la signalisation des dérangements via son site web www.algérietelecom.dz .Les nouveaux demandeurs de lignes pourront suivre via le courrier électronique les étapes de l’étude de réalisation et les abonnés professionnels pourront signaler leurs dérangements sur le site web sans déplacement.

 

 

 

Don de sang
La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé à faire don de sang.

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept